Le programme des votations du 28 février 2016

avancons2Le 28 février 2016 sera une journée de votations chargées en Suisse. Des sujets importants sont à l’ordre du jour, portant de vrais thèmes de société qui seront révélateurs des orientations souhaitées. Encore une fois, je souhaite, je prie, j’espère une forte participation. Histoire que le résultat soit réellement l’écho de ce que pense la majorité des citoyens (et je parle bien des citoyens, pas de la population puisqu’une large part de celle-ci, bien qu’active et participant à notre société, est exclue du droit de vote). Alors comme souvent je vais donner ici mon avis, parce que je trouve ces sujets importants. Et si je peux ainsi apporter de l’eau au moulin ou inciter des gens à voter dans le bon sens, je serais assez content. Et n’hésitez pas à commenter en bas de la page…

Initiative populaire du 5 novembre 2012 «Pour le couple et la famille – Non à la pénalisation du mariage»

Ah, les fameuses discussions sur l’injustice fiscale entre couples mariés et concubins. Depuis de nombreuses années, ce sujet traîne dans les coins, régulièrement soulevé, jamais résolu. Et pourtant il ne serait à mon sens guère compliqué d’édicter une imposition individuelle pour tout le monde. Pas de jaloux du coup. On y met des déductions pour les enfants et hop elle est belle. Mais le débat est sans fin. Parce que entre les impôts fédéraux, cantonaux et communaux, selon la tranche de revenus, suivant que l’on intègre au calcul le versement des rentes AVS ou de veuf/-ve, on arrive à des situation qui vont d’un extrême à l’autre. Un lissage ne peut que s’imposer. Et en ce sens l’idée de fond de cette initiative n’est pas mauvaise. Sauf qu’elle choisit pour moi la mauvaise voie en ne prenant pas le bon modèle de taxation. Je ne suis pas un spécialiste de fiscalité, je ne vais pas rentrer dans les détails ; mais pour ce que j’en ai lu, en particulier au cours des dernières semaines, le modèle de l’imposition individuelle est le plus juste et adapté aux différents modes de vie de la société moderne. Sans parler du fait que le modèle proposé par le PDC semble être un vidage assez agressif des rentrées fiscales, avec tout le problème derrière du financement des prestations à la population.

Mais ce qui me dérange beaucoup dans cette initiative, c’est aussi et surtout sa volonté de graver dans le marbre de la Constitution le fait que le mariage est l’union d’un homme et d’une femme. Le président du PDC a beau jeu de dire que ce point est un détail de l’initiative et qu’il pourra être rediscuté plus tard, ce n’est pas vraiment le cas. D’une part, on parle quand même d’une proportion non négligeable de la population (les homosexuels) qui est touchée. D’autre part, on parle de modifier la Constitution, donc de mettre quelque chose de lourd, qui ne se re-modifie pas comme ça du jour au lendemain en claquant des doigts. En acceptant cette initiative, on fermerait la voie au mariage pour tous pour encore de nombreuses années. Et il n’y pas de raison de discriminer certaines personnes en fonction de leur sexualité et de leur vie amoureuse. Les mêmes droits pour tous. Le principe d’égalité. C’est la base, non? Sans compter que le fait d’inclure ce point dans une initiative sur la fiscalité pose le problème de l’unité de matière qu’est censé avoir un texte d’initiative populaire ; où sont passés les contrôles parlementaires au moment de l’étude de ce texte?

En bref donc, même si l’idée d’une égalité de traitement fiscal pour les différents types de ménages est une bonne chose en soi, la réponse donnée par l’initiative du PDC pose plus de problèmes qu’elle n’en résout. Elle n’aborde pas le problème sous le bon angle et s’ancre dans une vision passéiste et dépassée de la société, démontrant un cruel manque d’ouverture d’esprit. Difficile de la soutenir dans ces circonstances et je ne peux que vous inciter à votre NON.

