Lôzanne’s Burning VIII

C’était samedi soir, c’était rock’n’roll, c’était plein de décibels, c’était bon…

Le Lôzanne’s Burning, c’est un peu une institution dans la Lausanne’s rock family. Depuis 8 ans, les groupes locaux se réunissent pour une soirée de reprises sur un thème donné, chacun avec son style. Au compte des années passées, citons comme thèmes « Les chanteurs morts », « l’alphabet » (chaque groupe reprenait des titres d’artistes dont la première lettre était la même que celle de leur propre nom), « les musiques de films », des exemples de l’inventivité des organisateurs de l’événement. Qui sont donc ces organisateurs? Eh bien c’est …E La Nave Va, association née sur les ruines de la défunte mains néanmoins mythique salle de concerts La Dolce Vita, et dont le but a été la promotion du rock pou obtenir une nouvelle salle et y monter un club dédié à ce style musical (au sens large d’ailleurs). Mais depuis que le Romandie est venu remplir ce rôle, le Lôzanne’s Burning a continué, fier de faire chaque année salle comble et de se dérouler sold-out à chaque fois.
Cette année donc, ce ne sont pas moins de 17 groupes locaux qui nous ont gratifié de leurs reprises sur le thème de la météo… thème bien débile s’il en est. Ils ont donc développé des trésors d’imagination pour aller rechercher des titres ayant un rapport plus ou moins proche avec ce sujet passionant. Ben y’en a pas mal finalement, de ces titres. Et on leur dot de bons moment d’anthologie. « Sous les sunlights des Tropiques » par Grand Bastard Deluxe par exemple, très rock’n’roll ou un « My Umbrella » metalleux lourdaud, l’ouverture de la soirée avec un « Coccinelle » (Dionysos). Des prestations très fortes comme celles de Favez, monuments du rock local, toujours aussi péchus et extrêmement pros ; Climax, qui confirme son rôle de groupe de scène à voir absolument avec des shows totalement décalés ; Kruger, pour qui la puissance desguitares n’a d’égale que la prestance de Renaud le chanteur ; Jeremie Kiesling, finalement très frêle et léger là au milieu (il le dit lui-même, il chante comme une gonzesse), mais superbe aussi dans son genre, lui aussi très pro. Enfin bref, que de bons moments… Vivement l’année prochaine…

Et ‘oubliais la note humoristique, avec une sirée présentée par Maria Metral, présentatrice meteo renommée par chez nous…

Laisser un commentaire