Avril et le monde truqué

J’ai découvert ce film d’animation franco-belgo-canadien de 2015 en regardant un peu ce qui existait dans le genre steampunk (à la recherche d’inspis pour Valcène). Et voilà donc que je trouve ce petit bijou d’uchronie steampunk au visuel créé par Tardi ; que du bonheur!

Dans cette uchronie, les plus grands savants du monde ont été enlevés, du coup pas de découverte de l’électricité ou autre trucs du genre et on en reste au charbon et à la vapeur. Les descendants de Napoléon se suivent sur le trône de l’Empire en France. Le monde a évolué différemment et on a quelque chose de vraiment intéressant. Parmi les savants n’ayant pas disparu et qui se cachent pour ne pas être forcés à créer des armes pour l’Empire, il y a la famille Franklin, dont la petite dernière, Avril, cherche à survivre sans grandes ressources dans un Paris surprenant. Mettons là-dedans la recherche d’un super sérum assurant l’invincibilité/immortalité, un chat qui parle, un complot d’ampleur mondiale, un flic têtu, et on a un scénario fort sympathique.

Ce long-métrage est bien loin des canons de l’animation telle qu’on les connaît maintenant. Pas d’esthétique Pixar/Disney/Dreamworks ici. C’est le grand bédéiste Tardi qui a créé la bible graphique de l’œuvre et défini le style visuel. ce se voit tout de suite. Et franchement ça colle fabuleusement bien au contenu. On a un truc bien plus « artisanal » et chaleureux que la plupart des films d’animation modernes en 3D, même si le tout a été animé sur ordinateur. Cette patte différente donne un plus d’originalité au film qui fait plaisir. On a une animation de qualité, bien foutue, avec un soin du détail impressionnant.

Le film est vraiment bien fait. Les deux réalisateurs/scénaristes Franck Ekinci et Christian Desmares ont réussi à poser une histoire prenante, bien rythmée, avec ses rebondissements. Sans oublier des thèmes intéressants comme par exemple l’écologie, la géopolitique, les buts de la science et une petite histoire d’amour bien entendu. Avec la bande-son de qualité, on joute un plus non négligeable à l’ambiance. A noter que le film est pas mal doté en humour, même si on n’est pas dans une comédie ; quelques répliques bien senties, de petits détails de décors, ça passe bien. Il est aussi rempli de créations incroyables et de designs géniaux, avec toutes ces inventions steampunk ; certaines lorgnent aussi du côté de Myasaki (et même une scène avec la police m’a complètement renvoyé à la série animée Sherlock Holmes). Un vrai plaisir visuel.

Aux voix on retrouve un joli casting. Si Marion Cotillard fait le job correctement dans le rôle d’Avril, j’ai par contre beaucoup aimé les performances du taré de service Philippe Katerine en chat parlant et savant, et de Môssieur Jean Rochefort dans le rôle du grand-père. Citons encore Bouli Lanners pour le flic, très sympa aussi.

Divertissant, prenant, poétique, malin, Avril et le monde truqué est un excellent film d’animation. Je conseille fortement. A noter qu’il est annoncé dès 10 ans, et que même si on peut l’envisager un chouilla avant, ce n’est pas un film destiné aux tout petits (eh oui, les films d’animation ont encore trop souvent cette réputation de n’être que pour les petits).

Laisser un commentaire