Goldeneye 007 Reloaded

Comme j’ai de gros fans de James Bond à la maison, je me suis dit qu’ils apprécieraient à sa juste valeur un petit jeu de Bondounet sur la xBox. Et c’est donc ce Goldeneye Reloaded qui a atterri dans la console, et auquel je me suis empressé de jouer. Le jeu reprend peu ou prou la trame du film, nous mettant dans la peau d’un James aux trait du récent Daniel Craig ; à noter aussi que les divers protagonistes ne sont pas repris des acteurs du film (question de droits?). Je ne suis pas encore allé au bout, mais on retrouve les scènes emblématiques du film, comme la scène d’ouverture avec 006 qui se fait « descendre », la poursuite en tank, la base de Severnaya, le vol de l’hélico, etc. Le tout quand même suffisamment boosté et allongé pour mettre du piment et quelques surprises. Le jeu enchaîne les séquences d’infiltration et de baston, avec pas mal de passages scriptés et des cinématiques qui font avancer le scénario et provoquent une bonne immersion. Avec ses scènes complètement improbables, son côté « seul contre tous » et ses exagérations, ce jeu retranscrit bien l’ambiance des James Bond et on se sent dans le truc. Une écriture donc très cinématographique qui porte la patte de la licence.

Goldeneye Reloaded est un FPS où l’on prend les commandes de Bond dans une série de niveaux assez grands mais par contre assez dirigistes. On est ici pour suivre une trame claire et prévue, scriptée. Pas pour faire du tourisme et prendre quinze chemins différents. Tout juste peut-on parfois contourner un gros des troupes via des conduits de ventilation ou les prendre par surprise avec un chemin un peu en hauteur. Mais bon, cela participe au tout, puisque l’on tombe justement sur tous ces événements scriptés qui mènent le rythme de l’action.

On utilisera de prime abord la furtivité. Au début de chaque niveau, Bond n’a comme arme que son P99 avec silencieux. Une arme certes parfois un peu légère mais diablement efficace même à assez longue portée. Pour peu que aucun ennemi ne voie son collègue s’écrouler ou que le meurtre n’ait pas lieu sous les yeux d’une camera, on s’en tire sans problème ; surtout que les corps disparaissent rapidement et que personne ne semble surpris de voir une arme traîner par terre (au niveau du super-réalisme, on constatera aussi l’absence de blessure sanguinolentes et de massacres gore, bien dans le ton des films). Eh oui les armes restent par terre pour que l’on puisse les ramasser (deux au maximum en plus du P99). Dans le subtil, on peut aussi se rapprocher dans le dos des méchants et les mettre au tapis avec les mains sans gaspiller de munitions. D’ailleurs, si un ennemi vous repère (y compris un sniper), on a en général un tout petit temps de réaction avant qu’il ne daigne se dire qu’il serait temps de songer à sonner l’alarme ; juste ce qu’il faut pour le réduire au silence.

En fait, la furtivité a ceci de bien que les choses deviennent nettement plus hard quand les ennemis se mettent à plusieurs et s’acharnent. Certes les gars de base visent aussi bien que les gars de base dans les films, et notre James peut voir pleuvoir pas mal de rafales autour de lui avant de mourir (du moins en mode facile). mais ces salauds ont une tactique, se couvrent parmi, utilisent le décor pour se planquer, contournent et prennent en tenaille, usent de grenades, etc. Tout un éventail de petites gâteries qui peut donner du fil à retordre. Quelques erreurs quand même dans cette IA, avec certains gars qui se déplacent tranquillement en terrain découvert et offrent leur corps à vos balles. Mais globalement ils peuvent être bien retors. Les modes de difficulté du haut du panier ont l’air nettement mois sympathiques par contre, en particulier celui où la santé ne remonte pas en cours de route.

Le jeu est en plus assez joli. Alors certes les gros habitués des dernières productions vont sûrement râler. Mais moi qui suis habitué à un PC quelque peu antique, là ça claque pas mal. Y’a mieux certes, mais tout est globalement bien rendu. La musique est elle vraiment très bien choisie. Un générique composé par Bono et The Edge sur une variation du Goldeneye original, dans le plus pur style, des thèmes fort bien choisis s’adaptant aux différentes situations. Une bonne réussite. Les voies françaises sont pas mal du tout non plus, bien que le jeu manque un peu du mordant habituel de Bond.

Le jeu dispose aussi d’un mode « défis », pas encore testé, qui permet d’effectuer des missions et débloquer de nouvelles options. Il y a aussi un mode multi en local ou en réseau qui permet de s’entretuer joyeusement sur diverses maps et avec des options sympathiques. De quoi se défouler dans la joie et la bonne humeur ; manquent juste des bots histoire de remplir  le truc parce que là à deux sur une map c’est un peu longuet.

Au final un très bon jeu donc, sympathique. Pas indispensable et qui ne restera pas dans les annales. Mais vraiment de quoi passer un bon moment. Surtout si vous aimez les ambiances à la Bond…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.