Kung Fu Panda 3

23875442409_322c12c7a8_oIl y a 8 ans, le très réussi premier Kung Fu Panda m’avait vraiment plu (et avait donné à mon fils l’envie de se lancer dans cet art martial). Le deuxième opus était lui aussi de très haut niveau. Et nous voici donc avec un troisième film qui, contrairement au cinquième Âge de Glace, n’est pas l’épisode de trop. Le film va bien entendu partir de la scène finale du précédent, à savoir le village de pandas loin de la vallée où habite Po. Avec l’arrivée d’un nouveau super grand méchant encore plus balaise car revenu du monde des esprits. Tellement balaise qu’il balaye tout sur son passage et que Po se retrouve être le seul censé pouvoir l’arrêter… à condition qu’il retrouve une vieille technique oubliée. Un voyage initiatique vers ses origines et vers le passé va permettre à Po de se retrouver, de revenir à ce qu’il est vraiment.

Flattr this!

Oculus

oculus-poster1On est en 2002, on voit une maison à l’ambiance sombre et quelqu’un qui tire sur quelqu’un d’autre. Dix ans plus tard, Tim Russell sort de l’hôpital psychiatrique, ayant enfin fait la part des choses sur le rôle qu’il a joué dans la mort de ses parents. Il est accueilli par sa sœur Kaylie. Celle-ci est persuadée qu’un miroir acquis par leur père est la cause de tous les terribles maux qui ont semé l’horreur et la mort dans leur famille. Kaylie a réussi à mettre la main sur le miroir et va entraîner Tim dans un plan manigancé pour prouver l’aspect démoniaque du miroir et ainsi innocenter son frère tout en détruisant cet objet. Le film va naviguer entre les deux périodes, de manière subtile et tendue, pour nous faire suivre Kaylie et Tim au plus profond de leur cauchemar.

Juste au passage avant d’en parler davantage, je vais encore me permettre une pique envers les traducteurs français… pourquoi prendre un film dont la VO s’intitule « Oculus » et l’appeler « The Mirror » en français? WTF??? Bon voilà c’est dit, passons à la suite.

Le début d’Oculus est assez lent, tranquille, et pesamment classique. Le gamin accusé d’avoir tué son père, des parents pas nets, une sœur qui l’accueille, et une volonté de dénouer tout cela qui serait mêlé à un objet maléfique. On sent venir le truc de maison hantée classique. Et l’intro prend le temps de bien poser le truc, avec une longue description du plan de Kaylie qui ne veut pas juste détruire le miroir mais enregistrer des preuves de sa nature diabolique (plan un peu débile alors qu’elle connaît les pouvoirs du miroir et sait que tout risque de partir en sucette, mais bon sans ça pas de film si elle détruisait le miroir tout de suite). Mais par contre, par la suite, l’ambiance se met vraiment bien en place, avec des allers-retours entre les deux époques, et à chaque fois en parallèle une descente aux enfers.

Flattr this!

Revue de web – S05E29

revue_de_web-2016Culture

Encore des images qui font envie pour Star Wars – Rogue One.

Dans le Noir a l’air assez flippant.

Où l’on reparle du remake de The Crow.

Luke Cage, une série qu’elle a l’air bien.

Politique

Et l’UDC qui continue à vouloir couper la Suisse du reste du monde.

Il va falloir réguler ce système de l’assurance maladie.

Société

De plus en plus de requérants à l’aide sociale… comment ça, ce ne sont pas les riches qui viennent chez nous?

Flattr this!

L’Âge de Glace – Les lois de l’univers 

1458711451_lage-de-glace-5-les-lois-de-luniversCinquième virée avec Manny, Diego, Syd et consorts, ces derniers étant d’ailleurs de plus en plus nombreux puisque l’on prend les anciens et que l’on en rajoute une couche. J’ai été voir le film avec les gnomes qui ont beaucoup apprécié. pour ma part, je reste plus dubitatif, et je pense que là ils auraient dû s’arrêter avant. C’est un peu l’épisode de trop. Alors oui c’est amusant, on a des personnages attachants, le tout est une réussite visuelle, avec une technique au taquet donnant de très bons rendus. Mais globalement le film est un peu plan-plan. On a ici une météorite fonçant vers la Terre et menaçant d’y détruire une bonne partie de la vie sur place. ceci fait même ressortir l’ami Buck de son sous-sol, et il retrouve facilement la troupe des autres héros pour une grande aventure où ils prendront à cœur de sauver la planète en allant dévier la météorite en question. Si si, rien que ça, ça rigole pas. Alors bon la saga Ice Age n’a jamais été reconnue pour sa justesse et sa crédibilité historique, mais là franchement cette fois le scénario part dans le nawak. Ce scénario écrit par des jeunes drogués alcooliques n’est en fait qu’un prétexte à l’accumulation de situation débiles mettant en avant les personnalités des différents héros avec leurs interactions habituelles. Le groupe de personnages principaux est tellement grand qu’il y a de la place pour faire de gros délires et poser quelques répliques sympas et quelques tranches d’humour pas mal. Mais franchement il n’y a pas grand chose de plus. C’est dommage, cette franchise a été portée par d’excellents films (à commencer par le premier, qui est un monument), mais elle part ici dans tous les sens. Et même si on s’amuse et rigole par moments, ça n’empêche pas le film d’être nettement en-dessous des précédents. Il y a des fois où il faut savoir ne plus tirer sur la corde et laisser reposer une saga en l’état, pour ne pas amener de mauvais éléments à l’ensemble. Cet épisode de L’Age de Glace reste parfaitement dispensable à mon avis, même si les enfants y trouveront leur dose de rigolade ; reste que certains aspects trop absurdes ou nawak risquent de les perdre un peu quand même).

précédemment :

L’Age de Glace 3

L’Age de Glace 4

Flattr this!

