France 2 m’a tuer (greenwashing inside)

Et voilà… Alors que je prépare tranquillement un billet sur l’insupportable invasion du greenwashing, je me retrouve face au JT de hier sur France 2. Sans remettre en question mon futur billet plus large, j’aimerais revenir sur ce reportage qui a manqué de peu de me faire avoir une attaque. Même que ma femme m’a gentiment demandé de sortir de la pièce, pour ma santé. Le sujet du reportage était le « biopétrole », une nouveauté technologique révolutionnaire censée lutter contre les futurs manques d’énergie fossile.
Petite précision avant tout : je n’ai pas enregistré ce passage, donc les idées retranscrites plus bas le sont de mémoire et reproduisent le sens des interventions sans être des citations telles quelles.

Tout commence avec le présentateur qui nous annonce qu’on va causer environnement. Et le reportage qui suit s’en va nous présenter une innovation permettant de créer du pétrole (futur carburant donc), ceci étant « écologique »! La technologie de l’entreprise BFS (Bio Fuel Systems) utilise des algues en suspension en plein soleil dans de grands tubes. On y injecte du CO2 provenant des rejets de l’usine d’à côté. Et après quelques opérations diverses, on obtient du pétrole ; ou plutôt du « biopétrole » comme il est présenté. Halluçinant!

Alors je vous explique l’aspect écologique de la chose, comme on nous le dit dans le reportage. Le CO2 émis par ce nouveau carburant pollue, oui. Mais comme on utilise du CO2 de l’autre usine pour le produire, c’est tout ça de moins qui s’échappe dans l’atmosphère ; il y aurait donc compensation. Bon, c’est tellement récent comme procédé que je ne vois pas d’étude sur les quantités de CO2 produites et utilisées ; difficile de voir s’il y a vraiment compensation du coup. Mais bon, dans ma tête, les technologies écologiques devraient réduire les émissions de CO2, pas juste se compenser. Au lieu de virer le pétrole et du prendre du non-polluant, on nous met du pétrole qui pollue un tout petit moins, sur le papier du moins. On a donc ici un bel argument de merde, justifiant la production de gaz polluant par une fausse argumentation écologique : greenwashing, te voilà!

Et puis il y a l’idée même de créer ce pétrole. Bien sûr, tout le monde parle des énergies fossiles et des solutions à trouver quand à leur future pénurie ; parce que faut pas se voiler la face, par définition l’énergie fossile y’en a pas pour toujours. Et en général quand on parle de dépasser les énergies fossiles, on parle de sources d’énergies durables et non polluantes. Ici on nous propose allègrement de rester dans notre bon vieux pétrole que l’on pourrait produire à loisir (ou presque, vu que le procédé nécessite pas mal de soleil, c’est pas adapté à toutes les latitudes). Que l’on m’explique où est l’évolution de mentalité. On nous propose de rester dans le même vieux trend d’utiliser des carburants émetteurs de CO2. C’est fabuleux, non? La vie est belle, on va continuer à s’enfoncer dans nos erreurs passées. Surtout ne pas innover. Parce que finalement c’est mieux pour nos consortiums et lobbyistes de rester sur ce qu’ils connaissent déjà. On voit bien où est et reste l’argent.

Encore un point… Les coûts. Parce que en dehors de l’ensoleillement, on nous dit que l’un des soucis de cette usine c’est son coût. Je n’ai pas retenu le chiffre mais c’est astronomique avec plein de zéros. Pourquoi ne pas investir cette somme dans la recherche et développement et dans la production au niveau des énergies durables et renouvelables et surtout non polluantes? On va plutôt mettre des dizaines de millions à disposition de l’industrie du pétrole ; encore! Mais rien de neuf sous le soleil pour un avenir plus reluisant de la planète. Et les emplois créés dans cette usine seraient tout aussi bienvenus dans l’industrie verte, la vraie.

Bon, pour la forme, je me suis permis de faire une recherche très rapide sur Google pour avoir plus de détails, parce que j’aime pas en rester à une première impression…

  • Odélices nous décrit plus en détails le procédé. Et on y apprend que « dans ce procédé, 2,2 tonnes de CO2 permettent de produire un baril de biocarburant ; le procédé lui-même émet 1,260 tonne de CO2. ». Donc certes la fabrication engloutit 0,940 tonnes sont absorbées depuis l’usine et ne sont pas rejetées dans l’atmosphère. Combien de CO2 sera évacué lorsque ce CO2 sera brûlé comme carburant?
  • Sur Les énergies de la mer, je découvre que l’entreprise à l’origine de ce projet a bizarrement été approchée par Exxon Mobil, mais oui une boîte très verte voyons. Deux idées… Soit Exxon achète l’entreprise pour garder le processus pour quand il n’y aura plus de vrai pétrole ; soit Exxon achète l’entreprise pour tuer la concurrence avant qu’elle ne grandisse trop. Ou alors je suis trop négatif et j’ai vraiment une mauvaise opinion des multinationales du pétrole.

