[Cannes 2020] Nidavellir

  • Auteur : Serge Laget
  • Illustrateur : Jean-Marie Miguez
  • Édité par : Grrre Games 
  • Age conseillé : 10+
  • Nbr de joueurs : 2 à 5 joueurs
  • Durée estimée : 45 min à 1h

Tous les articles sur le festival

L’avis de Laura

Incontestablement mon énorme coup de cœur de cette édition 2020!!!

Un jeu immersif, magnifiquement illustré, avec des mécaniques simples et dynamiques !!! Le tout se joue en 45-60 minutes, une vraie heure de bonheur. Amis des Nains, ce jeu est pour vous!

Bon, ma relecture (en cours) du Hobbit n’y est peut-être pas totalement étrangère :-). Donc  nous voici à jouer un recruteur pour constituer une armée de Nains prête à défier et éliminer le terrible dragon qui terrorise la civilisation naine et pille ses trésors. Seule l’armée la plus vaillante sera envoyée pour défier la bête. A vous donc d’optimiser vos recrutements parmi les 5 factions naines et dans les trois tavernes du village.

Pour ce faire, il suffit d’enchérir secrètement, en choisissant une de vos pièces d’or, le montant approprié par taverne afin de récupérer la carte nain que vous voulez recruter sans vous ruiner.

Vous avez 5 pièces d’or en tout (d’une valeur initiale de 1 à 5). A chaque tour vous pouvez upgrader une de vos pièces en utilisant les 2 pièces non utilisées pour les enchères.

Chaque clan de nain va rapporter des points de bravoure à sa façon et se combiner avec les bonus que l’on peut acquérir en cours de partie. La partie se déroule en 2 âges, chacun composé de 3 rounds d’enchères.

L’avis de Jonathan

Chaque année à Cannes il y a un énorme coup de cœur général. Un jeu que tout le monde trouve super, et cette année c’est Nidavellir sauf que…. Ce jeu est NUUUUUUULLLL !!!!!!

Bon, allez. Je me calme et j’explique.

Déjà le pitch : Il est hyper vendeur. Des Nains qui lèvent une armée pour aller combattre un dragon en allant recruter des guerriers dans des tavernes, moi ça me fait rêver. Mais voilà… ça reste un jeu de collection. On aurait fait des familles de boîtes de harengs marinés ou d’encyclopédies néo romantiques, ça aurait été pareil. Et puis il y a aussi les illustrations. Certes ces crayonnés en noir et blanc sont bien effectués, mais ce n’est pas comme ça que j’imagine une armée de Nains.  Pour moi ils doivent avoir de longues barbes, des grosses haches, des crêtes et l’air méchant. Là ce sont des pseudo beau-gosses pour la plupart imberbes me rappelant furieusement l’insupportable Kili dans « Le Hobbit » de Peter Jackson. Reste le jeu en lui-même. Certes il tourne bien mais ça reste un jeu de collection ou l’on doit avoir le plus de Nains d’une certaine « famille » pour scorer le maximum de points. Il y a ceux dont les valeurs s’additionnent, ceux dont le nombre est multiplié au carré, etc. Une mécanique certes bien rodée mais assez classique et qui nous forcera à faire constamment des calculs pour voir qui est majoritaire et quel Nain nous rapporterait le plus de points. Certes il y a quelques éléments originaux. La présence de héros disponibles en tout temps à l’achat, le fait de pouvoir augmenter la valeur de ses pièces et par là sa capacité à enchérir. Mais ça ne suffit pas pour rendre le jeu intéressant à mon sens.

Au final on a jeu d’enchère où l’on se retrouve à passer pas mal de temps à calculer qui à combien de points, ce qui a mon sens n’est pas très intéressant. Le tout sur un thème galvaudé.

Depuis sa parution, je n’arrête pas de voir passer des avis dithyrambiques sur ce jeu. Alors pourquoi toute cette hype autour de Nidavellir? L’éditeur aurait-il mis de la cocaïne sur les cartes ? Y aurait-il des messages subliminaux dans le dernier album de Céline Dion ? (comme je l’ai pas écouté…). Ou est-ce un rayon de contrôle mental envoyé par des aliens? Je ne sais pas. Mais croyez-moi. Fuyez ce jeu !

L’avis d’Émilie

Comme pas mal de monde, j’ai cédé au buzz et suis repartie du festival avec mon jeu dédicacé sans même l’avoir essayé. Je ne suis pas du genre collectionneuse pourtant, mais l’ambiance dédicace façon festival de la BD d’Angoulême a pris le dessus sur mon côté raisonnable. J’ai donc découvert Nidavellir une fois rentrée chez moi. Confinement oblige, je n’ai fait à ce jour que des parties à deux joueurs avec mon cher et tendre. Eh ben, j’ai été conquise et, petite cerise sur le gâteau, mon cher et tendre aussi.

Assez simple, la mécanique d’enchères est bien huilée ; il tourne bien, même à 2 joueurs. J’aime beaucoup les illustrations de M. Miguez. Je trouve, n’en déplaise à Jonathan, qu’elle collent parfaitement à la thématique et donnent vie à de vigoureux -ses Nains et Naines pleins de caractère. Je regrette seulement que la course à l’argent ait autant d’impact, en tout cas à 2 joueurs. Mais c’est annoncé dès le début, l’argent est le nerf de la guerre et là encore parfaitement thématique. 

Je rejoins Jonathan sur le fait que ce jeu n’est qu’une collection de Nains, mais et alors! C’est en effet tout le plaisir de ce jeu que de monter sa “petite” équipe. Je suis donc ravie de cet achat un brin compulsif et de pouvoir compter Nidavellir parmi les jeux de ma petite collection personnelle.

Liens

Le jeu sur le site de l’éditeur

Fiche Tric Trac

Fiche Boardgamegeek

2 réflexions sur « [Cannes 2020] Nidavellir »

  1. Pour aller un peu plus dans le détails, je rejoins en effet l’avis de Jonathan. Côté design, ce qui m’a bcp gêné est aussi le manque de diversité. C’est VRAIMENT dommage, dans un jeu de collection de cartes, que bcp de ces cartes soient juste identiques niveau dessin. Pour moi cela aurait été NECESSAIRE d’avoir une diversité graphique des nains, déjà qu’on les collectionne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.