Live Free or Die Hard

Et voilà, un nouvel épisode des aventures du subtilator John McClane… ah que c’était bon.

OK, faut pas chercher midi à quatorze heures, on vient voir un bon gros film d’action qui dépote sans autre ambition… et avec la pointe d’humour inhérente à ce personnage grandiose. Alors, OK, c’est pas toujours super crédible (pour parler par euphémismes), mais l’action prend bien aux tripes.

Comme d’hab, notre McClane se trouve au mauvais endroit au mauvais moment (jusqu’au grand méchant qui lui annonce que ce sera gravé sur sa tombe). Effectivement, quand on doit juste aller chercher un petit hacker et qu’on se retrouve au milieu d’un complot terrorriste de grande envergure, on s’appelle pas Tartempion. Et là ça y va, rapidement les balles fusent, y’a un méchant fou furieux qui saute dans tous les sens, et notre héros se retrouvent coincé dans un truc qui le dépasse. Heureusement qu’il a un sidekick (très sympa, même s’il ne vaut pas Samuel L. Jackson dans le précédent opus) qui saura lui amener les éléments nécessaires. On se retrouve face à une bonne brochette de geeks bien déjantés qui constituent de solides personnages (Warlock, yep).

Et comme je le disais, de grands moments du subtil humour à la McClane, avec ses tirades bien senties. C’est un héros, un vrai, un dur, un survivor…

Pas un monument du cinéma qui marquera l’histoire du 7eme art à tout jamais, mais un excellent film d’action

Laisser un commentaire