Alice in Borderland – saison 01

On suit trois potes, trois jeunes hommes à Tokyo qui se retrouvent comme transportés dans une espèce de monde parallèle. Ils sont toujours à Tokyo mais la ville semble complètement vide, abandonnée de tous les autres habitants. Ou presque. Ils vont rencontrer d’autres survivants. Mais surtout ils vont découvrir que chacun est ici obligé de participer régulièrement à des sortes de jeux malsains et surtout mortels. De nombreux pièges (aux effets parfois bien violents) émaillent les lieux et à chaque jeu il y aura moins de survivants. Les gagnants remportent eux une carte à jouer. Tout en tentant de survivre, les compagnons vont chercher à comprendre ce qui se cache derrière tout cela… et les secrets qu’ils vont découvrir ne sont pas prêts de répondre à toutes leurs questions.

La série est tirée d’un manga que je ne connais pas. Je ne vais donc pas m’amuser au jeu des comparaisons ou des inspirations de l’œuvre originale. Mais à l’écran en tout cas on a de bons relents de Cube, Battle Royale, mais aussi des petites traces de jeux vidéos divers et de la mode des escape games. On a des personnages pris dans un truc qui les dépasse et qui n’y comprennent pas grand chose, tentant essentiellement de survivre face à une adversité très forte et impitoyable. Mais surtout les indices sur ce qui se cache derrière tout cela sont vraiment dispensés au compte-gouttes. C’est limite frustrant, surtout que le cliffhanger de fin de saison donne vraiment envie d’avoir plus d’infos.

Au final, la série est pas mal. Elle fait assez série d’ado, ne serait-ce que par l’âge des héros ; alors que l’on a des éléments extrêmement violents et même quelques passages un peu gore. Un rythme et une narration qui tiennent en haleine, avec cette envie d’en savoir davantage. Un peu dommage que les personnages ne soient pas plus approfondis et restent assez basiques/clichés, difficile de vraiment s’y attacher. Une série agréable, dont je regarderai probablement la suite pour en apprendre davantage, mais je l’attends pas en trépignant non plus…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.