Avengers : Endgame

Ils nous ont bien eu chez Marvel/Disney. Une comm incroyable et maîtrisée. Alors qu’au début il se disait que les épisodes 3 et 4 d’Avengers formeraient un tout et seraient la suite l’un de l’autre, la firme a démenti ensuite cela en disant que l’on aurait Infinity War puis un 4eme Avengers qui serait à part. Et puis on a eu droit à ce Infinity War qui se termine de manière incroyable et ouvrant clairement la voie au film suivant qui en est donc la suite directe comme cela était annoncé à la base, mais finalement à la grande surprise de la plupart des gens (la conclusion d’Infinity War ayant été un secret bien gardé jusqu’à la sortie du film). Entretemps sont passés par-là Ant-Man et la Guêpe, ainsi que Captain Marvel, tous deux donnant des éléments pour ce grand final qui clôt avec démesure dix ans de films. Je vais pas vous spoiler le truc ici, du moins pas dans un premier temps… alors que retient-on de ce long-métrage?

Et bien il y a là-derrière un sacré waouw-effect. En 3 heures, Marvel nous fait boucler la boucle de 11 ans et 22 films en faisant des liens énormes. Si je m’attendais à pas mal de choses, j’ai aussi été surpris. Le secret a été bien gardé sur le pourquoi comment de tout cela. On a droit à un vrai gros blockbuster dans le haut du panier, rempli d’action, d’héroïsme, de bastons, d’humour bien sûr, mais aussi de pas mal d’émotion puisque les différents personnages ont droit à des passages intimes, liés à leurs motivations les plus profondes et à leurs envies/besoins. Tout cela est vraiment bien foutu, puissant, prenant. Alors certes on n’est pas là pour voir un film d’auteur introspectif plein de réflexions philosophiques, et le cœur du film est quand même dans l’épique ; avec entre autres une bataille rangée de très très gros calibre. Mais non seulement on en prend plein la face, mais c’est aussi touchant (dans les limites où un gros blockbuster Marvel peut être touchant). On va donc suivre la manière dont les survivants d’Inifinity War vont tenter de récupérer le coup et se venger de Thanos, et cela va prendre des proportions dantesques. Difficile d’en dire plus sur l’histoire sans spoiler méchamment.

Derrière la caméra, on retrouve les frères Russo à qui on doit déjà trois films Marvel qui ont marqué fortement le MCU et qui ont à chaque fois bien bousculé les choses en posant des bornes essentielles en vue de ce final : Le Soldat de l’Hiver, Civil War et Infinity War. Le duo nous démontre à nouveau sa capacité à manier à la fois l’action épique et l’émotion. On passe de trucs énormes avec tout plein de monde qui bouge dans tous les sens à des passages intimes centrés sur des personnages bien précis. Et ça c’est fort. Bien entendu, le film est bardé de CGI au kilomètre, et leur qualité est impressionnante, on sent le budget.

Il y a aussi cette impression de ligne directrice générale sur les films du MCU, que l’on doit essentiellement au producteur Kevin Feige qui est là-derrière. Thanos apparaît pour la première fois dans une scène post-générque d’Avengers en 2012 ; cela fait donc 7 ans que l’on nous construit cette menace ultime, cet adversaire surpuissant qui mettra à mal les efforts de tous les héros présentés au cours de ces films. Les Pierres d’infinité sont aussi présentes dans le MCU (même sous un autre nom) depuis Iron Man 2 en 2010 et ont pris de la place depuis Captain America en 2011. Et même si le final et les détails de cet affrontement n’étaient sûrement pas précisés depuis aussi longtemps, on voit qu’il y a eu une vraie construction du truc. Une suite de films, dont la plupart peuvent être vus indépendamment sans prise en compte de l’ensemble, mais qui constituent des briques soutenant l’ensemble, le tout culminant dans ce diptyque Infinity War – Endgame. Très très fort.

Je ne vais pas rentrer dans le détails du casting qui envoie du bois avec à peu près tous les personnages importants que l’on a vus passer dans le MCU. La plupart sont très justes ; il faut dire que certains tiennent leur rôle depuis pas mal d’années et de films, ils ont eu le temps de se mettre dans le personnage. Le défilé qui passe devant la caméra est franchement immense, permettant de faire le lien avec tous ces différents films du MCU qui ont forgé la mythologie Marvel au cinéma (d’ailleurs les crédits sont assez longs pour le signaler). Pas de fausses notes dans le tas, on a des personnages forts, marquants. Mais surtout des personnages qui évoluent. Les 6 Avengers d’origine, ceux du 1er film de l’équipe, ont en particulier droit à un traitement de faveur, une sorte d’hommage, avec de gros changements en perspective (et en rab des crédits de fin tout particuliers) ; comme on en trouve dans les comics. Parmi les autres aussi, il y a de l’évolution, on ne sort pas indemne ou inchangé de ce genre d’événement.

