Captain Marvel

Oui je sais je suis faible. Je me plains régulièrement de tous ces films sans imagination qui usent des franchises jusqu’à la corde et qui ressassent finalement beaucoup de trucs tout le temps identiques. Et pourtant je continue à aller voir ces films Marvel parce que (dans l’ensemble) je m’amuse quand même bien. Je suis plutôt bon public, je l’admets. Rarement très bons, ils ne sont aussi que rarement réellement mauvais. Et je passe presque toujours un bon moment. Alors là, j’ai rejoint les potes pour aller voir ce Captain Marvel qui me tentait bien. Et de nouveau j’ai passé un bon moment, je dirais même qu’il est plutôt dans les bons Marvel.

Bon, Captain Marvel je connaissais pas trop dans les comics. Alors ici on a droit à une origin story qui nous permet de cerner un peu le personnage, avant qu’il ne rejoigne les Avengers dans le prochain film pour mettre une raclée à Thanos. On y découvre une guerrière Kree, ces extra-terrestres super-policés et cadrés qui luttent contre les Skrulls (ces derniers sont des métamorphes qui envahissent planète sur planète à-travers la galaxie, j’en parlais au sujet d’un comics il y a pas trop longtemps). Un concours de circonstances va l’amener sur Terre où elle découvrira une menace de grande ampleur ainsi que des secrets sur sa vie et son passé. Je vais aps aller plus loin, parce que la bande-annonce a certes donné quelques indices mais de loin pas tout ; et je dirais même que j’ai été agréablement surpris de ne pas connaître toute l’intrigue via les bandes-annonces comme c’est trop souvent le cas.

Ce film a un côté rafraîchissant, dans une veine Thor-Ragnarok/Gardiens de la Galaxie, un peu moins prise de tête que d’autres films du genre. il y a une certaine décontraction dans les attitudes des héros (la relation entre Fury et Carole est bien fun, en particulier). Et j’ai beaucoup aimé cet aspect. On rit de bon cœur, les punchlines sont bien senties, on a même un double « dans ton cul » très bien amené. Cette ambiance est posée par les réalisateurs Anna Boden et Ryan Fleck, en couple dans la vie privée comme derrière la caméra ; ils sont aussi co-scénaristes sur le film. J’aime beaucoup leur manière de traiter le truc, avec des enjeux énormes, des millions de vie mises dans la balance, des planètes entières dévastées, mais restant très proches de leurs personnages, suivant leur cheminement, leurs émotions. Alors bon, l’histoire en elle-même n’a rien de complexe. Et les surprises non-évoquées dans les bandes-annonces sont assez grosses (on voit assez vite venir les choses en fait). Mais le tout est bien fait. L’emballage est très agréable, avec une réalisation bien sentie. Et des scènes particulièrement épiques de grande ampleur.

Brie Larson (Scott Pilgrim, Free Fire, Kong – Skull Island,…) donne corps à Carol Danvers, Captain Marvel, une héroïne qui en a, aux pouvoirs incroyables, à la très forte personnalité, qui ne s’en laisse pas compter, et qui n’a décidément pas besoin des mecs pour s’en sortir ; oui, une nouvelle image de femme forte vient s’ajouter au panthéon geek ; elle donne au personnage une attitude que j’aime beaucoup, passant d’un humour pince-sans-rire avec sourire en coin à une combativité et une fureur qui en jettent. Avec une jolie actrice, il « fallait » un acteur au physique avenant aussi, et c’est Jude Law (Bienvenue à Gattaca, eXistenZ, Capitaine Sky et le monde de demain, Sherlock Holmes, Hugo Cabret,…) qui s’y colle, très bien dans son rôle de chef militaire froid et carré. Autour d’eux on retrouve avec plaisir Samuel L. Jackson et Clark Gregg, deux piliers du Marvel Cinematic Universe, et pour l’occasion rajeunis numériquement au-travers d’une technologie aux résultats impressionnants. Mais aussi Lee Pace (Le Hobbit,…) et Djimon Hounsou (Stargate, The Island,…) qui reprennent aussi leurs rôles de la franchise. On a encore Ben Mendelsohn (Rogue One, Ready Player One,…), Gemma Chan, Annette Bening (Valmont, American Beauty,…), Lashana Lynch, Mckenna Grace (The Haunting of Hill House,…), ou Akira Akbar. Un casting très agréable. Sans oublier le (double) caméo de Stan Lee.

Je note encore un truc qui m’a bien plu dans le film : ça se passe dans les années 90. Du coup gros trip sur la bande-son choisie en fonction de cela avec du Nirvana, Hole, Elastica, Republica, TLC, Garbage, No Doubt, Salt’n’pepa, REM, ou Des’ree. Sur plein de chansons je me sentais une envie de me trémousser comme à l’époque en soirée. Que du bonheur! On notera la grosse proportion de groupes à voies féminines. Volontaire sans doute, pour un film qui met en avant une super-héroïne, une première dans le MCU (qui a parlé de la frustration de Black Widow?). Au passage, on notera que cette présence féminine en tête d’affiche a défrisé pas mal de masculinistes mal dans leur slip qui ont déchiré le film sur le web sans même l’avoir vu ; et rien que pour ça je suis content d’avoir soutenu le film. Revenons au côté 90’s avec des looks grunges comme à l’époque, des films, un loueur de VHS, des connexions internet pas au top, et tout ce qui va avec. Jolie reconstitution, joli revival.

Un bon divertissement, plutôt un bon Marvel, Captain Marvel se laisse voir avec plaisir… pour peu que l’on n’en attende pas d’être un film super marquant. Malgré ses spécificités, il reste dans le moule du MCU et des films de super-héros. Il n’en retse pas moins que jai passé un bon moment de détente avec un film réussi (pour ce que j’en attendais).

Une réflexion sur « Captain Marvel »

  1. Ce film est vraiment intéressant. Il nous explique beaucoup de choses par rapport au Tesseract. Captain Marvel est une héroïne super puissante et j’espère qu’elle fera le poids face à Thanos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.