Initiative populaire du 28 décembre 2012 «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels (initiative de mise en œuvre)»

topelement« Initiative de mise en œuvre »… Quel beau sous-titre pour un nouveau texte encore plus dur et plus terrifiant que le précédent. L’initiative sur le renvoi des criminels étrangers était déjà une belle saloperie. Et alors que le Parlement se débattait dans d’obscurs méandres juridiques pour proposer une loi d’application qui aille au plus proche de la volonté populaire exprimée ce jour-là tout en restant constitutionnelle et conforme au droit supérieur international, l’UDC proposait une nouvelle initiative ; avant que les travaux ne soient finis autour de la première. Sous le prétexte de « faire appliquer le fonds de leur premier texte » mais allant dans les faits beaucoup plus loin.

Ce nouveau texte créé des citoyens de seconde zone, ainsi qu’une inégalité criante devant la Justice. Il va ainsi à l’encontre de l’Etat de droit et de son principe d’égalité de traitement. Plus loin, l’initiative va aussi à l’encontre du principe de proportionnalité (lui aussi essentiel au bon fonctionnement d’un état de droit) puisque donnant à des crimes très divers la même réponse. Ajoutons que le texte lie les mains des juges face aux situations rencontrées et ne leur permet plus de décider de la peine en fonction des circonstances ; en prenant la décision du renvoi automatique, on réduit le principe (lui aussi essentiel) de la séparation des pouvoirs puisque le judiciaire se plie au législatif sans pouvoir se poser de questions et se faire son opinion.

Tout cela sans compter que notre système judiciaire actuel permet déjà l’expulsion des criminels étrangers, et que cette sanction est appliquée quand la Justice l’estime nécessaire. Bien entendu, on l’a vu dans la presse, une expulsion n’empêche pas les criminels de revenir, en se glissant encore plus dans des zones d’ombre du coup, pour venir effectuer de nouveaux délits après un passage de frontière discret. La réponse « expulsion » ne semble donc pas fonctionner. Etonnant.

Eh bien oui quand on voit ce que de nombreux pays vivent, la pauvreté, la misère, la guerre, la faim, il n’y a pas vraiment de surprise à ce que, pour survivre au mieux, certains se lancent dans la criminalité; surtout qu’il n’y a souvent pas tellement d’autres débouchés. Et que celle-ci est plus profitable dans des pays riches (comme la Suisse, oui) où il y a de l’argent à prendre. Pas surprenant, non. Alors oui ceux qui vivent bien et confortablement à l’étranger n’ont pas trop envie de changer de crèmerie, ce sont plutôt ceux qui sont dans la mouise qui vont chercher ailleurs, voir où l’herbe est plus verte. Alors je ne cautionne pas les crimes et délits, ce n’est pas une solution pour se sortir de la misère. Mais quand plus rien ne marche, quand on est poussé au plus profond, je peux entendre que certains virent dans cette manière de vivre. Et tant que nos pays riches entretiendront l’exploitation de pays plus pauvres, tant qu’on les poussera vers le bas, tant que l’on refusera à les aider à sortir de la tête de l’eau, tant que l’on pressera leurs autorités avec des dettes impossibles à rembourser et des politiques d’austérité, tant que l’on vendra des armes à des dictatures et des pays en guerre, on ne pourra pas se voiler la face devant une misère du monde qui cherche un endroit où mieux vivre. Expulsés, ils reviendront, plus forts de leur expérience passée pour cette fois éviter de se faire pincer. Oui les criminels doivent être jugés, inculpés, subir des peines en fonction de leur crime. Mais en posant le texte de cette initiative, non seulement on ne résout pas le problème, mais on créé en plus d’énormes problèmes de justice, d’éthique, de respect du droit international, d’égalité entre les gens, etc. On ne peut pas accepter ce texte, il faut voter NON.