Avengers Endgame n’est pas un film novateur. Mais il bat déjà des recors de visionnement et on peut dire qu’il aura marqué quand même par la manière dont il boucle une décennie de films. Des effets spéciaux spectaculaires, des personnages forts, un antagoniste qui tient la route (essentiel), de l’émotion, de l’humour. Si on reste dans le domaine du gros blockbuster qui en envoie plein les mirettes, on est quand même dans le haut du panier de ce genre de film… pour peu que l’on ait suivi le MCU et vu une bonne partie des films. Parce que sinon je pense que l’on ne va pas saisir grand chose. On passera comme toujours dans ce domaine sur certaines incohérences scénaristiques et plans foireux (je laisse l’Odieux connard se charger de cela) et on se concentrera sur le fun. J’ai passé un très bon moment, c’est un très bon film dans sa catégorie de divertissement à grande échelle.

Bon et sinon…?

Dans le détail…

Si on spoilait un peu?

Oui, la suite de mon billet va toucher à des passages du film qui devraient rester secrets si vous ne l’avez pas vu. Évitez donc la suite de la lecture si vous ‘avez pas été voir le film.

C’est bon, on est entre gens qui savent de quoi on parle?

Ouais franchement j’ai beaucoup apprécié le film. Certes il y avait des trucs que je sentais venir. La scène d’ouverture avec Hawkeye (dont au passage j’adore le prénom de sa fille) était assez attendue et explique son absence du film précédent et son retour ici. Si l’importance du monde quantique et le voyage dans le temps me semblaient aussi jouer un rôle important, je ne l’avais pas vu venir de cette manière-là, pas autant, pas avec autant d’impact ; en fait c’est tellement au cœur du truc que cela créé le lien avec les autres films et cela donne à chacun la possibilité d’avoir son moment d’émotion, de retour en arrière, de feedback sur ses motivations et son rôle. On sentait aussi que les pouvoirs de Captain Marvel allaient être mis à contribution ; et si la première apparition du personnage était attendue de cette manière, je l’espérais davantage présente par la suite, plutôt que comme gros deus ex machina qui débarque tout-à-coup.

J’ai été assez surpris de la manière abrupte dont la première partie prend fin avec la mort de Thanos. Rapide et efficace et là je me suis dit « mais où ils vont aller, bordel? » Et je n’ai pas été déçu. D’autant que le twist Nebula avec le retour de Thanos qui sait tout a mis un sacré bordel dans un plan joliment préparé. Oui j’ai été surpris par des éléments de scénario, et ça, ça me plaît.

J’ai beaucoup aimé les grosses évolutions de certains personnages. Thor donne un côté peut-être trop comique au personnage avec cet style Big Lebowsky, mais en tout cas un ton plus léger qui fait bien l’opposition avec l’aspect solennel d’Asgard au début et va dans la ligne de Ragnarok ; le passage de témoin à Walkyrie peut faire penser au fait que dans les comics Thor est devenu un personnage féminin. Le sacrifice de Black Widow, la sans-famille et sans attache, est logique ; rien ne l’attendait vraiment dans ce monde nouveau, tandis que Hawkeye a sa famille qui est devenue sa motivation première. Banner/Hulk a suivi une évolution pas banale qui lui permet de jouer sur deux tableaux ; impressionnant. Captain America est sorti de son pur rôle de héros pour vivre enfin en tant qu’homme, avoir une vraie vie, et le symbole du héros est transmis comme dans les comics. Quand au sacrifice d’Iron Man, il était attendu, annoncé presque depuis ses petits soucis de santé mentale ; il s’est éloigné du modèle du père égoïste, il a voulu déconstruire ce que ses ventes d’armes ont construit, et cette rédemption passe par sa mort ; et puis bon c’est lui qui a ouvert le MCU donc on boucle la boucle. On a pour plsuieurs de ces héros un passage de témoins qui montre qu’ils sont devenus des symboles, bien au-delà des personnes qu’ils sont d’abord.

Si le MCU va continuer à vivre avec la suite des aventures de Spider-Man (dont Far From Home bouclera la phase 3 du MCU, étonnant que ce ne soit pas Endgame qui le fasse), de Black Panther, de Dr Strange, de Ant-Man, des (As)Guardians of the Galaxy, les héros Marvel vont aussi se déplacer sur la plateforme Disney+ avec des séries consacrées à Loki, au Faucon et Bucky, à Wanda et Vision, etc. On reviendra aussi sur le passé de Black Widow au cinéma. Bref, on n’a pas fini d’entendre parler de Marvel sur nos écrans, mais ce film restera une pierre angulaire dans la construction de cet univers ; et rien ne sera plus jamais comme avant pour ces personnages.


Une réflexion sur « Avengers : Endgame »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.