Découverte du Samsung Galaxy S4

Et voilà il est tout fraîchement arrivé mon nouveau téléphone. Après une très bonne expérience avec mon iPhone 4, j’ai voulu varier les plaisirs et passer de l’autre côté chez Androïd donc, et Samsung, avec le petit dernier, le Galaxy S4. Bon là c’est tout neuf et il vient d’arriver donc je ne vais pas tout détailler de suite, mais je vais donner un premier avis et aperçu.

A noter donc que je n’étais pas sur Androïd avant, donc les comparaisons avec le modèle précédent ce ne sera pas pour moi. Pas d’avis donc sur ce que rajoute la couche logicielle Samsung par rapport à du Androïd pur jus. Pas de comparaison non plus avec le S3 (où on a pu lire plein de choses).

Ah oui, une autre remarque préliminaire, je sens venir les commentaires du genre « ouais mais bon tu te dis écolo et tu changes de téléphone comme de chemise et tout » ; ben voilà. En fait mon iPhone commençait à joliment tirer la gueule avec des connecteurs qui merdouillent joyeusement de plus en plus (après bientôt 3 ans de bons et loyaux services). Et puis je vous renvoie là aussi.

Déballage

Alors là boîte elle est toute jolie, imitation bois pour faire design. Sobre, classe. A l’intérieur, le strict minimum avec bien entendu le téléphone, un chargeur secteur avec le câble USB qui se plante dessus, les écouteurs (fort sympathiques pour un truc de base), un guide de démarrage rapide et un manuel un chouilla plus poussé. C’est léger, mais les constructeurs ne nous ont pas habitués à en mettre des tonnes dans un pack de base de téléphone.

Apparence

Alors certes, comme ça a été dit, la coque plastique ça peut faire bizarre à l’ère des coques unibodys solide en métal. Mais ça fait pas cheap pour autant, l’apparence du smartphone est vraiment classe et le situe bien dans sa catégorie, à savoir le haut de gamme. Et honnêtement le fait d’avoir la coque amovible pour accéder à la batterie et tout, ça le fait.

Pour le reste, l’apparence en jette effectivement. J’ai la version blanche qui est très classe. Le grand écran prend presque toute la surface ; du coup faut juste que je fasse attention quand je le tiens de mes gros doigts à ne pas venir toucher l’écran par mégarde.

La prise en main est bonne. Il est certes pas mal plus grand que mon iPhone 4 d’avant mais plus fin aussi. Un peu juste dans la poche, suivant quel pantalon je mets. Mais tout ça n’est rien de vraiment grave, c’est juste une habitude à prendre.

Mise en route

Mise en route ultra simple. J’avais déjà un compte Google donc la synchronisation première à été plus que rapide et j’ai récupéré tout de suite mes contacts (que je synchronisais de l’iPhone avec mon compte Google) et mon agenda (qui était de toute manière un agenda Google partagé avec ma femme).

La connexion par câble USB permet de le recharger facilement partout, et la première charge n’a pas été si longue que ça.

Premier contact

Le truc avec ce S4 c’est le côté « bardé de gadgets ». Il y a un nombre de fonctionnalités impressionnant, mais donc beaucoup restent peu ou pas utilisées. Mais en même temps, cela veut dire qu’on peut déjà faire un paquet de trucs sans même aller chercher de nouvelles applications. Les premières balades dans les menus et paramètres divers peuvent prendre un certain temps si on veut tout étudier.

La navigation est facile, claire. L’affichage parfait est super net. Bref, c’est un pur bonheur de se balader dans ce téléphone. Mais du coup qu’est-ce que j’en fait?

Au niveau téléphonie de base, messages et communication standard, tout va parfaitement et il répond très bien. La navigation sur le web et les réseaux sociaux sont aussi au taquet. Au niveau de la musique, j’en suis très satisfait aussi, en particulier sur les écouteurs qui sont à mon avis mieux que ce que Apple propose de base ; le haut-parleur de base a aussi une puissance raisonnable pour un truc utilisé comme ça à l’arrache. Emails et autres vont aussi très bien. Les quelques applications que j’ai mises tournent bien et le tout semble s’en sortir plus que convenablement. En tout cas par rapport à mon iPhone 4, c’est un ou deux crans au-dessus. Fluidité et qualité de l’affichage ne sont pas dans la même catégorie.

