Molière

Ma femme l’avait vu au ciné et elle avait beaucoup aimé. On l’a regardé l’autre soir… c’était agréable.

Surtout sur le jeu d’acteurs. Ce film tient au talent de Romain Duris et Fabrice Luchini, tous deux fabuleux et développant de très bonnes prestations ; la scène du cheval par exemple, est énorme. Un mot en passant pour la qualité des costumes et décors, une ambiance formidable avec la musique qui colle.
Mais passons à l’histoire quand même… Dans la vraie vérité, on sait que Molière a disparu 13 ans, mais ce qui est arrivé est un grand mystère, et qu’à son retour il a été super reconnu. Ce film se veut une explication tout ce qu’il y a de plus romancée et inventée de ce qui a pu arriver ; pas question donc d’historique ou de réalisme ou de véritable biographie de l’écrivain ici donc. Molière en taule est sorti grâce aux moyens de M. Jourdain. Il va se retrouver embarqué dans un imbroglio de situations alors qu’il doit apprendre à ce Jourdain à jouer la comédie pour plaire à une belle marquise. Et c’est là qu’il faut un peu connaître les textes (au moins les plus connus) de Molière. Tous les personnages, toutes les situations, ainsi que nombre de dialogues sont extraits de ses pièces ; et plutôt bien amenés. C’est très agréable de s’amuser à les repérer. Alors évidemment le film perd beaucoup de son sel si l’on ne connait pas Molière ; en même temps, comme il le dit dans le film, le français n’est-il pas justement appelé « la langue de Molière »? Au-delà des conclusions un peu convenues et attendues, sans grande surprise, ce film est très sympathique donc et j’ai passé un bon moment.

Laisser un commentaire