Initiative populaire du 24 mars 2014 «Pas de spéculation sur les denrées alimentaires»

game_over_fSujet sans doute le moins médiatisé de cette journée de votation, cette initiative touche pourtant à un point très sensible… Dans le monde, on a plein de gens qui ne mangent pas à leur faim, on a des produits de base dont les prix varient de manière invraisemblable, on a des gens qui veulent tout breveter, y compris des variétés de légumes, on trouve des sociétés qui veulent restreindre l’accès libre à l’eau pour pouvoir vous la vendre à plus haut prix, etc. Un monde de commerce uniquement où tout est basé sur le financier et le commercial, et où on oublie certaines bases comme l’accès à ce qui remplit les besoins fondamentaux. Alors quand des sociétés s’amusent à spéculer sur les denrées alimentaires de base, personnellement, oui ça me choque. Il ne faut pas oublier dans cette histoire que la Suisse est une grosse plaque tournante du commerce de ces produits, avec sur notre sol des sociétés largement impliquées dans ce jeu. Alors non pour moi on ne peut pas jouer ainsi et spéculer sur les denrées alimentaires. Tous ces produits qui se réfèrent aux besoins essentiels doivent être pûrement et simplement sortis de toute spéculation. Donc ce sera un OUI pour moi (le seul de cette journée de votation).

Modification du 26 septembre 2014 de la loi fédérale sur le transit routier dans la région alpine (LTRA) (Réfection du tunnel routier du Gothard)

gothardLe tunnel routier du Gothard n’est plus tout jeune et il faudra envisager sa rénovation. Maintenant, plus tard, les avis divergent. Mais il semblerait que d’autres tunnels européens de même type et du même âge tiennent encore bien la route. Bon, certes, admettons que le tunnel doive être rénové au plus vite. Il faut se rappeler que l’on met en ce moment en route un tunnel ferroviaire spécialement destiné au transfert route-rail au même endroit. Mais avec cette votation on veut nous faire croire qu’il y a besoin de construire un deuxième tube routier ; d’une part pour garder un tube ouvert pendant les travaux (alors qu’il y a d’autres routes en plus du tunnel ferroviaire permettant de transférer les camions) ; d’autre part pour assurer plus de sécurité après les travaux.

Alors bon dire qu’on ne peut pas faire de ferroutage à ce stade avec le superbe nouveau tunnel, c’est un peu se foutre de la gueule de l’argent investi dans le dit tunnel, des citoyens qui ont voté l’inscription dans la Constitution de la protection des Alpes, des grandes phrases sorties encore récemment de la COP21 pour réduire les émanations polluantes diverses,… On a enfin une réelle opportunité de pousser au transfert modal, afin de ne pas asphyxier les vallées alpines sous des tonnes de CO2 et de permettre une utilisation locale, voire touristiques des routes concernées. Alors allons-y quoi. Et la sécurité? Il y a ben d’autres moyens d’augmenter la sécurité. Le tunnel actuel a 2 voies et est utilisé ainsi dans les 2 sens. Théoriquement plus de sécurité? OK. Après les travaux, les deux tunnels seraient utilisés en même temps, un dans chaque direction, mais en n’utilisant qu’une seule de leurs voies respectives. D’après les informations de notre Gouvernement, visiblement glanées à l’aune de la boule de cristal ou selon la méthode fiable dite du doigt mouillé, avoir 4 voies au lieu de 2 ne va jamais augmenter le trafic et on n’ouvrira jamais 2 voies dans chaque sens. Oui, voilà. C’en est presque émouvant de voir des gens qui y croient… c’est touchant. Mais j’y crois pas une seconde. Et puis bon rappelons qu’il y a d’autres tronçons au moins autant meurtriers sur les routes du pays qui profiteraient bien plus de cette manne financière, si on parle purement sécurité. Ou alors des besoins de contournements routiers pour désengorger certaines agglomérations. Ou des solutions de soutien au transfert modal. Bref, tout mais pas cette aberration de deuxième tunnel qui va nous bousiller le paysage, l’air et les tentatives d’aller vers des transports moins polluants. Votez NON.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.