[Cannes 2019] Draftosaurus

  • Auteurs : la team Keadama, soit Ludovic Maublanc, Antoine Bauza, Corentin Lebrat et Théo Rivière
  • Illustrateur(s) : Jiahui Eva Gao
  • Edité par : Ankama
  • Distribué par : Blackrock
  • Age conseillé : 8+
  • Nbr de joueurs : 2 – 5
  • Durée estimée : 15’

L’avis de Fred :

Le jeu me tentait bien car développé par une sacrée dream team, cette équipe Keadama composée de 4 auteurs pas nés de la dernière pluie. Et puis son air familial, accessible, les dinosaures, bref il avait de quoi m’attirer. Je me suis donc retrouvé à une table à le tester avec une équipe de gens fort sympathiques (poke à Ludo de la ludo), et hop je l’ai acheté et fait dédicacer dans la foulée.

Ici le but est de développer un zoo de dinosaures, ce qui a ses petites spécificités par rapport à un zoo normal. Chaque joueur a devant lui un petit plateau personnel représentant le zoo vide avec ses différents enclos (à noter au verso une version hiver un peu plus complexe). Dans un sac, 60 figurines de dinosaures en bois, 10 de chaque espèce (oui, chaque espèce a sa forme et sa couleur). En début de manche, chaque joueur en pioche 6 au hasard. A tour de rôle, un joueur va lancer un dé indiquant dans quelle zone du plateau il faudra poser le dinosaure et chacun choisit ensuite son dinosaure. On place tous son dinosaure en même temps et on passe les dinos restants dans notre main au joueur de gauche (mécanique de draft assez classique). Après ces 6 tours, on refait une manche avec de nouveau 6 dinosaures au hasard, et on n’a plus qu’à compter les points.

Les points se marquent selon l’enclos. Dans un il faudra un maximum de dinos de la même espèce, tandis que dans un autre il en faut un max mais d’espèces différentes. Tel enclos ne vaudra des points qu’en contenant exactement 3 dinos tandis que dans un autre ce sont les couples de même espèce qui vaudront quelque chose. Etc. En plus le dé nous aura contraint à un placement bien spécifique. Si l’on me tout cela ensemble, le résultat devient un vrai puzzle pour tenter d’optimiser le placement. Sans compter qu’il est possible d’essayer de saloper le zoo du joueur suivant en ne lui laissant pas le dino dont il aurait besoin.

Le jeu est vraiment sympathique. Avec son joli matériel coloré et ses dinosaures, il attire le regard et donne envie de jouer. Mais il n’est pas qu’enfantin pour autant. On s’est bien éclatés entre adultes aussi et il faut parfois bien réfléchir pour optimiser le placement. Un jeu court et accessible qui devrait plaisir à un grand nombre. J’aime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.