Après les votations du 25 septembre 2016

large_abst_160925-png-2016-08-22-10-56-49Et voilà, le couperet est tombé, la majorité des votants s’est prononcée pour ne pas donner un peu plus de solidarité, pour ne pas encadrer notre développement économico-énergétique, et pour être surveillés sans limites. Ouaip, déçu je suis, comme souvent. Et évidemment j’ai voté à l’opposé des résultats, pffffff

On votait ce week-end sur une augmentation des rentes AVS. Rappelons rapidement que les rentes actuelles ne permettent pas, pour beaucoup, de vivre décemment. Quand on voit les montants des loyers et le coût de la vie, c’est proprement du foutage de gueule de demander à des gens de vivre avec de telles sommes. Peinant à joindre les deux bouts tous les mois, nombreux sont celles et ceux qui doivent faire appel à des prestations complémentaires (quand ils osent les demander parce que pour pas mal de monde leur fierté les tient éloignés de tout filet social).

Flattr this!

Rival Sons – Hollow Bones

7348_150Oulah, le temps passe et je m’aperçois que j’ai oublié de vous parler de l’excellent nouveau disque des Rival Sons, dont je vous avais déjà dit tout le bien que je pensais de leur deux galettes précédentes. Cette année, le quatuor américain revient avec le toujours très rock’n’roll Hollow Bones. Et franchement c’est du bon son pour les cages à miel. Ce rock d’inspiration fortement 70′s à la Led zep avec des sons bien modernes quand même donne des titres forts et prenants. Les très bons musiciens (j’ai un faible pour le jeu de guitare de Scott Holiday) donnent toute la puissance nécessaire pour soutenir la voie puissante de Jay Buchanan. Les riffs donnent toujours cette folle envie de pratiquer l’air guitar et on ne peut s’empêcher de guincher au rythme entraînant des morceaux. Un titre comme Tied Up avec son groove incroyable donne vraiment la patate. Dans les morceaux qui mettent le feu, citons encore Thundering Voices, Baby Boy, ou Hollow Bones (les deux parties) en particulier. Mais le groupe est toujours capable de donner dans la balade enivrante comme sur All That I Want.

Sans changer de direction, Rival Sons porte toujours fièrement son étendard bluesy-rock. Un groupe à ne pas perdre de vue. Ecoutez-en, c’est de la balle.

 

Flattr this!

Revue de web – S05E35

revue_de_web-2016Politique

Application problématique de la fameuse initiative sur la restriction de l’immigration. C’est pas gagné…

Les conservateurs n’auront pas leurs signatures pour lutter contre la réforme du droit de l’adoption, ouf.

Après le refus de plafonner les primes, le Parlement veut augmenter la franchise minimale de l’assurance maladie. A se demander dans quel monde ils vivent…

Et notre Parlement qui lâche la bride sur les émissions de CO2.

Flattr this!

Hit Z Road & Isle of Skye

hitzroadAujourd’hui je vous propose une traversée de l’Amérique le long de la fameuse route 66(6) pour tenter de survivre à l’apocalypse zombie, mais aussi la possibilité de devenir roi de l’île de Skye en Ecosse en vous rendant plus populaire que les autres chefs de clans. Deux jeux vraiment biens, chacun ayant fait le buzz à leur manière, et qui méritent leur succès.

Hit Z Road

Quand les Space Cowboys, cet éditeur formé par de grands noms du jeu en France, sort un nouveau produit, ça déclenche en général les passions ; fans inconditionnels, haters de première, déçus et enthousiastes, chacun y va de son petit commentaire qui fait monter le buzzomètre. Quand en plus c’est un jeu d’un auteur aussi connu que Martin Wallace dont chaque production est attendue, on comprend mieux la pression qu’il y avait sur ce jeu initialement prévu pour s’appeler « Route 666″. Dans Hit Z Road donc, chaque joueur prend en main la destinée d’un groupe de survivants qui tente de fuir l’apocalypse zombie en traversant les Etats-Unis, espérant trouver paix et repos sur la côte ouest. Le but du jeu est d’arriver au bout des diverses étapes du voyage en ayant glané un maximum de points en cours de route ; si à un moment tous les joueurs sont éliminés sauf un, celui-ci est déclaré vainqueur même s’il n’est pas arrivé au bout.

Flattr this!

