Yael Naim

Un peu de fraîcheur…

Comme beaucoup de monde, j’ai découvert Yael Naim via le tube New Soul (voir à la fin du billet). Un air magique, enjôleur, du genre qui vous reste en tête toute la journée. Alors tout un album chargé de ritournelles tout aussi bien ciselées, ça fait plaisir. Avec sa voix magique capable d’envolées lyriques jamais exagérées, Yael Naim nous entraîne dans un univers de poésie et de fraîcheur, plein de douceur et de tendresse. Le genre de disque qui donne envie de se blottir dans les bras de la personne que l’on aime en se laissant bercer. Des arrangements très bien montés accompagnent ces titres magiques. Il n’y a pas à dire, elle sait écrire la petite (en cherchant un peu, je découvre qu’elle est plus jeune que moi, même si c’est pas de beaucoup). Et le musicien David Donatien qui l’a aidée à arranger tout cela a su ciseler les pierres précieuses brutes fournies sous la plume de la chanteuse (qui est aussi musicienne et compositeur en passant)…
J’ai été également très agréablement surpris par ses titres en hébreu. Je le dis parce que c’est vraiment pas courant ; en tout cas pour moi, j’en n’entends pas tous les jours. Et c’est avec bonheur que j’ai découvert cette langue dans un contexte musical et lyrique. Que c’est beau tiens. Ca sonne super bien. Bon, OK, dans le contexte d’un artiste nettement moins compétent et moins doué avec une moins belle voix, ce serait sûrement pas pareil, mais là elle fait passer sa poésie même quand je comprends que dalle aux textes. Franchement bravo…

Ah oui, détail qui peut avor son importance pour certains… en plus elle est mignonne…

2 réflexions au sujet de « Yael Naim »

  1. Ah ben voilà. je savais que j’oubliais quelque chose dans mon billet. Cette reprise est effectivement géniale. Le pire c’est qu’en entamant mon texte je me suis due je devais absolument la signaler.

Laisser un commentaire