The Man from U.N.C.L.E.

Je n’ai pas connu la série éponyme dont il est tiré (Agents très spéciaux en vf), donc je ne vais pas rentrer dans le jeu de la comparaison. Ce film d’action/espionnage de 2015 nous entraîne pour commencer à Berlin en pleine Guerre Froide, au début des années 60. Un espion américain est contraint de faire équipe avec un espion russe pour protéger la fille d’un savant mêlé aux activités d’une organisation criminelle ; leur but n’est rien de moins que de sauver le monde du coup. On va aller de poursuites en bastons, d’infiltrations en séductions, avec des moments complètement pulp, en suivant des personnages hauts en couleurs, le tout avec des petits twists bienvenus.

Bien que le scénario n’ait rien de bien original, c’est son traitement qui fait que le film est fort sympathique. Le côté « buddy movie » avec les deux agents si différents contraints de collaborer, l’ambiance 60’s bien retranscrite, l’humour bien placé, le rythme soutenu, tout contribue à rendre le film agréable. On sent vite la patte de Guy Ritchie à la réalisation (Arnaques, Crimes et Botanique, Snatch, Sherlock Holmes et sa suite, Le Roi Arthur,…) Une certaine esthétique, des plans improbables, des dialogues aux punchlines bien senties, des ralentis et arrêts sur image, il y a ce style Ritchie. En y ajoutant un style très 60’s, dont ces scènes en écran scindé qui suivent différents points de l’action.

Les deux héros sont interprétés par Henry Cavill (Man of Steel,…) et Armie Hammer (The Social Network, Lone Ranger, Free Fire,…). Le duo fonctionne très bien, ce qui est nécessaire dans ce genre de buddy movie ; des personnalités différentes, des styles différents, deux personnages qui ne s’apprécient pas mais contraints à travailler ensemble, chacun avec ses méthodes, sans se faire confiance, tout y est. A leurs côtés on retrouve Alicia Vikander (Ex Machina, Tomb Raider,…), qui ajoute un rôle féminin fort bien réussi. Il y aussi à l’affiche le très britannique Hugh Grant qu’on ne présente plus, Elizabeth Debicki (Les Gardiens de la Galaxie vol.2,…), Luca Calvani, Sylvester Groth (Inglourious Basterds, Sense8,…) ou encore Jared Harris (Sherlock Holmes 2, Fringe, The Expanse,…) Les rôles sont souvent clichés, mais c’est le style du film d’espionnage qui veut cela, où l’on s’attend à des archétypes. Mais cela n’empêche pas les acteurs de bien s’en sortir.

Au final, un film bien distrayant, entre action et espionnage, avec certes des poncifs du genre mais aussi une ambiance qui lui est propre. Le tout est bien mis en scène, bien interprété, et le résultat est fort sympathique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.