Halloween (version Rob Zombie)

HalloweenJe n’ai qu’un souvenir lointain et un peu flou de l’original de Carpenter, mais Halloween reste pour moi un grand moment de film de flippe et de slasher. Je me souviens en avoir bien frissonné. Bref, quand j’ai trouvé cette version en DVD à pas cher, j’ai craqué. Et l’autre soir j’ai enfin pris le temps de glisser la galette dans le lecteur. Alors évidemment, avec Rob Zombie aux manettes, on ne pouvait pas s’attendre à un remake bucolique. Non, là on va dans le plus sombre, plus gore, plus violent, plus dur. C’est trash et c’est du lourd. Bien entendu, il y aura des nuées de fans hurlant au scandale et à la trahison, mais moi je ne suis pas un intégriste carpenterien, et franchement j’ai bien aimé.

Le film se passe en deux parties, tout comme deux acteurs se partagent le rôle du terrifiant Michael Myers. Et ça passe bien, on a une bonne mise en situation du personnage. Ce film se veut une sorte de préquelle expliquant davantage le passé de Myers que le petit bout que l’on trouve dans l’original de Carpenter.

Ce Halloween débute donc lorsque Myers a une dizaine d’années. Il est interprété par Daeg Faerch, un gamin vraiment flippant qui rend bien le comportement psychotique du tueur. Un regard froid qui fait peur, une attitude totalement décalée. Michael Myers vit donc dans une famille éclatée, recomposée, où tout le monde est complètement à la rue, entre un père violent et alcoolique, une mère strip-teaseuse dépassée, une grande sœur ado insupportable, et une petite sœur qui hurle tout le temps. Bref, c’est pas le pied, et il perd donc au final les pédales. Il bute presque tout le monde et se retrouve enfermé à à l’asile sous haute sécurité. Jusqu’au jour où, 17 ans plus tard, il s’évade, retourne dans sa ville et retrouve sa petite soeur. Qu’il va poursuivre. La fameuse baby-sitter. Ici Myers est incarné par l’imposant et massif Tyler Mane qui donne une présence et un poids assez incroyables au personnage. Vont s’ensuivre une série de meurtres gore et violents. Avant une fin apocalyptique.

Ce film est sombre, violent, Un slasher bien cru qui ne se gêne pas pour montrer les morts et les meurtres de près. Avec des détails. Et il est bien flippant aussi. La musique, toujours le fameux thème de Carpenter, aide à rendre cette ambiance oppressante. L’angoisse est au rendez-vous. Le masque inflexibles porté par Myers aide à rendre son personnage encore plus terrifiant.

Bref, c’est une réussite, dans son genre. Pas un chef d’œuvre non plus mais un très bon slasher. Tous les ingrédients sont au rendez-vous et on sent que Rob Zombie maîtrise les codes de ce genre de film. Manquerait alors peut-être le petit plus, la touche d’originalité en plus qui élèverait le tout. Copier les classiques, c’est une chose ; les digérer pour produire sa propre sauce, c’en est une autre. Et même si le monsieur s’en tire avec les honneurs, il n’a pas le talent des maîtres du genre.

Une réflexion sur « Halloween (version Rob Zombie) »

Laisser un commentaire