Antemasque

antemasqueC’est en faisant ma petite bafouille sur Sonic Highways l’autre jour que je me suis rendu compte du peu de billets « musique » de ces derniers temps. Et pourtant en 2014 j’ai écouté et découvert tout un tas de belles et bonnes choses qui passent bien dans les cages à miel. Mais sans prendre le temps de vous en faire part, ce qui est bien dommage. Je profite donc de cette fin d’année (et du début 2015) pour vous parler d’albums que j’ai bien aimé cette année, parfois des artistes tout frais débarqueés et parfois des anciens, mais que des trucs que je vous conseille d’aller écouter.

Et on commence la liste avec Antemasque et leur premier album éponyme. Rien que l’annonce de la formation du groupe avec son line up avait de quoi te faire muter dans ton slip… On y retrouve les The Mars Volta et At the Drive-In Omar Rodríguez-López et Cedric Bixler-Zavala, mais aussi dave Elitch (aussi The Mars Volta) et Flea (le bassiste hallucinant et halluciné des Red Hot Chili Peppers qui malheureusement ne joue que sur l’album d’Antemasque mais ne tourne pas avec le groupe). Avec de telles personnalités, on se doute bien qu’il va y avoir du groove et de l’énergie à revendre et l’album ne déçoit pas avec ses riffs de guitares acérés, ses lignes de basses complètement trippantes, ses rythmiques décalées et les voies puissantes.

Dès l’intro de 4AM on est plongés dans le truc et le corps de l’auditeur commence à vouloir se trémousser au rythme soutenu du morceau. D’autres titres absolument superbes s’enchaînent avec cette puissance incroyable et ce groove imparable, comme I Got no Remorse, Ride Like the Devil’s Son, In the Lurch, Momento Mori, ou People Forget. On trouvera aussi de la ballade plus douce mais toujours prenant aux tripes, comme Drown All Your Witches. Une alignée de titres efficaces qui fait de cet album une grande réussite à mon avis. J’aime beaucoup. Laissez-vous emporter par ces mélodies et ces riffs ravageurs, on a là un tout bon groupe.

2 réflexions au sujet de « Antemasque »

  1. Ping : Rival Sons |

Laisser un commentaire