Bubblee Pop

Bon ben je profite d’un billet « Jeux » pour revenir sur ce jeu que je vous avais rapidement présenté à mon retour de Cannes. Parce que j’y joue pas mal ces temps (en particulier sur BGA) et que je le trouve bien fun et intéressant. C’est un jeu de Grégory Oliver (Outlive) sorti chez Bankiiiz. Annoncé dès 8 ans, mais accessible un peu avant quand même, pour des parties d’environ 20 bonnes minutes.

Bubblee Pop se joue à deux exclusivement. Un petit plateau rectangulaire est posé entre les deux joueurs (différentes couleurs recto-verso, ça fait un peu gadget et ça change rien en jeu mais c’est joli), avec ses séries de cases rondes. Chaque joueur a une série de cases alignées de son côté du plateau, formant sa planète. Au centre, deux lignes formant le ciel. Dans un sac opaque, une série de jetons de différentes couleurs, les bubblees, sortes de petits extra-terrestres avec des pouvoirs divers ; ces pions sont vraiment classes, les looks et attitudes des bubblees sont très biens. Ces jetons sont ronds, aux dimensions des cases. En début de partie, on en met quelques noirs sur la planète de chaque joueurs (répartition et nombre selon le niveau de difficulté choisi) ; on tire ensuite des bubblees pour remplir les deux lignes du ciel, et enfin on rajoute trois noirs dans le sac.

A son tour, un joueur a trois étapes :

En premier lieu (à l’exception du 1er tour où il est rempli), le joueur va tirer l’un après l’autre les bubblees nécessaires dans le sac pour remplir les cases vides du ciel. Cette étape qui peut s’avérer rapide va se révéler en fait assez tactique puisqu’il s’agit de bien choisir où placer pour s’avantager soi-même tout en compliquant la vie de l’adversaire. Mais c’est aussi une grosse source de hasard puisque les bubblees sont piochés dans le sac opaque. Le genre de hasard qui peut retourner complètement une partie, d’ailleurs il n’est pas rare de renverser complètement la situation. Ce moment fait que le jeu n’est vraiment pas adapté aux fans du contrôle et de la gestion précise.

Après cela, le joueur a la possibilité d’intervertir deux bubblees contigus du ciel ; deux contigus, donc pas en diagonale. Il s’agit là de bien se placer pour effectuer la 3eme partie du tour, et/ou de saloper le positionnement pour l’adversaire.

Et enfin le joueur doit faire tomber deux bubblees contigus (pas en diagonale) du ciel sur sa planète. On glisse donc les jetons verticalement pour les faire tomber sur la bonne colonne, juste en-dessous de leur position dans le ciel. Et on les bouge jusqu’à la case libre la plus basse dans la colonne.

A ce stade, si le joueur a aligné 3 ou plus bubblees de même couleur, il les fait éclater ; si on a une ligne de 3 avec encore un ou deux bubblees à côté qui les touche, ceux-ci éclatent aussi ; en gros dès que l’on en a au moins 3 alignés, tous ceux de la même couleur qui sont contigus dans ce groupe éclatent. C’est-à-dire que le joueur les enlève de son plateau et les garde de côté, dans sa zone de score ; ce seront ses points. A noter que si des bubblees autres se trouvaient au-dessus de ceux qui éclatent, et bien ils continuent de glisser vers le bas. Ceci peut dès lors créer des éclatements en série. Attention aux bubblees noirs ; ceux-ci n’éclatent jamais, ils ne font que vous encombrer et vous saloper votre truc. On peut faire tomber du ciel des bubblees qui iraient plus haut que les cases disponibles sur notre planète, pour peu qu’en éclatant cela les fasse tomber dans les cases de la planète.

Quand des bubblees éclatent, le joueur a la possibilité de déclencher leur pouvoir. Chaque couleur déclenche un pouvoir différent. On peut intervertir des bubblees adjacents chez soi ou chez l’autre, envoyer un bubblee dans notre zone de score, ou encore faire tomber un bubblee de chez nous ou du ciel chez l’adversaire. C’est fun, souvent bien vicelard, le genre de truc qui peut saloper une stratégie bien mise en place.

La partie s’arrête soit quand il n’y a plus assez de bubblees dans le sac pour remplir le ciel ou quand un joueur a des bubblees qui dépassent en haut de sa planète à la fin de son tour (auquel cas il a perdu). A ce moment-là, on compte les bubblees dans la zone de score et celui qui en a  le plus l’emporte.

J’aime beaucoup ce petit jeu fun, rapide et simple. Très accessible, y compris pour des non-joueurs. Il surfe sur le succès des jeux d’alignement sur smartphone, mais avec cet aspect duel qui est vraiment agréable. On y trouve une assez grosse dose de hasard pouvant retourner complètement la partie (donc allergiques au hasard, abstenez-vous). Mais il s’agit aussi de savoir s’adapter au mieux au tirage. Beaucoup d’interaction puisque l’on joue sur un plateau commun et que l’on peut allègrement saloper les coups de l’adversaire.

J’attends l’extension de cet automne avec impatience.

A noter encore que le jeu dispose d’un mode solo où il faut vaincre certaines configurations de bubblees, mais j’ai pas testé encore.

Fiche Tric Trac

Sur Boardgamegeek

Laisser un commentaire