Cannes 2017 (1/6) : Festival du Jeu, As d’Or, mes comparses

Et voilà, comme je vous l’annonçais dans un billet précédent, je suis allé au Festival International des Jeux à Cannes, le FIJ comme on dit. Et c’était bien. Nous étions une petite équipe sympathique allant parcourir les allées du salon pour vous en ressortir la substantifique moëlle, ou en tout cas nos impressions et nos avis ; nous étions en collaboration étroite avec les amis du LonelyDarkMeeple.

Bon ben le FIJ comme chaque année, c’est un Palais des festivals rempli et blindé de stands mais surtout de visiteurs. Ca fait plaisir de voir tout ce monde se déplacer pour le jeu, qu’il s’agisse de tournois d’échecs ou de party games délirants, de mots croisés ou de jeux de rôles, de belotte ou de jeux de gestion durant des plombes, d’awele ou de jeux de baston avec plein de figurines. Oui ça fait chaud au coeur de voir que notre loisir est autant apprécié. L’ambiance est toujours bonne. Le festival c’est l’occasion de croiser des gens, de serrer des mains, de faire des rencontres, de découvrir plein de jeux (nouveautés ou pas), de boire des bières avec des potes en parlant de tout et rien, bref un truc bien vivant et fort agréable ; d’ailleurs les dates de l’année prochaine sont déjà posées sur mon agenda.

Comme cette année j’avais une accréditation presse et pour ne pas avoir le sentiment de l’avoir volée, je vous ferai un topo plus détaillé que d’habitude, en plusieurs billets qui vont fleurir dans les jours à venir, décrivant les divers jeux auxquels nous avons pu nous frotter.

Les collègues

Grande nouveauté cette année, comme nous étions plusieurs accrédités, j’ai aussi demandé l’avis de mes collègues qui ont joué, que ce soit avec moi ou à des jeux que je n’ai pas essayés. Dès lors, vous trouverez dans ce billet et les suivants des “l’avis de…” Et pour mieux vous mettre dans le contexte, c’est mieux de savoir un peu de quel genre de joueur il s’agit. Nous avons donc, dans l’ordre alphabétique :

Christophe : joueur aguerri, connaisseur, aime les gros jeux mais aussi les belles mécaniques ludiques, et se met aux jeux pour tout petits avec sa fille.

Jonathan : joueur régulier et aguerri. Apprécie tout particulièrement les jeux en coopération les jeux de stratégie ou d’énigme mais aussi les jeux funs en général. Avec un certain penchant pour ceux avec des thèmes immersifs

Oliver : joueur solide, rôliste aussi, surtout appréciateur de jeux de gestion moyen à complexe, de stratégie, de deck building avec pas trop de hasard. Aime pouvoir stratégiser sur des jeux de 30min à plusieurs heures. Déteste vraiment le Uno.

Olitch : notre consultant “pas geek et joueur léger” qui vous donnera donc un avis de moins spécialiste et plus grand public.

L’As d’Or

Comme chaque année, le FIJ est l’occasion de décerner le prix de l’As d’Or, le jeu de l’année du jury composé de personnalités du milieu. Bon, je ne vais pas rentrer trop loin dans la polémique qui court de sélection du jury, de copinage, d’affinités, de questions de sous, à vrai dire je m’en tape. Le jury me semble composé de gens du milieu qui se font plaisir à jouer et décernent des prix aux jeux qui leur semblent les meilleurs dans trois catégories et moi ça me va ; en plus, ça doit être super difficile de retenir déjà des jeux nominés mais ensuite surtout un vainqueur dans chaque catégorie, au vu de la production pléthorique et de qualité que l’on a dans le domaine ludique. Et cette année, j’étais à la cérémonie en vrai de vrai…

Dans la catégorie des jeux “enfants”, le vainqueur c’est “Kikou le coucou”. Au-delà des possibles gags, jeux de mots débiles et autres que l’on peut faire sur son titre, ce jeu de dextérité a l’air assez rigolo. Je serais même tenté de l’essayer dans une soirée de jeux avec des grands et avec quelques verres de consommés, ce doit être assez drôle. Sortie chez Haba, cette histoire de coucou se joue dès 4 ans semble-t-il, entre 2 et 5 joueurs, et pour une quinzaine de minutes ; à noter que ses auteurs catalans étaient vraiment touchants sur scène en recevant leur prix. A ses côtés concouraient un jeu plus tactique, Animouv, et la version junior du classique L’Age de Pierre, deux jeux qui me semblent très bons aussi.

Dans la catégorie “experts”, on notera la victoire de Scythe, un jeu déjà auréolé d’une certaine gloire et renommée, un titre fleurant bon le développement, la conquête et la baston, le tout dans un univers steampunk d’une Europe uchronique fort bien construit et aux magnifiques illustrations. Déjà sur ma wishlist depuis un moment, Scythe y trouve une place de choix, d’autant que la version à venir de Matagot améliorera semble-t-il la traduction de Morning dont quelques boîtes étaient encore dispos au FIJ. C’est dès 12 ans, 1 à 5 joueurs, et les 90’ annoncées me semblent assez légères par rapport aux retours que j’ai eus. Ses concurrents étaient Conan, l’énorme succès Kickstarter en jeu de figurines qui a l’air fort sympathique et défoulant ; et Star Realms, très bon jeu de cartes dont je vous parlais il y a peu mais qui me semble un peu léger pour cette catégorie.

La catégorie “tout public” décerne le prix le plus convoité, et est donc sujette à de nombreux commentaires. Le vainqueur c’est Unlock, un jeu s’inspirant des fameuses escape rooms qui pullulent de plus en plus un peu partout. Contenant trois scénarios censés être terminés en une heure maximum, nécessitant une application permettant de jouer le chrono mais aussi de rentrer des codes ou d’obtenir des indices, le jeu est très bien foutu. A ses côtés, trois excellents jeux sélectionnés, dont le fabuleux Codenames et le sympathique Imagine que je vous ai déjà présentés (notons que pour Imagine, 4 des auteurs japonais avaient fait le voyage de Tokyo pour la cérémonie, impressionnant, avec un magnifique discours) ; et aussi Kingdomino, découvert pour moi au FIJ mais qui fait un peu l’unanimité depuis quelques mois, un très bon jeu familial fort agréable et avec de belles possibilités tactiques.

Conclusion

Avant de terminer, je voulais juste dire que c’est toujours sympa de faire la tournée des gens que je ne croise qu’une fois par année dans ce contexte, en particulier dans la zone “jeux de rôles” ; je n’ai pas réussi à voir tout le monde, mais ce n’est que partie remise.

Et voilà pour ce premier billet cannois au retour du Festival, avec encore des images plein la tête (à retrouver en partie sur ma galerie d’ailleurs) et de belles rigolades tout au long de ces quelques jours. La suite dans pas longtemps avec les divers jeux joués pendant le Festival. En attendant, j’ai déjà remis à jour ma collection sur BGG avec mes acquisitions et la wishlist.

6 réflexions sur « Cannes 2017 (1/6) : Festival du Jeu, As d’Or, mes comparses »

Laisser un commentaire