Peter et Elliott le dragon

affiche-francaise-peter-elliott-dragon-film-2016-03Dans les films du moment est apparu un très joli contes pour enfants avec la nouvelle version de Peter et Elliott le Dragon. Bon alors ça fait très longtemps que je n’ai pas vu la version de 1977, mais je crois qu’il n’y a franchement pas grand chose en commun, à part un lien particulier entre un enfant un peu coupé du monde et son ami le gentil dragon invisible. Dans cette nouvelle version donc, le jeune Peter, 5 ans, est en voyage en voiture avec ses parents au milieu de la campagne nord-américaine, loin de tout. Accident de la route, et paf, voilà notre petit gars orphelin qui se balade seul dans la forêt, jusqu’à ce qu’il rencontre un dragon, mais un gentil hein. Six ans plus tard, on est dans une ville du fin fond de l’Amérique du nord, avec sa communauté tournant autour de l’industrie du bois. Le patron de la scierie locale, père célibataire, s’apprête à épouser la responsable de la préservation de la nature locale, ce qui fait de jolies étincelles quand même. Surtout quand le frère du patron de la scierie ne prend pas de gants quant aux arbres qu’il faut couper. Le père de la dame en question est lui un sculpteur sur bois qui prétend avoir jadis rencontré un vrai dragon dans la forêt, ce qui bien entendu le fait passer pour le cinglé du coin. Quand ces gens vont trouver Peter dans les bois et le ramener à la civilisation, ce ne sera pas complètement facile (mais bon, la présence de la fille du patron de la scierie, du même âge que Peter, va aider). Sauf que Elliott, le dragon, ne l’entend pas de cette oreille ; on va la repérer, le découvrir, et ce sera la lutte entre ceux prônant sa capture et ceux qui sont pour le laisser libre.

Flattr this!

American Horror Story – Asylum

ahs-2-posterJuste waouw… Après une première saison fort agréable, American Horror Story place la barre très haut dans sa saison 2, intitulée Asylum. Cette fois, on suit un jeune couple qui visite des lieux ayant hébergé des serials killers pour son voyage de noces ; quelle bonne idée! Ils visitent le vieil asile abandonné de Briarcliff où avait été détenu le tristement célèbre « Bloody Face », un tueur angoissant. Bien entendu, leur visite va virer au pas bon. La série va alors nous projeter dans le passé, en 1964, à l’époque où Bloody Face est arrivé dans cet asile. En plus d’y trouver donc un serial killer pas piqué des hannetons, la série va nous mettre là-dessus du scientifique nazi, des expériences peu éthiques, un asile dirigé par des religieuses pas toujours morales, de l’enlèvement par des aliens, des méthodes de traitement psychique assez brutales, des petits secrets plus ou moins sombres, une journaliste prête à tout pour un papier, un psychiatre adepte de théories modernes, des démons et autres anges de la mort, etc. Tout un fatras qui peut sembler trop tordu et complexe présenté comme ça mais qui donne vraiment bien une fois présenté par la série. Certes il n’y a pas toujours de lien entre tous ces éléments qui semblent parfois un peu parachutés, comme si Briarcliff était un aimant à emmerdes et à forces occultes. Se déroulant essentiellement sur cette période en 1964, les épisodes font des incursions dans le présent (suivant notre jeune couple du début, mais aussi lors de l’épilogue), et dans les années précédentes afin de resituer quelques éléments, mais aussi dans quelques années entre 1964 et le présent. Le tout sans perdre le spectateur.

Flattr this!

Revue de web – S05E34

revue_de_web-2016Politique

Un peu choqué par les montants et la durée des retraites des anciens politiques ; quand on voit le débat qu’il y a actuellement pour des retraites décentes pour des gens qui ont cravaché toute leur vie…

Les signatures sont acquises pour le referendum contre la RIE3 fédérale.

On commence déjà la campagne contre l’initiative débile de l’UDC voulant nous supprimer le droit international.

Succès monstre pour l’initiative pour des loyers abordables.

Et un cinglant non du Parlement à la transparence des loyers.

Bien évidemment, les riches bourgeois du Parlement ne veulent pas plafonner les cotisations d’assurance-maladie.

Flattr this!

The Killing Joke

KillingjokeParmi les comics souvent cités au panthéon et qu’il faut avoir lus, il y a ce fameux Killing Joke qui m’avait échappé. Ecrit par môssieur Alan Moore à la demande du dessinateur Brian Bolland qui a mis le tout en images, cette courte histoire de notre cher Batman le confronte encore une fois au Joker qui s’est encore une fois échappé d’Arkham. Mais dans quel but cette fois? Cela fait des années que Batman poursuit le Joker et les deux hommes ont un lien tout particulier qui les unit, mais difficilement définissable, et surtout on ne peut imaginer un happy end dans ce contexte. Le Joker et sa volonté de chaos, de rendre le monde fou, Batman et sa pugnacité, sa férocité ; la rencontre ne pourra être qu’explosive et c’est après un duel acharné que les deux créateurs nous offrent un final terrible.

