[Cannes 2019] Wingspan

  • Auteure : Elizabeth Hargrave
  • Illustratrice : Beth Sobel
  • Edité par : Matagot
  • Distribué par : Surfin’ Meeple
  • Age conseillé : 10+
  • Nbr de joueurs : 1 – 5
  • Durée estimée : 60’

Tous les articles sur le festival

Les photos du festival

L’avis de Fred :

Premier jeu joué cette année au FIJ pour moi, Wingspan m’a beaucoup plu. En fait soyons clair, si je ne l’ai pas acheté, c’est pour deux raisons : je dois être raisonnable quant au nombre de boîtes à la maison, et je ne suis pas sûr de trouver des gens pour le sortir facilement. Parce que sous ses airs bucoliques, il se révèle bien stratégique.

Le but est d’attirer un maximum d’oiseaux dans notre volière, et surtout des oiseaux qui ramènent beaucoup de points. Il faut pour cela avoir suffisamment d’œufs et de nourriture, mais aussi choisir où les placer pour que les oiseaux s’ébattent dans l’environnement qui leur convient le mieux (arbres, herbe ou eau). Il y a donc là pas mal de paramètres à prendre en compte.

On va faire des tours de table où chacun son tour on jouera une action. A chaque manche, on pourra faire une action de moins ; 8 à la 1ere manche, 5 à la dernière. Les possibilités sont multiples. On peut gagner des œufs, mais cela nécessite d’avoir des nids où les stocker. On peut gagner de la nourriture, en piochant parmi les faces affichées des dés. On peut piocher un nouvel oiseau parmi ceux disponibles. Ou alors en jouer un de notre main, pour peu que l’on ait de la place dans son environnement, mais aussi les œufs et la nourriture nécessaires. En effectuant l’action d’un type d’habitat, on active en cascade toute la file d’oiseaux présents sur le même environnement, chacun ayant un petit pouvoir particulier, le tout pouvant se comboter de manière assez fine. On construit ainsi au fur et à mesure des tours un moteur à points sur nos différents environnements à oiseaux.

Et donc avec tous ces éléments mis ensemble, on voit qu’on est dans le jeu de réflexion, où il est nécessaire de calculer quelques tours à l’avance, tout en sachant qu’un adversaire peut nous saboter le truc en utilisant par exemple la nourriture dont on avait besoin. Un peu de hasard oui, mais que l’on peut redresser en sachant faire preuve d’adaptation. Wingspan est un très bon jeu nécessitant de se plonger dedans pour bien comprendre ses mécaniques.

Et en plus il est beau. Juste très beau. En particulier la tour à dés en forme de jolie mangeoire à oiseaux. Mais aussi et surtout les cartes, toutes magnifiquement illustrées par des représentations des oiseaux (et en plus il y a sur ces cartes des infos vraies sur les volatiles, donc un jeu qui fait votre culture). Un petit dommage pour les rangements en plastique qui font cheap à côté de la mangeoire. Mais l’ensemble en jette une fois déployé sur la table.

L’avis de Jon :

Wingspan est un jeu superbe. Superbe dans sa forme. Les illustrations magnifiquement détaillées des oiseaux; la mangeoire/tour à dé en carton; les petits œufs en plastique aux couleurs pastel; les plateaux personnels. Superbe sur le fond. Le thème est vraiment original, parfaitement mis en valeur (certaines des petites anecdotes sur les cartes des oiseaux sont savoureuses) et s’intègre pleinement dans le jeu. Les pouvoirs spéciaux de chaque oiseau correspondent aux mœurs des différentes espèces, c’est assez impressionnant. La mécanique n’est pas en reste. Elle est extrêmement simple. Il suffit à chaque tour de choisir entre les 5 actions possibles. Mais au fil de la partie, chaque action se complexifie en fonction des volatiles déjà joués, et on se retrouve en définitive avec une profondeur stratégique non négligeable.

Pour toutes ces raisons, Wingspan est mon coup de cœur de cette édition du FIJ 2019. Je l’ai rejoué plusieurs fois depuis mon retour et tout le monde a été à chaque fois conquis. Il présente cet énorme avantage de pouvoir attirer à une table des joueurs  qui préfèrent les jeux plus light mais se laissent séduire par le thème et la beauté du matériel. Un seul regret cependant. Comme nombre de jeux de type “course aux points de victoire”, les interactions entre participants sont relativement limitées. Impossible d’arrêter un joueur qui a pris de l’avance dans la partie. On peut essayer de lui chiper les oiseaux ou le type de nourriture dont il aurait besoin mais cette technique se révèle inefficace en fin de partie. Malgré cela Wingspan reste une valeur sûre que je suis sûr de rejouer souvent.

L’avis de Julian :

Mon coup de cœur de cette édition! Un beau jeu avec des mécaniques fluides qui tourne très bien. Il peut à la fois être joué avec des novices qu’avec des joueurs plus expérimenté.

C’est d’ailleurs le jeu que j’ai le plus ressorti depuis mon retour de Cannes, avec comme gros point positif une durée de jeu très courte pour un jeu de cette “taille”, en effet, 1h en incluant les règles suffisent lorsque l’on joue avec des joueurs qui ont l’habitude de ce type de jeu.

L’avis d’Alex :

Pour moi rien à dire d’autre que jeu de l’année ! C’était le jeu que je voulais voir sur cette édition du festival de Cannes et ça n’a pas manqué. Il m’a emballé c’est un jeu familial plus qui est très facile d’abord et qui est très addictif. Pour moi je c’est le jeu a posséder absolument!

Le graphisme est magnifique bien qu’au début on peut se dire « des oiseaux et puis quoi encore » ; mais non les oiseaux sont véritablement magnifiques et cela donne vraiment envie de découvrir les dessins et de connaître un peu plus ces oiseaux.

Moi qui adore les jeux  « à l’allemande », je trouve que c’est un très bon jeu pour faire débuter gentiment des joueurs à ce type de jeu, sans les écraser avec des règles trop lourdes et des jeux trop complexes. Vraiment super bravo!

Une réflexion sur « [Cannes 2019] Wingspan »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.