Biohackers

On suit ici les pas de Mia, étudiante allemande en médecine, brillante, et très intéressée aux tous derniers développements technologiques parfois aux frontières de l’éthique. Entre ses collocs et ses enseignants, elle va rentrer en contact avec le monde des biohackers, ces gens qui modifient le vivant pour l’améliorer ou le transformer. Modifications corporelles, changements génétiques, réparations du corps, adaptations diverses, tout y passe. On part très vite dans les questionnements éthiques qu’il y a là derrière mais aussi on présente les dérives que cela peut représenter. Dans ce contexte très intéressant, on va retrouver Mia qui enquête en parallèle. Elle n’est pas là par hasard, persuadée que ces gens sont liés à la mort de son frère.

Il faut reconnaître une chose à Netflix, c’est de financer les productions internationales, et celle-ci en est une preuve de plus puisque la série est allemande. Les créateurs de Biohackers nous montrent notre monde, on n’est pas dans la SF. Les technologies présentées ici existent. On a donc ici un contexte très intéressant, très moderne, et qui pose pas mal de questions intéressantes sur la science et ses limites. L’histoire en elle-même par contre n’a rien de fondamentalement transcendant, le tout étant assez évident et assez classique finalement. C’est prenant et bien rythmé, bien filmé, plutôt bien joué, avec de bonnes idées. Mais au final sur le fonds et sur le scénario, on est dans du classique avec plein de « oh ben ça alors ».

J’ai quand même bien aimé cette première saison et j’attends la deuxième.. La série n’est pas exempte de défauts mais elle reste suffisamment sympathique pour donner envie de la suivre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.