Bon ben voilà, malgré l’appellation « biopétrole » et la façade écologique que le processus veut se donner, moi je m’étrangle avec ça… rester au pétrole, n’est-ce pas une volonté claire de ne pas évoluer?

 

3 réflexions sur « France 2 m’a tuer (greenwashing inside) »

  1. Sur le principe, le procédé est intéressant: On cultive des diatomées (des algues unicellulaires) qui sont riches en lipides (jusqu’à 40%) et on transforme ces lipides en diesel. Comme on rejette autant de CO2 en brûlant le diesel que les diatomées en absorbe, le processus est neutre en CO2 (comme le bois).

    Là où le bât blesse, c’est que pour que le processus fonctionne à fond, il faut beaucoup de CO2 concentré. Et comme on ne sait pas (bien) concentrer le CO2 de l’air, on branche ces productions d’algues à la sortie… des usines électriques thermiques. Ce qui pourrait donner une seconde vie inespérée à des usines polluantes utilisant du charbon ou du pétrole.

    Comme quoi, avec une bonne idée, on peut arriver à l’inverse du but initial.

    Soit dit en passant, les diatomées sont de magnifiques organismes avec une structure « en boîte de caprice des dieux ». Certains réalisent même des tableaux microscopiques avec des diatomées.

  2. Connaissant un peu le problème, je me permet de venir donner quelques détails ainsi que mon commentaire…

    La combustion du baril de pétrole BFS émet 390 kg de CO2, et les 940 kg de CO2 qui ne sont pas rejetés dans l’atmosphère tiennent comptent de la combustion du baril. S’ils ne sont pas réémis dans l’atmosphère, c’est qu’ils ont été transformé en autre chose de durable, oméga 3 notamment. Premier point…

    Deuxième point, Exxon Mobil développe sa propre technologie algale à hauteur de 600 millions de dollars d’investissement. Et ils font le pari d’une algue OGM ce qui n’est pas le cas de BFS. Vous semblez mettre les majors pétroliers qui développe tous une technologie algale et BFS dans le même panier or ce n’est pas le cas… Ou du moins pas encore.

    Du pétrole nous en avons besoin ! Vous pouvez imaginer un monde meilleur où tout le monde se déplacerait à dos d’âne et se chaufferait à la bouse de vache que ca ne changerait rien au problème. Que nous soyons sobre en énergie, c’est sûrement là que réside la solution… Mais je suppose que vous appréciez tous vous soigner avec des médicaments disponibles en pharmacie, utiliser des produits de beauté pour vous ou votre femme, porter des tissus synthétiques, utiliser des matériaux en plastique, et autre petites douceurs que le pétrole nous fournit en dehors du carburant. Il y a une nécessité d’assurer un approvisionnement en pétrole aux générations futures. Libre à elles de bien l’utiliser. Et là je dis merci à BFS car c’est mieux que la méthode Fischer-Tropsch. Et BFS s’inscrit pleinement dans l’industrie verte, la chimie verte et autre croissance verte. Si ce n’est pas le cas, je ne vois pas ce qui pourrait être considérée comme de l’industrie verte.

    Ensuite, le CO2 ne sort pas uniquement des centrales thermiques à charbon. Il peut venir des cimenteries comme c’est le cas à Alicante. Il y a le procédé de décarbonatation qui émet 60% du CO2 d’une cimenterie et c’est un processus naturel comme pour la fabrication de chaux ou de tuiles en terre cuite etc… On peut imaginer les incinérateurs à ordure et même les centrales à biogaz ou biomasse. Bref, le CO2 concentré pullule dans un pays industrialisé car nous consommons de l’énergie comme des forcenés.

    Enfin, en ce qui concerne votre papier sur le greenwashing, je ne vois pas trop le rapport. On parle d’une technologie qui transforme le CO2 en pétrole. Je ne vois pas où est la tromperie sur la marchandise.

  3. Merci beaucoup pour ces explications. Avec des détails plus techniques on y voit plus clair.

    Ce qui m’énerve et que je mets comme greenwashing, c’est de dire qu’on créé du carburant polluant avec une méthode présentée comme verte. La méthode l’est peut-être mais cela reste pour du carburant polluant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.