Ce roman graphique court est un one-shot, il ne s’insère pas dans une story-line officielle autre de Batman. Il propose une origine au Joker, il propose une manière de résoudre le conflit éternel entre les deux adversaires, il fait souffrir ses personnages. C’est d’ailleurs du dur, avec des éléments très adultes dedans.

Une bonne histoire, de belles images (j’ai lu la version recolorisée par Bolland, qui était déçu de la colo originale pas de lui), des dialogues très fins (j’ai lu la vf et c’est très bien fait), un fond solide, un duel homérique entre deux personnages emblématiques. Miam, quoi, c’est assez le bonheur. Et cette fin…! Après The Dark Knight Returns, ce comics me fait vraiment apprécier encore plus le personnage de Batman et ce qui gravite autour de lui.

Flattr this!

Les Chroniques de Valcène – Tome 1

valcene1Comme vous le savez sans doute un peu si vous suivez ces pages, j’aime bien écrire. Je ne prétends pas au statut d’écrivain mais j’ai souvent le besoin de balancer des mots sur des pages, l’envie de raconter des histoires. Je viens de finaliser un texte intitulé « Les demoiselles perdues ». Quand je l’ai entamé, c’était avec l’envie de faire un mélange de fantasy-steampunk en y collant des éléments de roman noir. On a donc un monde urbain, où la ville de Valcène s’étend plus loin que l’imagination de ses habitants ne peut le laisser supposer. Diverses grandes autorités s’y disputent le pouvoir, le Prince censé tout diriger depuis son palais en envoyant des représentants dans toutes les zones de la ville, les Mages, dépositaires d’un savoir mystique anciens, reclus dans leurs tours du savoir et élitistes, ou encore les scientistes dont les inventions sont censées aider les gens sans que ceux-ci ne dépendent du pouvoir des Mages. Au milieu de cela, de nombreuses factions, des groupes d’intérêts, des groupuscules plus ou moins officiels et légaux, il y a de quoi voir venir. Pour l’aspect « roman noir », j’ai mis en scène Aldevère Fangcieux, un détective qui aime l’alcool, les drogues et les femmes, qui vit toujours un peu en tirant la corde, désabusé, engagé par une « femme fatale » qui souhaite retrouver sa sœur disparue. De fil en aiguille, Aldevère va s’engager dans un truc un peu plus gros que prévu. Et puis dans ma tête j’ai continué à penser Valcène et les futurs aventures du détective ; un prologue et un épilogue permettent d’ouvrir ce champ des possibilités. Aldevère sera bientôt de retour donc. Et d’autres personnages pour donner une autre vision de Valcène.

Tout ça pour dire que j’ai donc fini de publier ce premier tome des « Chroniques de Valcène », une aventure d’Aldevère Fangcieux, sur Wattpad. C’était un petit essai pour moi, pour voir comment fonctionne cette plateforme d’écriture et de lecture. Et ça a l’air pas mal. J’y ai d’ailleurs mis deux autres textes un peu plus anciens, « La Cave » et « Tombée des Étoiles ».

Si vous ne voulez pas vous lancer dans la lecture sur Wattpad, vous retrouverez ces trois textes dans la partie « téléchargements » de ce blog. Ces divers petits trucs sont sous licence Creative Commons BY-NC-ND.

Et n’hésitez pas à me donner votre avis.

Flattr this!

Blanche-Neige et le chasseur

affiche-blanche-neige-et-le-chasseur-xlCe film de 2012 est une adaptation en live-action du conte de Blanche-Neige, nous sortant un peu du classique de Disney qui a tant marqué l’esprit de générations. On a ici l’histoire de la jeune Blance-Neige, fille du roi, princesse héritière, dont la mère est décédée. Le roi tombe amoureux d’une belle femme qui l’assassine et s’empare du trône. Elle use de sa magie pour garder une beauté et une jeunesse éternelle, en usant contre les hommes qui cherchent habituellement à en profiter. La nouvelle reine enferme la princesse qui, après des années, parvient à s’échapper. La reine veut la tuer, d’une part pour virer toute prétendante potentielle, d’autre part parce que la pureté de son cœur lui donnerait l’immortalité. Elle envoie donc à sa poursuite dans la vieille forêt maudite où personne ne veut aller un chasseur alcoolique et veuf. Ce dernier va s’avérer être un allié de poids de la princesse qui, après diverses aventures, va prendre les armes pour mettre à bas la méchante vilaine reine-sorcière.

Flattr this!

%d blogueurs aiment cette page :