Le jour où des avions de combat ont abattu en plein vol la démocratie directe…

Bon ben voilà, j’attendais patiemment la fin de la session parlementaire d’automne pour donner mon avis sur divers points qui y ont été traités. Mais là c’est trop, faut que ça sorte. La décision du Conseil des États sur l’achat des nouveaux avions de combat me dégoûte profondément. Je vous la fait courte…

Le Conseiller Fédéral en charge de l’armée voulait acheter de nouveaux joujoux luxueux avions de combat, pour un montant relativement élevé de 5 milliards. Il a été proposé de faire passer cela dans le budget ordinaire de la Confédération, relevé un peu pour l’occasion mais pas suffisamment. Il y a eu des oppositions qui ont parlé de les faire passer par un achat hors budget, ceci afin de les faire clairement apparaître comme particuliers et de pouvoir, au besoin, s’opposer à cet achat par voie de référendum (ben oui on ne peut pas faire de référendum contre le budget). Et donc c’est la première option qui est passée. Nous noterons donc que le budget de la Confédération va s’élever, mais qu’il faudra aussi piocher de ci de là dans d’autres comptes afin de subvenir aux besoins absolus en avions de dernière génération capables de sortir de notre espace aérien à peine ils auront décollé et qui ne seront finalement utiles qu’à quelques manœuvres et parades pour faire joli (et polluer un peu plus, mais c’est un détail). Nous observerons donc avec joie et délectation les budgets décroître dans d’autres secteurs de la Confédération (au hasard social, santé ou formation, lancez le dé pour déterminer la cible). Franchement, c’est quoi cet abus? Pourquoi ne laisse-t-on pas le peuple se prononcer sur un sujet aussi important que ces 5 milliards?

J’irai plus loin en soulevant la position de l’UDC sur ce sujet. Oui, l’UDC, le parti très à droite que je n’apprécie guère. Le parti qui se dit « parti du peuple » et qui réclame que le peuple souverain se prononce sur tout et n’importe quoi, quitte à aller à l’encontre du droit supérieur international. Oui, l’UDC qui a fait voter le peuple suisse sur 2 minarets et demi érigés avec des fonds privés et qui ne faisaient de mal à personne. La même UDC qui ici esquive le vote populaire sur 5 milliards de deniers publics dépensés dans un projet à l’utilité contestable et contestée. Ben oui, c’est la vie. On pourrait aussi parler de la position du PDC, « parti de la famille » paraît-il, qui fait ici passer les avions de guerre au détriment sans doute de fonds qui auraient pu aider justement les familles en difficulté. Ah mais non, ce n’est pas comme s’ils retournaient régulièrement leurs vestes, eux. Le PLR a bien entendu défendu avec efficacité les grandes entreprises qui vendent ces avions, business is business comme on dit. Que dire encore? Ah oui, il semblerait que plusieurs membres de la commission concernées du Conseil des États soient en cheville (voir carrément membres) de conseils d’administration de ces entreprises. Mais non, probablement pas, ils auraient annoncé cette collusion d’intérêts.

Alors oui je suis bien remonté aujourd’hui. Et là c’est rien, il y a encore la suite du débat sur le nucléaire pour aujourd’hui…

 

Crédit photo : Dassault Mirage 2000D, par Alexandre Prévot, sur Flickr

3 réflexions sur « Le jour où des avions de combat ont abattu en plein vol la démocratie directe… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.