Revue de web – S03E36

revuedeweb2014Eh oui, une semaine sans revue de web. Pas grave. Juste que j’étais en plein déménagement et donc sans connexion valable pour m’en occuper. D’où ce petit blanc. Mais on reprend les opérations…

Société

Quand les assurances de santé commencent à nous suivre via des bracelets connectés.

La Suisse prête à accueillir Snowden pour des témoignages?

Redémarrer des réacteurs nucléaires avec des fissures, ça me fait un peu flipper quand même.

Oh, étonnant, pas mal de gens ne peuvent pas payer leurs primes d’assurance maladie

Ça fait plaisir, ce très bon taux de recyclage des emballages de boissons.

flattr this!

Pourquoi je quitte le comité de la ludothèque d’Ecublens…

2441796307_631c18132dDepuis 2 ans et demi que je donne pas mal de temps et d’énergie pour la ludothèque Le Dé Blanc, plein de gens me font effectivement remarquer que c’est un boulot de fou et que cela me demande énormément. Ce à quoi j’ai toujours répondu que c’était un vrai plaisir et que je m’éclatais, que ce n’étais pas un boulot ; et que effectivement j’arrêterais le jour où je n’y trouverais plus de plaisir ; parce que oui l’engagement associatif c’est bien, le masochisme nettement moins.

C’est au début 2012 que j’ai embarqué dans cette aventure en tant que président du comité. De longs mois de travail pour tout mettre en place, recruter des bénévoles et trouver une perle pour le poste de ludothécaire. Avec au final le plaisir et surtout la grande fierté de l’ouverture. Nous avons été très bien soutenus par la Municipalité d’Ecublens, au travers de la mise à disposition de locaux et d’une ludothécaire, etc. Jusqu’à aujourd’hui…

flattr this!

Revue de web – S03E35

revuedeweb2014Politique

Quand l’UDC pète encore plus les plombs en donnant une culture de la délation aux élèves et en jouant encore la corde des opprimés. Un grand WTF?!?! pour cette news alors là je suis bluffé…

Une commission parlementaire qui s’oppose à un projet politique d’utilisation raisonnée des ressources

Les décomptes individuels de chauffage obligatoires par la loi?

L’Etat va-t-il intervenir pour freiner la hausse des loyers?

flattr this!

The Purge

the_purgeOn va très rapidement passer sur la « traduction » du titre pour le public français, où « The Purge » devient « American Nightmare » sans aucune raison et sans aucun sens. Et revenons au propos. Cette purge du titre original donc, c’est une nuit dans l’année où tous les crimes sont acceptés. La société américaine a « évolué », ne connait presque plus de chômage ni de pauvreté, ni de crimes. Et cette nuit une fois par année permet à toutes les pulsions de sortir, garante du calme le reste du temps. Une sorte de défouloir pour tout ce que l’Humanité a de mal en elle et qui doit sortir pour laisser la raison s’exprimer. La société est très policée aussi, très douce. On y suit un vendeur de systèmes de sécurité pour les riches familles qui ont les moyens de se calfeutrer chez eux pendant la purge et ainsi éviter de participer à la barbarie ambiante. Pendant la purge, tout est permis et aucun service de sécurité ou d’urgence ne répond. Alors mieux vaut être bien préparé. Et les services de protection mis en place par notre vendeur sont du haut standing. Il vit avec sa femme et leurs enfants dans une très jolie baraque d’une banlieue huppée. Encore une fois, ils se préparent à la purge annuelle. Une fois tous les volets métalliques correctement fermés, tout va bien aller. Mais l’irruption d’un sans-abri poursuivi par des tueurs dans la rue va bouleverser la situation. Le film va virer au huis-clos solide, au home invasion tendu. Avec un retournement de situation final intéressant, constituant une bonne critique sociale, une jolie pique bien envoyée.

flattr this!

L’Abri

abri_affiche_A3_def3-716x1024L’autre jour j’ai eu la chance d’être convié dans le cadre professionnel à une avant-première du film L’Abri, de Fernand Melgar. Ce réalisateur suisse a déjà sorti deux films « coups de poing » sur les questions de l’asile, La Forteresse et Vol spécial. Toujours dans cette veine d’un cinéma du réel qui cherche à montrer certaines réalités, voici donc un nouvel opus qui nous présente cette fois les usagers de l’abri de la protection civile de la Vallée de la jeunesse à Lausanne, surnommé « le bunker ». L’endroit est ouvert pendant les mois d’hiver, la nuit, et permet à quelques dizaines de personnes de trouver un toit et un repas, ainsi que certaines commodités, pour le prix de 5.-, dans des conditions spartiates. Essentiellement issus de l’immigration, mais pas que, les personnes qui viennent là sont sans domicile fixe, sans emploi, et vivent dans des conditions de précarité extrême.

flattr this!

Revue de web – S03E34

revuedeweb2014Politique

Réaction outrée et normale face aux propos du député UDC valaisan.

Sans surprise, de plus en plus de gens à l’aide sociale, surtout dans les villes.

Soutien politique important à la caisse unique.

