[Cannes 2019] Keyforge

  • Auteur : Richard Garfield
  • Edité par : Fantasy Flight Games
  • Age conseillé : 14+
  • Nbr de joueurs : 2
  • Durée estimée : 30’

Tous les articles sur le festival

L’avis de Jon :

En approchant Keyforge, il faut dire que je m’attendais à du lourd. Un jeu de Richard Garfield en personne (Le Bonhomme est quand même le père de “Magic” et de “King of Tokyo” entre autres…) ; nominé pour l’As d’Or catégorie expert (rien que ça…) ; le fameux “unique deck game” (C’est vendeur!) ; la grosse promo marketing avec des lignées de table. Je me devais donc de tester…

Décrire Keyforge aux personnes connaissant les jeux de decks à la Magic n’est pas très difficile. Pour les autres….

En résumé. Le but du jeu consiste à forger 3 clés coûtant chacune 6 pions d’Ambre. Chaque joueur possède un deck de cartes qui lui est propre. Ces cartes ont chacune un symbole correspondant à une maison, il y en a 3 différents par deck. Au début de son tour, un joueur choisit un de ces symbole et ne peut utiliser que des cartes de cette maison pour l’ensemble du tour. De nombreuses cartes nous font gagner de l’ambre immédiatement lorsqu’elles sont jouées. Les cartes sont composées soit d’actions ayant un effet instantané, soit d’artefacts ou d’upgrades que l’on pose sur la table devant nous et qui ont un effet permanent, soit de créatures. Ces créatures arrivent en jeu engagées et pourront agir dès le tour suivant. Nous pouvons les utiliser soit pour affronter une créature adverse (elles s’infligent alors des dégâts en vue de se détruire), soit pour moissonner (c’est à dire ramasser un pion d’ambre). La complexité vient du fait que à peu près chaque carte possède une ou plusieurs capacité(s) spéciale(s) qui va venir se combiner ou s’opposer à d’autres capacités de manière assez subtile. C’est la foire aux combos!

Alors est-ce que c’est bien? Oui! Keyforge c’est du Magic remis au goût du jour 25 ans plus tard. Plus besoin de passer du temps à construire un deck plus puissant que celui du voisin ; les decks arrivent tout prêts et ne sont pas modifiables, bien que tous différents. Un système de handicap appelé chaîne permet de compenser une éventuelle différence de puissance entre les decks. Les règles sont plus simples aussi et il y a, me semble-t-il, moins de points litigieux sur lesquels s’entretuer.

C’est bien mais…. ça reste du Magic. Le sentiment que l’on ressent en jouant est très proche. Là ou Magic pouvait être pénalisant au moment de la pioche (mais où sont mes terrains?), son petit frère l’est moins mais le hasard perdure. C’est sûr que piocher en une main une majorité de cartes de la même maison aide. Je ne suis pas non plus conquis par les illustrations des cartes et l’univers technomagique dans lequel elles nous entraînent. Et puis le fait que les compositions des decks soient générées aléatoirement peut être assez frustrant. Si on a acheté un mauvais deck, il restera mauvais.

En définitive, mon impression globale : Keyforge n’est pas un jeu pour moi. Ayant pas mal joué à Magic par le passé, je n’éprouve pas le besoin de rejouer à un jeu qui en est si proche. Je préfère même ressortir mon carton à chaussures poussiéreux rempli de vieilles cartes si l’envie se fait sentir.

L’avis d’Alex :

Pour moi ce jeu n’apporte pas grand-chose de nouveau c’est un Magic revisité de façon plus simple et qui de plus n’est tout bonnement pas évolutif du tout , ce qui enlève tout le charme de ce que Magic avais déjà fait auparavant; donc pour moi qui suis un fan de Magic  je ne trouve aucun intérêt réel à ce jeu : bien qu’il soit plaisant à jouer, mais ne se retrouvera certainement pas dans ma ludothèque.

L’avis de Julian :

Je suis allé y jouer un peu par défaut, car j’avais juste le temps qu’il fallait et pas vraiment d’autres jeux disponible. Je ne connais pas Magic et cela m’a jamais tenté, et cette expérience ne changera pas vraiment mon avis la dessus. J’ai surement pas tout compris, mais le jeu ne m’a pas emballé, sans vraiment avoir l’air mauvais en soit.

Une réflexion sur « [Cannes 2019] Keyforge »

  1. C’est marrant moi j’ai un avis complétement différent des vôtres. Pour moi ce jeu apporte justement un vent nouveau et ENFIN un vrai équilibre dans les tournois.
    Je ne peux plus encadrer tous ces JCC type Magic, DBS, FF ou autres qui ne sont finalement que des pay to win… Devoir s’acharner tous les 3 mois à payer des cartes 30€ l’unité (bien sur il les faut souvent en x3 ou x4) pour etre dans la « méta » du moment… Quand tu vas en tournois Magic et que tu vois les 3/4 des mecs qui ont le même deck car c’est le kikoo deck qui a gagner le précédent tournoi US, c’est tellement impersonnel et risible.
    Ensuite je déteste l’aspect marketing de ces JCC qui te balancent tous les 3 mois un nouveau blocs de 250 cartes mais qui au final ne sert pratiquement à rien car dans les 250 nouvelles cartes tu vas en utiliser qu’une 40 aine en tournoi. Au moins dans Keyforge TOUTES les cartes ont leur utilités et finalement le facteur  » rareté » de la carte n’est pas essentiel.
    Mettez le champion du monde de Magic avec un deck full commune contre un joueur normal avec un deck compétition bah tu peux être sur que le pseudo champion se fait laminer. Oui, quoi qu’on dise, les JCC sont des p2w.
    L’aspect deckbuiling n’est pas présent dans keyforge mais ce n’est pas un problème. Pour moi de toute façon un vrai jeu de compétition ne peut pas se permettre de mettre l’aspect financier en avant comme Magic. Au moins dans Keyforge tu payes ton deck 10€ et qui sait, si tu maitrises à fond le jeu et ton deck, tu gagneras de nombreux tournois.
    Warhammer underworld n’est pas mal aussi dans ce style la car il y a du deckbuilding MAIS pas de cotation de cartes. Les cartes sont en open source sur le site officiel et tu as le droit de les imprimer pour les mettre dans ton deck en tournois. Eux aussi ils ont tout compris et eux aussi mettent l’accent sur un vrai jeu équilibré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.