Le M2 est là…

…enfin presque, là c’était l’inauguration officielle.

Reste que ce nouveau metro lausannois est un évènement énorme. Enfin, surtout pour la région. mais même au niveau mondial c’est quand même une nouvelle à retenir. Pourquoi? L’exploit technique déjà ; un metro de ce type, sur pneus et sans crémaillère, automatique, sur une pente aussi forte (jusqu’à 12%). Parce que Lausanne, pour celles et ceux qui le savent pas, c’est une ville en pente, le genre d’endroit qui vous muscle les mollets. Techniquement donc, la pente constituait un défi majeur, parfaitement réussi ; je dois dire que c’est assez impressionnant quand on est là-dedans et que l’on voit les montées et descentes que l’on traverse. Et puis toujours dans le technique y’a des trucs comme le passage sous le Pont Bessières ; les pieds du pont eux-mêmes ont été percés pour que les rails puissent les traverser et passer sous l’arche : une première mondiale aussi sauf erreur, et là aussi un énorme défi maitrisé à souhait. Un grand bravo à toutes les personnes ayant participé à l’aventure, des ingénieurs aux petites mains travaillant dans l’ombre, on vous doit un gros boulot.
Mais ce metro c’est aussi un morceau d’urbanisme. Lausanne ravit à Rennes son rang de « plus petite ville avec un metro ». Et c’est toute la distribution des transports publics qui est repensée. Lausanne et son agglomération forment certes une petite zone urbaine (de l’ordre de 200’000 habitants), mais dont le développement récent très rapide a amené beaucoup de problèmes, en particulier dans l’ouest. La ville n’est pas conçue pour le trafic qu’elle subit pour le moment, les rues ne sont pas adaptées et il faut désengorger tout cela. Le metro n’est pas là que pour frimer, il apportera un réel plus à la vie de l’agglomération ; et même du canton au vu du nombre de personnes venant travailler dans la capitale.
Et donc ce week-end on a inauguré le metro. Inauguration annoncée de longue date et à laquelle on a collé la troisième édition du festival Label Suisse (voir billet précédent). Mais inauguration un peu trop rapidement annoncée. En effet, de nombreux petita problèmes ne sont pas résolus. Je ne parle pas de problèmes de sécurité. Le fonctionnement global du M2 est bon. Mais on a pu le voir dans ces journées portes ouvertes, il y a pleins de petits bugs résidents. Démarrages un peu agressifs, arrêts intempestifs réguliers, fréquence peu assurée. Rein d’insurmontable et les ingénieurs bossent dessus. Mais ça fait effectivement un peu tache d’inaugurer un metro qui finalement ne sera réellement mis en circulation que dans plus d’un mois. On en a ri plus d’une fois, et ça fait un bon sujet de gag effectivement. Dommage donc que cela gâche la fête. Mais je suis heureux de l’avoir testé et je me réjouis vraiment beaucoup de le voir en action pour de bon… et d’observer ses effets sur le fonctionnement des transports dans l’agglomération.

Laisser un commentaire