Injustice

Injustice ça a d’abord été un jeu vidéo, un jeu de baston où on pouvait prendre des super-héros ou vilains de DC Comics parmi un large panel et se foutre sur la tronche allègrement en 1 contre 1. Gros succès du jeu, et donc envie de rentabiliser l’idée. C’est comme ça qu’est née la série de comics Injustice – Les Dieux sont parmi nous, en créant une sorte de prequel au jeu, une introduction pour arriver au contexte du jeu.

L’idée de base, c’est que le Joker a réussi à manipuler Superman pour faire en sorte qu’il tue Lois Lane enceinte, tout en s’assurant qu’une bombe détruise toute une ville. C’en est trop pour le kryptonien qui décide d’utiliser ses pouvoirs quasi-divins pour mettre la planète sous sa coupe et dicter un nouvel ordre mondial dans lequel il n’y aura plus de guerres ni de conflits. Les moyens mis en œuvre par Superman sont énormes et il ne se gêne pas pour châtier ceux qui ne le suivent pas. Oui mais voilà, il y a Batman qui n’est pas, mais alors pas du tout, d’accord avec ce concept de nouveau régime mondial tyrannique. Les héros et vilains de DC vont donc choisir leur camp, avec parfois des alliances surprenantes et des changements d’allégeance, pour déterminer qui l’emportera. Superman étant d’une puissance si incroyable, il contraindra son adversaire à une sorte de résistance, guérilla, contre le régime.

La série se déroule sur 5 années, chacune divisée en 2 tomes (sauf la 5ème qui en compte 3). Chaque année suit aussi un peu le même schéma (on ajoute à la première une ouverture explicative qui pose le truc, et la conclusion de la 5eme). Mais l’idée générale est la suivante… en voulant mettre un terme aux actions de l’autre, l’un des camps va chercher un allié plus puissant encore ; du coup en réaction le camp attaqué va chercher quelqu’un apte à l’aider. Et l’affrontement devient titanesque avant de retomber en fin d’année. Chaque année on va plus loin, plus haut, plus fort, plus puissant. Dès le début, l’affrontement met en jeu des puissances incroyables, et rien que pour résister aux pouvoirs de Superman il va falloir développer une technologie rendant les humains bien plus puissants. Mais par la suite on voit intervenir des entités cosmiques et des dieux, rien que ça. Il y a là une sacrée tendance à la course à l’armement, avec cette narration qui se fait du coup un chouilla répétitive. On y revient quand même avec toujours cette question du « mais qu’est-ce qu’ils ont pu aller encore chercher de plus? » Et puis il y a cette envie de savoir qui l’emportera et comment. Il y a juste la fin qui me laisse complètement sur ma faim ; pas évidente, tordue, elle n’apporte pas de solution et n’est pas vraiment une fin (en gros j’ai pas du tout bien compris cette fin, mais je suis peut-être un peu neuneu).

Je ne connais pas tous les personnages de l’univers DC mais j’ai retrouvé avec plaisir des créations qui ont accompagné pas mal de mes jeunes années. J’en ai découvert d’autres qui se sont avérées fort sympathiques. Le mix de tout cela fait quand même beaucoup. Il y a beaucoup de personnages, et du coup cela demande parfois de s’accrocher un peu. Surtout que certains jouent double jeu.

Les dessins sont très classes. J’aime beaucoup. Ils rendent bien les aspects particulièrement épiques de ces affrontements. Les couleurs fonctionnent aussi très bien. Du coup la lecture est franchement agréable. Je regrette juste que certains caractères soient un chouilla trop petits et parfois avec une écriture un peu particulière qui ne les rend pas toujours super lisibles.

Le succès de la franchise Injustice a donné d’autres résultats…. une série de comics relatant les faits du point de vue d’Harley Quinn, une série de comics Injustice 2 prenant place après les événements du jeu et servant de prequel au jeu Injustice 2 sorti l’année passée. Bref, si cette version de l’univers DC vous motive, il y a de quoi faire. pour ma part, c’est déjà pas mal avec la première série ; je crains un peu que la deuxième fasse redondant. Et au passage je vois même l’annonce de Injustice vs. He-Man and the Masters of the Universe (ça fait un peu beaucoup là).

Au final une lecture très sympathique donc, même si le schéma narratif qui revient chaque année est un peu trop toujours le même. En même temps, les aventures de super-héros suivent souvent des schémas un peu identiques, donc c’est normal. Je conseille…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.