Le Bois des Couadsous et Raptor

Et hop, nouvelle présentation de deux jeux que j’ai découverts et bien aimés. Ces deux achats remontent à ma dernière virée à cannes, mais je n’avais pas encore eu le temps de venir vous en parler ici. Réparons donc cette injustice avec un avis hautement subjectif (le mien) basé sur quelques parties de chaque et non pas des études approfondies.

Le Bois des Couadsous

En passant devant le stand des éditions Opla, le très sympathique Florent Toscano m’a alpagué pour que je vienne tâter de sa nouvelle sortie, Le Bois de Couadsous, un jeu de Blaise Muller (auteur de l’excellent Quarto) illustré par Jonathan Munoz. Les Couadsous sont des sortes d’écureuils anthropomorphes fort mignons qui veulent stocker des noisettes pour l’hiver. Le but de ce petit jeu très rapide sera donc d’être le premier à avoir 5 noisettes. On dispose pour cela sur la table un carré de neuf tuiles (3 par 3) ; chacune est recto-verso et chaque face représente un élément de la forêt, à savoir un champignon, une pierre ou une feuille, qui peuvent être jaune. bleu ou rouge. Au bout de chaque rangée, une tuile avec une ou deux noisettes. Chaque joueur place la tuile de son Couadsou devant la rangée de son choix et hop, c’est parti.

Flattr this!

Stranger Things

strangerthingsposterBon ben je vais faire comme plein de monde et vous parler de la série qui fait fureur ces temps, Stranger Things, sur Netflix. Et je vais faire comme plein de monde aussi pour dire à quel point c’est de la balle. On s’est alignés les 8 épisodes de la saison en 2 soirées tellement c’était bien et prenant (et encore, 4a c’est parce que fallait se lever le matin pour aller bosser). Alors kezako que ce Stranger Things? Cette série se déroule dans les années 1980 et l’on y suit un groupe de gamins, pré-ados, des peu sociables qui se font emmerder, des geeks qui jouent à D&D et sont les intellos de service. Un soir, l’un d’entre eux disparaît sans laisser de traces. Partis à sa recherche, ses potes vont tomber sur une mystérieuse jeune fille au crâne rasé et portant une chemise d’hôpital. Et à partir de là, les choses vont gentiment partir en sucette. Alors bon, sur cette base, avec l’ambiance Goonies/ET dont on a beaucoup parlé, j’ai lancé la série, et j’y ai découvert aussi une autre ambiance, en plus, très sombre, avec un fort suspens et quelques scènes qui font sursauter ; j’ai d’ailleurs regardé la série avec quelqu’un d’un peu sensible à ce genre de chose, et je peux vous assurer que ça marche bien, la série est assez dark et a ses moments qui filent un peu les chocottes. Au programme donc, un monstre, des pouvoirs psys, de la manipulation, du complot, de l’action, du suspens, de l’humour, de l’amitié, de l’amourette (mais pas trop, juste ce qu’il faut), pour un résultat absolument réussi, et une série super prenante.

Flattr this!

The Hunger Games – les films

the-hunger-games-posterDans la littérature dite « young adults » et ses moults adaptations cinématographiques, il y a du franchement sympa et du vraiment catastrophique. Au sujet de ces Hunger Games, j’avais entendu pas mal de bien des bouquins ; quant aux films, bien que présentés comme un peu inférieurs (en particulier sur la distopie moins marquée et une société moins détaillée), ils avaient encore plutôt bonne presse. J’ai donc craqué pour les enchaîner. Les quatre films ; correspondant aux trois livres ; parce que quand on a un bon filon il faut le rentabiliser et assurer un max d’entrées en salles (et d’ailleurs on tient là leur plus grande faiblesse parce que franchement la fin se traîne en longueur).

Le monde dans lequel on est, c’est l’immense ville de Panem (et il semblerait que rien n’existe en dehors au passage). Elle est divisée en une série de Districts avec en son cœur le Capitole, terre des riches, des puissants, des décideurs, de ceux qui ont de la thune et qui la gaspillent. Chacun des autres districts fournit au Capitole une ressource, et ses habitants sont soumis aux big boss ; les premiers districts le font de manière sympathique et ont pas mal de privilèges, le tout s’amenuisant au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre. Pauvreté, famine, exploitation, misère, mauvais traitements, sont le lot quotidien. Et en plus, afin de prévenir une révolte comme Panem en a connue une il y a quelques décennies, on organise chaque année les Hunger Games : un garçon et une fille de chaque district sont tirés au sort et envoyés dans une arène où ils vont devoir survivre, si possible en butant les autres, afin d’être le dernier et ainsi récolter du fric.