Je me suis amusé avec le système de télécommande infrarouge universel, super efficace (en passant je me suis toujours demandé pourquoi les smartphones n’intégraient pas l’IR). Ou aussi avec le « compagnon santé » dont le podomètre m’amuse ; mais je vais pas commencer à rentrer tous mes repas avec les calories prises non plus, je ne suis pas assez motivé et ça me ferait trop peur (surtout que mon premier repas après la mise en route c’était quand même un big hamburger de chez Holy Cow avec frites et il y a eu quelques bières ce soir-là qui auraient tout de suite fait péter le compteur).

Pas encore été très loin avec l’appareil photo mais il en jette. Les premiers résultats semblent à la hauteur de ce que j’en avais lu, à savoir une tuerie pour un smartphone. Ca ne vaudra bien évidemment jamais un reflex, mais là on a vraiment atteint le stade où les appareils compacts vont mourir sous peu pour de bon.

Je suis encore en train de m’habituer à perdre certains automatismes de la pomme. Par exemple le fonctionnement du clavier sans autocorrect mais avec proposition de mots ; c’est très bien et les mots proposés sont vraiment biens et parfois c’est très poussé même. Un grand bravo. mais j’étais habitué à finir mon mot et appuyer la barre d’espace, là faut juste jeter un œil à ce qui est écrit. Ca va venir. Il y a aussi le double-clic du bouton central qui permettait d’aller au gestionnaire de tâches alors qu’ici c’est un clic long qui le fait. Ou les deux touches tactiles à côté du bouton central, faut s’y habituer. Tout comme l’emplacement du bouton de mise en veille (je me surprends à aller appuyer parfois sur le sommet du téléphone).

Et les petits « moins »?

Il y a quand même quelques petits points noirs, ou en tout cas sur lesquels je serai moins enthousiaste. Le S4 a fait sa pub sur ses fonctionnalités de détection de mouvements même sans toucher et de suivi du regard. Ces gadgets ne fonctionnent en fait bien entendu qu’avec les applications propres à Samsung. Si on utilise un autre navigateur web genre Chrome au hasard, c’est fini. Idem pour le reste. Alors je le savais avant d’avoir le téléphone certes, et de toute manière c’est quand même ultra gadget et d’une utilité restreinte, mais voilà, il faut le relever. le seul truc que j’aime bien c’est le passage de main au-dessus de l’appareil en veille pour voir l’heure et les notifications de manière super facile.

Je dois aussi dire que les constructeurs qui proposent encore des appareils de 16 gigas à l’heure actuelle c’est un peu du foutage de gueule quand même. Et c’est le seul modèle proposé par mon fournisseur d’accès. Sans compter que le système Samsung est bien lourd et occupe quasi la moitié de tout ça à lui tout seul. Du coup on est vite à l’étroit. Bon, OK, on peut très facilement augmenter avec une carte Micro SD (jusqu’à 64 gigas), mais quand même sur le principe je trouve ça un peu limite.

Et je n’arrive pas encore à remplacer l’envoi de musique directement sur mon home cinema comme je le faisais entre l’iPhone et le airport express. Mais j’y travaille.

Premier avis

Ca ne fait que 3 jours que je l’ai, et je ne suis pas un spécialiste non plus. Je n’ai pas tout testé et tout fait. mais à première vue j’en suis super content. Les petits moins/défauts évoqués ci-dessus ne remettent pas en cause la qualité globale de cet appareil qui se classe sans hésiter dans la série des haut de gamme avec l’iPhone 5 ou le HTC One par exemple. Et donc du coup difficile d’être déçu. C’est une sacrée belle bête qui a une classe indéniable. Il tourne super bien et offre de nombreuses possibilités. Je ne vois pas de vrai gros reproche à lui faire. Je suis donc très content de mon nouveau jouet…

Laisser un commentaire