Elargir le champ d’action des civilistes pour offrir plus de place, bonne idée. Mais pourquoi brider toujours ainsi les bonnes volontés avec une démarche pour y accéder tordue?

Sans surprise, le Conseil Fédéral s’oppose à l’initiative sur le revenu de base.

flattr this!

Guardians of the Galaxy

gardians-of-the-galaxyLe nouveau film Marvel nous emmène cette fois bien loin de la Terre pour suivre les aventures d’un groupe de héros nettement moins connus que les Avengers (je n’en avais d’ailleurs quasi jamais entendu parler), les fameux Gardiens de la Galaxie. Et c’est avec un mélange détonnant d’action, d’aventure, d’humour (y compris noir et vache), d’émotion et de scènes épiques que l’on replonge dans le Marvelverse. Et waouw que c’est bon!

Le film nous présente une équipe de psychopathes plus ou moins vaguement dégénérés et pas trop assortis. Il y a là Peter Quill, aventurier et voleur de service plus connu sous le surnom de Starlord, enlevé sur Terre après le décès de sa mère. Gamora est une tueuse fille adoptive de Thanos (rien que ça) qui a à son compte quelques gros paquets de décès dans toute la galaxie. Drax le destructeur est une montagne de muscles obsédée par sa soif de vengeance. Rocket est un raton laveur génétiquement modifié, agité du bocal, acerbe et cynique, mais surtout adorateur d’armes plus grosses que lui. Il traîne toujours avec son pote Groot, un arbre qui marche et parle (quelques mots), très résistant et pas super futé. Eh oui, c’est ça notre équipe de héros.

flattr this!

Revue de web – S03E33

revuedeweb2014Politique

Quand une initiative débile ne reçoit pas son quota de signatures, ouf.

Lancement de la campagne pour une caisse maladie unique.

Notre Ueli national veut toujours des petits joujoux dans le ciel helvétique.

Le Conseil Fédéral ne veut que des travailleurs et ne tient guère à des vies de famille correctes.

Prolonger le soutien fédéral à la création de crèches, c’est bien.

flattr this!

Lucy

lucy_xlgBon OK, je savais que j’allais voir du Besson, et vu ce qu’il fait depuis quelques années, je n’avais pas franchement des attentes absolument énormes au niveau du scénario. Mais la bande-annonce m’avait bien emballé, et ça semblait envoyer bien du bois visuellement. Donc je suis allé voir Lucy.

Ouais ben non je regrette le prix de la place de cinéma. Disons le d’entrée de jeu, le principal (seul?) bon point de ce film, c’est Scarlett Johannson qui, même si elle ne démontre pas ses meilleurs talents d’actrice ici, est particulièrement bien mise en valeur. Il faut dire qu’il sait y faire avec ses héroïnes, le père Besson ; qui n’a pas craqué sur Nikita ou Leeloo? Mais après cela, franchement, le film ne casse pas des briques ; même pas une ; même une brique de thé froid vide.

Le scénario qui repose sur une fausse base scientifique mais vraie légende urbaine ne tient pas la route et comporte un nombre de trous et d’incohérences que même Alien VS Predator paraît super solide à côté. La réalisation nous amène bien quelques scènes qui pourraient envoyer du bois mais qui retombent bien trop vite à plat, très loin d’être à la hauteur des ambitions du film. Les acteurs se font clairement chier et on est dans un enchaînement grave de poncifs et clichés dénués d’intérêt. Allez, comme petit film de SF pour passer une soirée détente sur le canapé an payant le DVD en soldes, ça le fait. En tout cas la détente est là, pas besoin de brancher le cerveau pour suivre le film.

Pour une fois, l’avis de l’odieux connard n’est guère exagéré…

flattr this!

Death Proof – Boulevard de la mort

death-proof-dvd-9-18-07Oh ben tiens je me suis rendu compte que je n’avais toujours pas vu l’autre film du diptyque Grindhouse, après le très sympathique Planet Terror. Même ambiance, même ton, même traitement, avec les fausses bandes-annonces au début (dont certaines nous font rêver que le film se fasse en vrai). On retrouve les traces sur la bobine, le son râpeux, les faux raccords, les plans légèrement foirés volontairement.

Sur celui-ci, c’est Tarantino qui s’y colle, pour nous raconter l’histoire de ce gros psychopathe au volant de sa bagnole qui s’amuse à trucider des groupes de jolies filles sur les routes poussiéreuses des Etats-Unis ; jusqu’à ce qu’il tombe sur des filles qui ne se laissent pas faire. Un scénario qui se résume à quelques lignes, des personnages archétypiques, et on se retrouve en plein Tarantino avec cet amour des dialogues aux petits oignons et des rencontres improbables. Contrairement au Planet Terror de Rodriguez, ici ce n’est pas le gore qui saute aux yeux (même s’il y a du sang et quelques scènes qui font un peu boucherie). Ici tout est dans la tension qui monte, dans les rencontres, dans les personnages, dans leurs échanges. Ces fameux dialogues à la saveur particulière.

flattr this!

%d blogueurs aiment cette page :