Flattr this!

Bone Tomahawk

bone_tomahawk_0Dans ce film de 2015, on suit une équipe d’hommes d’un bled du far-west partis à la recherche de gens de la ville enlevés par une tribu indienne dont on sait peu de choses. Les mystérieux peaux-rouges ont laissé des traces sanglantes dans le village et il semblerait que ça ne rigole pas avec eux. Le sheriff bourru, son vieil adjoint qui a fait la guerre, un cow-boy blessé à la jambe dont la femme a été enlevée, et un flingueur d’indiens s’enfoncent dans le désert en direction de la vallée mystérieuse où réside la tribu en question. Après un premier acte qui pose le sujet (la scène d’ouverture mettant dans l’ambiance dès le tout premier plan), le deuxième acte du voyage parfois un peu longuet permet de bien connaître les personnages principaux et de s’immerger dans le film, de s’attacher aux héros de l’histoire. Le troisième acte tire vers la violence et le gore avec quelques plans pas très ragoutants. Le tout constitue un western très bien réalisé, aux très jolis plans, avec des personnages très bien construits et qui ont une certaine épaisseur. Leurs dialogues tout au long du voyage permettent de les cerner correctement afin mieux comprendre leurs réactions dans le final. L’ambiance western est vraiment bien rendue, on a une impression de réalisme assez forte. Qualifié également de « film d’horreur », Bone Tomahawk ne comporte pas tant que ça de moments gores ou horrifiques. Mais la tension qui grandit au fur et à mesure pose une ambiance tendue qui se relâche dans le dernier acte avec une bonne dose de violence ; et le peu que l’on voit alors suffit.

Le réalisateur S. Craig Zahler, dont il s’agit ici de la première réalisation, a su rendre un esprit western de qualité. En particulier avec des décors magnifiques. Les extérieurs sont filmés avec une grande maîtrise t participent grandement à l’ambiance générale. Avec sa bande-son de qualité elle aussi, le film est une belle réussite technique. Il repose aussi grandement sur ses acteurs, et en particulier les quatre hommes de l’expédition de secours. Kurt Russell y incarne un sheriff bourru, en gardant le look moustachu des Hateful Height tourné à peu près en même temps, assez classique mais vraiment réussi. A ses côtés, Patrick Wilson (Watchmen, Insidious, Conjuring,…) dans le rôle du fermier prêt à tout par amour et qui se dépasse, un très beau personnage. Matthew Fox (Jack de Lost) hérite lui du personnage torturé et fermé du super tireur fier d’avoir tué un max d’indiens, beau gosse tout de blanc vêtu. Quand à Richard Jenkins (Six Feet Under), il prend le rôle de l’adjoint du sheriff, un vieil homme qui a vécu bien des choses et dispose d’une solide expérience, allant en s’affirmant tout au long du film. On retrouve encore à leurs côtés David Arquette (Scream) méconnaissable en pilleur, ainsi que les jolies Lili Simmons (True Detective) et Kathryn Morris (Cold Case). Une jolie brochette d’acteurs qui composent des rôles assez bien pensés. Les motivations de chacun sont lisibles et on peu s’attacher au groupe de héros.

Bone Tomahawk est donc un très bon western, avec une petite part sombre, dure et une petite dose de gore, reposant sur une très bonne ambiance surtout et une tension qui monte sans cesse. J’ai bien apprécié.

Flattr this!

Les 81 Frères 

livre-les-81-freresAttention, billet copinage en vue puisque Romain d’Huissier est un collègue auteur de jeux de rôles avec qui j’ai travaillé sur Capharnaüm. Voilà, ça c’est dit.

Les 81 Frères est un roman rapidement lu qui nous entraîne dans un Hong Kong romancé et parallèle où fantômes, esprits, démons, dragons et dieux existent vraiment, vivant en général au milieu des Hommes sous des formes plus ou moins discrètes. Ils ont leurs plans, leurs conflits et tentent en général de garder profil bas. Mais parfois ça dérape et là interviennent les fat si, des sortes d’exorcistes usant de techniques traditionnelles (arts martiaux, décoctions, rituels, etc.) et modernes (armes à feu, GPS, et autres) qui s’occupent de gérer le bordel que certains esprits sèment dans le coin. Notre héros est Johnny Kwan, l’un de ces tout bons exorcistes, et on le suit dès l’ouverture du roman sur la piste d’un esprit pas à sa place. Après cette petite mise en jambes, on va plonger avec lui au sein d’une machination de grande ampleur risquant de détruire une bonne partie du monde tel qu’on le connaît. Le tout partant bien évidemment sur une simple affaire qui ne devait pas poser trop de problèmes (oui oui les fameux plans qui doivent se dérouler sans accroc, un classique).

Flattr this!

%d blogueurs aiment cette page :