The Lies of Locke Lamora

Wawaow, dur de s’en remettre et d’en sortir. Mais bon, voilà, c’est fini, je suis arrivé au bout du premier tome de la série des Gentlemen bastards, à savoir The Lies of Locke Lamora… C’est juste énorme.

Ouais, j’ai beaucoup beaucoup apprécié. Une fantasy bien fraîche. On a donc une grande ville bien sympa, où le crime règne tout autant que la noblesse, et seuls ceux du milieu se font baiser dans le système. Notre héros est un voleur célèbre, ou plutôt à la réputation célèbre, un grand guerrier, capable de passer les murs et de voler, volant les riches pour donner aux pauvres, narguant avec le sourire toute la garde de la cité… et bien en fait notre Locke Lamora sait très mal etnir une arme, est habile mais sans plus, mais surtout, surtout, surtout il a une tchatche d’enfer et un don du déguisement hors du commun. Un menteur hors pair, un manipulateur né. Et en plus de cela, il garde tout ce qu’il vole aux grands de ce monde pour lui et sa bande de Gentlemn Bastards comme ils se font appeler. On a presque un anti-héros là, et déjà rien que ça, c’est agréable.

Derrière tout cela se cache une bonnee intrigue bien ficelée, sordide, collant parfaitement avec l’environnement. On part du bas de l’échelle pour arriver à un climax énorme aux grandes sphères du pouvoir de la cité. C’est énorme. Les personnages s’en prennent plein la gueule, ils souffrent et luttent pour arriver à leurs fins qui restent encore et toujours assez égoistes (enfin, pas tout-à-fait, …)

Et en plus c’est vachement bien écrit, dynamique, fuide. Au travers des paragraphes, je ressentais toutes les odeurs, je voyais les couleurs, je nageais dans ces décors, je vivais l’action au coeur de celle-ci, embarqué dans ce monde fantastique si bien posé. Que dire de plus? Un humour qui touche juste, avec des répliques superbes. Des personnages hauts en couleur et très intéressants. Que du bonheur quoi…

je ne peux que le reccomander très très chaudement… J’attends la suite avec une impatience non dissimulée, le petit extrait à la fin du bouquin me mettant l’eau à la bouche…

Une réflexion au sujet de « The Lies of Locke Lamora »

Laisser un commentaire