Game of Thrones – Saison 6

Nymeria_Promo_S6Alors que les dernières saisons tallaient leur route en parallèle des bouquins avec leurs différences de plus en plus marquées, cette sixième est le moment où la série dépasse les livres. Personne n’avait donc les tenants et aboutissants de cette suite et les événements présentés ici sont neufs (même si avec les différences de chronologie, on reprend quelques éléments du dernier livre sorti, comme ce qui se passe avec les Ironborn). C’est donc peu dire que ces épisodes étaient très attendus. D’autant que GRR Martin ne se stresse pas plus que ça pour les bouquins ; alors certes il a donné les clés de la fin aux auteurs, et on va dans son sens, mais je suis très curieux de voir quelles seront les différences dans les bouquins.

Que vaut donc cette sixième série de dix épisodes? Et bien ça déchire pas mal. Les huit premiers épisodes restent relativement calmes mais mettent beaucoup de choses en place. On sent monter la tension et le suspens, on a quelques révélations, quelques actions d’éclat, mais cela reste relativement tranquille. Et puis on a, comme c’est devenu l’habitude, un épisode 9 absolument épique avant un dixième qui conclut de manière assez magistrale en nous laissant sur une seule envie : voir la suite où ça va chier dans le ventilo. Ce qu’il y a de pas mal dans cette saison, c’est que même si on a droit à de la mise en place, on a aussi pas mal de révélations, voire de confirmations, sur des pans parfois très importants de l’histoire qui permettent d’envisager les choses sous un autre angle. Et ça reste du Game of Thrones, à savoir déjà que c’est violent, crû, parfois gore, avec des tripes à l’air et des membres arrachés ou coupés sans modération.  Et puis il y a des morts du coup, comme toujours il y en a aussi parmi les personnages attachants ; mais bon soyons heureux il y a aussi des morts chez les salopards, et des personnages qu’on croyait morts mais en fait non pas vraiment quoique parfois un peu quand même. Et comme c’est GoT, il y a du cul aussi ; peut-être que je suis blasé, mais je trouve qu’il y en a moins qu’avant quand même. Et puis il y a des batailles épiques (enfin, une surtout mais alors elle envoie du bois, du bois très lourd), des coups fourrés et autres saloperies, de la manipulation, des dragons (toujours plus grands, et ils ont vraiment de la gueule). Bref, la recette habituelle. C’est bon, très bon. Toujours aussi bien réalisé, avec des moyens conséquents, avec des acteurs au taquet et une bande-son qui met la barre très haut.

Passons à la partie spoilers Inside de ce billet…

Vous voilà prévenus…

Bon ben franchement j’ai trouvé bizarre le nombre de personnages morts ou disparus qui reviennent, parfois d’étrange manière. Jon Snow, on pouvait s’y attendre, mais bon ça en fait un. Il y a ensuite le Hound, étonnamment là, même si sa nouvelle attitude flower power est sympa (OK, ça dure pas et franchement j’ai adoré le dialogue de la négociation sur combien de gars on peut massacrer). Il y a Benjen Stark, certes pas annoncé mort mais on pouvait s’en douter, sauf que effectivement il était mort mais pas tout-à-fait, et qui a vraiment une position très particulière ; il fait un peu Deus Ex Machina quand même.

Et ensuite il y a les morts, plus ou moins attendues. Bon, alors oui quel plaisir de voir trépasser des ordures comme les pères Bolton et Frey, mais surtout Ramsay bien évidemment. D’un autre côté, le dernier épisode fait vachement table rase en éliminant en peu de temps une flopée de personnages principaux sur lesquels je faisais reposer pas mal d’attentes pour la suite, genre Margery, le High Septon ou Tommen. Waow, quel choc, le tout soutenu par cette musique douce et tranquille, sous le regard et le sourire de cette belle vacharde de Cersei. Très joli coup qu’elle a monté, là.

Et puis je me réjouis de voir enfin arriver certaines réponses. L’origine des White Walkers, la fameuse naissance de Jon Snow, ce genre de trucs. Ca donne au moins l’impression de progresser, on fait avancer le schmilblick. Et ça c’est bien. par contre on pousse et on pousse pour retarder encore l’inévitable, à savoir la baston mémorable pour déterminer qui va rester à la tête de Westeros : les Stark/nord/wildlings, les Lannister, les Daenerys/Dorne/Martell? Et au milieu les deux clans des Ironborn aussi. Notons au passage l’arrivée de femmes vraiment fortes au pouvoir : Daenerys qui confirme sa place, Cersei sur le trône, Sansa évincée par Jon Snow mais sans qui on n’en serait pas là, la sœur Grejoy, et surtout la nouvelle, last but not least, petite Lady Mormont absolument grandiose du haut de ses 10 ans.

On n’a donc pas fini de faire grimper le bodycount pour la prise du pouvoir. Sans compter que les White Walkers ne comptent pas rester peinards au nord du Mur ; oui mais voilà ce dernier n’est pas censé les laisser passer. On n’en a pas encore fini, mais il ne reste que deux courtes saisons et on peut se douter que l’on va avoir droit à un final en apothéose. Franchement autant le début de la saison a eu de la peine à se mettre en place, autant la fin est assez énorme. Reste à voir comment tout ça sera traité dans les bouquins…

 

Précédemment : Saison 1Saison 2Saison 3Saison 4Saison 5

2 réflexions au sujet de « Game of Thrones – Saison 6 »

Laisser un commentaire