Débattre en 140 signes #EnLD

Difficile exercice que celui auquel je me suis livré à deux reprises, et pour lequel je ne suis décidément pas fait… Je sais pas si vous connaissez l’émission En Ligne Direct de la radio suisse romande. En gros, c’est une courte émission matinale de débat rapide sur un sujet de société plus ou moins prenant mais toujours assez d’actualité. En soi, c’est assez sympa puisque cela permet d’aborder des sujets pendant le trajet au boulot par exemple ou en commençant la journée. Et puis le débat a déjà lieu dès la veille au soir sur Twitter avec le hashtag #EnLD. J’ai été contacté la semaine passée et invité à participer au débat twitteresque parce que quelqu’un avait posté le lien de mon mémoire sur le sentiment d’insécurité (datant de 2003 quand même) et que le sujet était l’insécurité. Très flatté que mon travail soit ainsi apprécié, j’y suis allé. Et j’ai vite déchanté. Franchement, argumenter et débattre en 140 signes, être du coup sans cesse interrompu sans que l’on ait pu développer tout son argumentaire, c’est un peu sport. J’y arrive pas, mes phrases sont toujours scindées, je m’y retrouve plus.

J’ai quand même retenté le coup cette semaine sur la question « Le PS est-il encore de gauche? » Débat intéressant, d’autant qu’il ne peut se résoudre qu’en définissant l’échelle des valeurs gauche-droite, ce que veut dire « être de gauche », et en plaçant aussi les autres partis (cf la fameuse publicité mensongère du PLR se prétendant de centre-droit). Mais non, à nouveau j’étais bloqué, restreint. Obligé de compter mes mots et de choisir des formulations courtes mais insuffisantes, réductrices d’un débat qui aurait pu aller bien plus loin, être bien plus intéressant.

Alors je suis peut-être pas assez hype, pas assez « 2.0″, pas assez dans le trend twitteresque. En fait, j’utilise extrêmement peu cet outil, je l’emploie surtout de manière automatisée pour y propulser mes nouveaux billets de blog ou diverses news que je mets en avant. Mais je n’ai jamais vraiment réussi à crocher et à twitter comme un pro. Cette manière de débattre me le confirme, Twitter n’est pas pour moi, j’ai une trop grande gueule pour ça. Alors j’apprécie la démarche de la RTS d’aller chercher le public ailleurs, de jouer le jeu du crossmedia, essentiel aux médias traditionnels pour s’adapter au monde actuel ; mais là je n’y arrive pas.

 

Crédit image : Twitter, par petesimon, sur Flickr, en CC

flattr this!

Loading Facebook Comments ...

2 comments on “Débattre en 140 signes #EnLD

  1. KHannibal

    Pareil pour moi. Twitter n’est pas un lieu de débat, et ça m’ennuie (et m’énerve) profondément de devoir scinder ma pensée. Pas pour rien que j’ai un blog : quand un sujet mérite débat ou approfondissement, j’écris là-dessus.
    À mon sens Twitter n’est là que pour partager des news, infos, feelings, promotions, actions, etc. Mais le débat, je ne pense pas.

  2. Pascal

    Je me suis aussi essayé à cet exercice, et avec peine ! 140 caractères, c’est souvent trop peu pour développer un argument, et il faut de l’agilité pour combiner plusieurs tweets pour le développer!

    Je trouve l’exercice néanmoins intéressant. Devoir chercher une formule concise pour exprimer une idée, jouer avec les mots pour gaspiller le moins de caractères possible. C’est intéressant du poins de vue du travail d’écriture, mais ça oblige aussi à clarifier ces arguments et à n’en prendre que l’essentiel.

    Mais je suis d’accord, ça suffit pas toujours ! Pour le débat de vendredi dernier, comme les 140 caractères ne me suffisaient pas, j’ai vite écris un article sur un blog pour développer mon opinion et l’inclure au débat.

    A bientôt,

    Pascal

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :