The OA

The OA, c’est une série Netflix qui a fait un sacré buzz sur le net, malgré le flou qui l’entoure. Pas trop de pub, peu de communication officielle, une bande-annonce qui laisse planer le mystère. Et finalement c’est ainsi que je l’ai abordée, sans vraiment savoir ce qu’il y avait derrière. Tout ce que j’en avais, c’était l’histoire d’une jeune femme qui revient chez elle, après avoir disparu de la circulation pendant 7 ans. Au moment de sa disparition elle était aveugle, et là elle a retrouvé la vue. Plutôt que de raconter ce qu’elle a vécu au FBI ou à ses parents, elle sélectionne un groupe de personnes variées. Et voilà.

Sur ses 8 épisodes, la série nus entraînera entre le présent et ce que vivent Prairie (la jeune femme en question, qui a certes un prénom étrange mais ce dernier est même expliqué dans la série) et son entourage d’un côté, et ce qu’elle raconte de ces 7 années de l’autre. Le tout est plein de mystères et de trucs surprenants, dépaysants, chargé de pas mal d’émotion.

The OA est plutôt bien réalisée, même si on sent les moyens limités. De jolis plans, des acteurs qui se donnent, un scénario un peu tordu, une bande-son de qualité, de jolis plans bien pensés. C’est très agréable à regarder.

Voilà, si vous voulez découvrir la série dans les meilleures conditions, arrêtez votre lecture ici. Je vais maintenant aborder certains éléments qui se découvrent au fur et à mesure.

La série aborde des thématiques assez complexes, comme l’intégration sociale, le respect de l’autre, l’adolescence, la recherche de soi, l’amour, le sens de la recherche scientifique, l’embrigadement sectaire. On a aussi droit à des voyages interdimensionnels, des near death experiences, et des trucs un peu fumette de ce genre. Ca devient assez vite capillotracté et on ne voit pas bien où les créateurs de la série veulent aller. Mais le tout est prenant, rempli de révélations, nous permettant de suivre une sorte de voyage initiatique intérieur.

Et pour conclure, du vrai spoiler. Là, si vous ne l’avez pas vue, arrêtez-vous ici…

vraiment

Spoiler alert…

En gros je dirais : tout ça pour ça? Franchement la fin est un peu limite. Elle me fait l’effet d’un soufflé joliment créé qui retombe super violemment à la sortie du four. Et qui tombe bien à plat d’ailleurs. Tout serait inventé? Mais non pas tout, puisque des vidéos ou journaux attestent de certains éléments. Et puis il y a des trucs bizarres, genre Prairie racontant des événements auxquels elle n’a pas assisté et que Hap ne lui a pas raconté. Et puis bon, cette danse quoi ; je sais bien que le ridicule ne tue pas mais là c’est un peu nawak quand même. Au final, je ne sais pas trop quoi en penser ; soit c’est un gros râtage et le buzz s’est planté (ça arrive), soit une saison 2 va venir nous mettre un peu les points sur les « i », et nous expliquer un peu tout ça, parce que là je reste vraiment sur ma faim. J’ai été transporté pendant 7 épisodes (et un bout du dernier) avant de voir le truc s’écrouler. Ce n’est pas tant la révélation avec les bouquins qui m’a déçu (ça a même un petit côté Usual Suspects qui n’est pas pour me déplaire), mais plutôt cette scène finale à l’école, posée là comme un cheveu sur la soupe. Et pourtant je ne regrette pas de l’avoir vue ; la série est belle, prenante, remplie de bonnes idées. Je suis donc un peu le cul entre deux chaises et j’ai un sentiment très mitigé, partagé entre le « waouw j’ai fait un très beau voyage avec Prairie » et le « ne se serait-on pas un peu foutu de ma gueule ». J’attends de voir si une saison 2 va arriver, histoire de démêler un peu cela et me faire un avis plus clair.

Laisser un commentaire