Le transporteur

Ouais, un film d’action boosté à la testostérone plein de gros cubes et de gros calibres…

Alors là, ce film m’épate par sa superbe intrigue de haut vol. Franck est un transporteur pour la pègre sur la côte d’azur. Au volant de sa superbe caisse qui fait plein de bruit, il conduit les casseurs à bon port ou livre des colis en rendant la police complètement ridicule et en les faisant passer pour des abrutis finis qui ne comprennent rien à rien. Jusqu’au jour où il brise la règle et regarde dans le colis : il contient une jeune et jolie (et évidemment court vêtue) asiatique. Et le commanditaire qui veut lui en foutre plein la gueule à grands coups de shotguns, mitrailleuses (plus ou moins lourdes), lance-roquettes. Bref, que du bonheur. Evidemment, il y aura du happy end, mais seulement après de bonnes bastons, des cascades d’une improbabilité énorme, et des idées scenaristiques tenant sur la tranche d’une feuille de PQ.
En même temps, quand on regarde ce genre de film, on demande pas du trop complexe. Le but est bien de détendre le cerveau et de pas réfléchir pendant 1h30. Et le but est atteint. Alors obn, ça se laisse voir pour quelques scènes d’action solides. Certains apprécieront également la plastique de Shu Qi (ou pour certaines celle de Jason Statham), mais on ne va pas chercher la performance d’acteur dans ce film manquant totalement de subtilité. Sympa donc, si on sait à quoi s’attendre et qu’on en demande pas plus.

Laisser un commentaire