The Few and Cursed

Ce comics nous place en 1910, dans un far-west uchronique post-apocalyptique, un monde dans lequel quasiment toute l’eau de la planète a disparu ; dès les premières pages on marche sur le fond de ce qui était l’océan pacifique. On y suit Red, une chasseuse de malédictions, une femme qui sait (très bien se battre) et au caractère bien trempé qui parcourt le pays et use de ses talents pour combattre des créatures malfaisantes apparues suite aux mauvais agissements d’humains ; et au passage utilisatrice de quelques techniques occultes pour survivre face à ces saloperies. Ouais une espèce de Witcher au féminin version western. Elle va partir sur la trace de corbeaux géants qui dévorent les gens et enlèvent les enfants pour se repaitre de chair fraîche…

J’ai découvert cette BD par le biais du jeu de plateau lancé sur kickstarter (j’attends d’ailleurs mon exemplaire pour dans pas longtemps). Du coup j’ai été participer au kickstarter du 6ème tome de la BD en me prenant toute la série en pdf au passage. Et j’ai dévoré le tout avec plaisir.

Il faut dire que la qualité du dessin de Fabiano Neves aide à apprécier le truc. Il pose très bien les ambiances, que ce soit les vastes paysages désertiques ou les moments oppressants avec du monstre dans le coin. Le travail sur les couleurs est aussi très bon pour bien distiller tout cela. Les personnages et les décors sont tous très bons, avec un sens du détail assez dingue. Les scènes d’action sont bien cadrées avec pas mal de dynamisme. Bref, c’est une grande réussite visuelle.

Le scénario de Felipe Cagno est aussitrès sympathique. Il y a des éléments très classiques qui font que l’on peut facilement plonger dedans, mais il y a aussi plusieurs ressorts et twists qui lui donnent un petit goût plus corsé. Bon, OK, il y a certains twists que l’on sent venir, mais l’histoire a une réelle profondeur. Avec ses personnages qui ne sont pas monolithiques mais avec leurs aspects bons et mauvais chez chacun. Avec des gens qui ont de vraies motivations. Et puis avec ce background général bien pensé, où l’on découvre le monde mais ou finalement on ne sait pas trop comment on en est arrivé à cela ; cette catastrophe d’assèchement des eaux, ces malédictions et monstres, etc. On plonge dans l’univers et on le prend comme acquis sans obligatoirement tout savoir, et c’est bien. A noter aussi que l’on a droit à une héroïne certes belle et sexy, mais pas du tout déshabillée de manière injustifiée, et surtout bad ass, très compétente, sans love story ; bien quoi.

Une excellente série donc. J’ai crû entrevoir d’autres BDs dans le même univers, mais uniquement en espagnol, faut que je fouille un peu plus parce que franchement ça me botte bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.