The Handmaid’s Tale

Comme je n’arrivais pas à trouver le temps de me lancer dans la très prometteuse série, j’ai commencé par le roman dont elle est tirée ; un bouquin de Margaret Atwood datant de 1985, mais qui a une jolie actualité de nos jours.

On est là dans une dystopie, un futur pas très lointain (du moins à l’époque de la sortie du livre, peut-être un futur dépassé maintenant) où un groupe fondamentaliste a fait tomber par la force le pouvoir aux Etats-Unis pour y créer un nouvel Etat, en guerre avec ses voisins. Tout cela dans un contexte où les dérèglements environnementaux ont causé une terrible décrue de la natalité. Dans ce nouvel ordre imposé au sein de cet Etat, les rares femmes encore fertiles sont mises à la disposition de familles riches afin que l’homme du couple pisse procréer. La société est axée sur une rigueur sans limites, faisant que toute religion est bannie (et leurs représentants exécutés), que les sources de connaissance et de formation sont détruites, et que toute tentative de vaguement penser à peut-être lever le petit doigt pour potentiellement exprimer un léger désaccord vous fait risquer la peine capitale. Bref, du pur bonheur. On y suit la vie d’Offred, l’une de ces « handmaids », femme fertile et captive qui nous décrit cette nouvelle société. Elle a vécu l’avant, et le livre nous offre aussi de nombreux flashbacks sur sa vie dans le monde avant, et sur la manière dont s’est faite cette révolution. On vit ces différentes époques de sa vie avec des allers-retours. Et on suit son envie de sortir de là aussi…

Le bouquin est avant tout une description de la nouvelle société amenée par la révolution violente qui a été menée. On y voit ce qui peut amener un tel changement, comment il pourrait s’opérer et comment il se met en place, avec de nombreuses pratiques que l’on retrouve dans nombre de dictatures bien réelles. Et je dois dire que c’est assez terrifiant de se dire que finalement on n’en est pas endroits pas si loin que ça sur notre Terre. Mais sur cette description d’une terrible dystopie, on a finalement peu d’action. A part sur la fin où les choses s’accélèrent, il ne se passe finalement pas grand-chose, il n’y a pas vraiment d’intrigue. On suit le parcours d’Offred qui est un exemple parmi d’autres de ce que les gens ont vécu avec cette révolution et ce changement de régime, comparant ce qu’ils vivent et leurs souvenirs. C’est peut-être ce qui me gêne le plus finalement, avoir peu d’action, peu d’intrigue, peu de choses qui se passent vraiment. La fin laissée en suspend, avec son épilogue si particulier, laisse le lecteur à ses questions ; finalement la partie « intrigue et action », il peut se la faire dans sa tête à partir de ce moment-là.

Par contre, la dystopie présentée est purement terrifiante, et ce d’autant plus qu’elle reste d’actualité avec de jolis potentiels encore aujourd’hui, plus de 30 ans après la sortie du bouquin. Système rigide de classe, espionnage et délation à tout va, exécutions nombreuses, élimination de la pensée et de la réflexion, domination par la peur, ségrégations par le sexe, la religion, l’ethnie, le mode de vie, etc. On est face à un monde dont les éléments clés sont présents dans notre société actuelle, dans divers pays. Un bouquin qui devrait en faire réfléchir plus d’un sur les directions prises par certains politiques. Et puis il y aussi cette insistance à faire attention à l’environnement ; le bouquin nous parle de développement durable, faute de quoi l’espèce humaine risque d’avoir de la peine à survivre.

J’ai lu le bouquin en VO et je dois dire que j’ai beaucoup apprécié cette lecture. La langue est agréable, fluide. J’ai été très surpris de ne pas voir (ou quasi pas) de dialogues « standards » avec les tirets et les guillemets. ON a des dialogues intégrés au texte, au cœur des descriptions et autres paragraphes. Un peu déroutant au début, ce style s’avère finalement très fluide, très lisse, donnant l’impression d’un texte qui coule tranquillement et que l’on peut suivre sans coupures. Il y aussi ces souvenirs de différentes époques et le présent qui se mêlent sans que ne soient précisées de dates ou autres ; il faut être bien dedans pour toujours savoir où on en est et à quelle période Offred fait allusion, car pour elle tout se suit et les souvenirs remontent à la surface au gré de l’avancement des événements.

Un bouquin très intéressant, bien foutu, prenant… et flippant par ses aspects de société certes dystopique mais très (trop) crédible. Je suis assez curieux de voir ce qui en a été fait pour en tirer une série, parce que le média télévisé va demander plus d’intrigue, plus de « choses qui se passent ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.