La trilogie Jurassic Park

Le premier, je l’avais vu y’a pas mal de temps. Jusqu’à l’autre jour, je n’avais jamais vu la suite…

Bon ben un gros regret alors : ne pas avoir vu tout ça sur grand écran. Parce que faut bien dire ce qu’il en est, ces films c’est avant tout du grand spectacle pour en mettre plein les mirettes. Et de ce côté-là, c’est une franche réussite. Des scènes grandioses qui en mettent plein la gueule, il y en a une chiée. C’est la course aux grands effets, aux cascades, aux cris , aux courses-poursuites, aux chutes et aux gros monstres. Mais qu’est-ce que ça défoule. D’autant que c’est plutôt bien fait. Bon, OK, ça prend gentiment un coup de vieux par rapport à d’autres choses qui se sont faites depuis. mais il y a quand même de quoi s’éclater à ce sujet.
Bon après il y a le scenario. Rien de transcendant à ce niveau-là. L’idée de base (sur un roman de Crichton) est plutôt sympa ; créer un parc d’attractions sur une île exposant de vrais dinosaures que l’on a fait renaître via de l’ADN trouvé dans des moustiques pris dans l’ambre. OK, un peu fumeux, mais on va pas voir Jurassic Park pour la vraisemblance. Là-dessus se greffe très vite une bonne phase de morale sur la question de la manipulation de la nature, du statut de démiurges ; un aspect « fable écologique » quoi, mais version survival. Parce que finalement c’est ça le centre du film, l’aspect survival, se retrouver en minorité et en infériorité dans un milieu tout particulièrement hostile qui constitue un huis-clos. Grosse pression et gros suspens à l’appui. Avec les épisodes 2 et 3, le message un peu écolo se disperse un peu pour laisser la place au pur grand spectacle. D’ailleurs le 3eme perd le personnage que je préfère, à savoir le matheux incarné par Jeff Goldblum, un type à l’attitude très cool et qui passe vite au désabusé cool, du genre… « Waw, des dinosaures vivants en vrai, que c’est beau. »-« Ouais ouais, ça fait toujours ça au début. Pis après y’a les cris, les au-secours »… Très bon.
Enfin voilà, j’ai passé de bons moments devant ce divertissement de bon calibre.

Laisser un commentaire