Rage 2

On est dans un futur post-apo, sur une Terre dévastée, soumise à la loi du plus fort, avec quelques villes plus ou moins civilisées qui tiennent le choc face aux hordes de brigands, tarés, mutants et autres qui essaiment le territoire. Il y a aussi L’Autorité, une sorte de super-milice de grands méchants qui détruit tout sur son passage. Et puis nous, Walker, dernier survivant des Rangers censés défendre les gens contre toutes les menaces diverses. Nous voilà projeté à errer dans ce monde à la recherche d’une arme permettant de mettre fin à la tyrannie de L’Autorité. Au programme : bastons, massacres, grosses armes, pouvoirs divers, gros véhicules, et défoulement intensif sur un rythme effréné.

Soyons clairs tout de suite, si Rage 2 est indiqué pour 18 ans et plus, ce n’est pas pour rien. Violence extrême et très crue, thèmes violents et trash, sexualité présente, vulgarité à outrance, gros mots, tout y est pour en faire un jeu adulte. Alors autant c’est extrêmement défoulant avec un plaisir certain, autant ce n’est pas pour tout le monde. Même chez les adultes, ça ne plaira pas à tout le monde. Parce que franchement c’est brutal, crû, violent, avec des ennemis qui explosent, du sang et des organes qui giclent en tous sens. Autant nos armes que les pouvoirs que l’on peut acquérir ont des effets dévastateurs. Pour le joueur averti, ça défoule. Surtout que dans certaines missions les ennemis arrivent par grosses vagues à un rythme soutenu. Rage 2 est tout sauf un jeu mou. On peut trouver à bastonner à tous les coins de rue ou presque. On traîne en effet dans un monde ouvert où il y a des méchants qui se baladent partout, et une flopée de quêtes secondaires nous demandant d’éradiquer tel nid de mutants ou de nettoyer telle base de salopards.

Je l’ai joué sur xBox One et je trouve le jeu facile à prendre en main, avec une belle progressivité dans l’apprentissage de nouveaux pouvoirs et l’acquisition de nouvelles armes. On découvre les différentes zones de la carte au fur et à mesure de l’avancée de la quête principale qui nous envoie un peu partout. Et il y a une flopée de points d’intérêt sur cette carte pour y faire tout plein de choses. Exploration, baston, achats d’armes, amélioration de nos véhicules et armes, re-baston, développement de nos capacités spéciales, découvertes de pouvoirs, encore baston, le jeu nous offre différentes choses à faire, même si toujours très orienté baston effectivement. C’est un pur jeu de tir à la première personne.

Et puis le jeu est doté d’un humour que j’apprécie beaucoup. Bon, déjà notre personnage est un Ranger qui s’appelle Walker ; ça vous pose le style. Il a une attitude assez sympa, du genre blasé, dur et bourru. Et il ne se gêne pas pour commenter les actions, souvent avec des gros mots, et régulièrement avec un humour un peu débile qui me va bien. J’ai ri plus d’une fois pendant la partie. Entre autres en découvrant les motifs sur les avis de recherche de certains gangs. Et puis il y a une brochette de PNJs marquants aussi.

Mon plus gros regret est la relative monotonie des décors. SI les zones extérieures de la carte changent quand on passe d’une région à une autre, les intérieurs et les bâtiments ont quand même une furieuse tendance à se ressembler. On a toujours les mêmes éléments agencés, souvent de manière assez identique, et c’est un peu dommage. Ça lasse un peu au bout d’un moment dans l’exécution des missions secondaires. La mission principale nous offre ses moments de nouveautés et ses surprises, mais les quêtes secondaires sont très monotones : aller à tel endroit et le nettoyer. On a juste de temps en temps un truc sortant un peu de l’ordinaire comme la chasse au ver des sables.

Bon ben voilà, un jeu défouloir, avec une violence et une brutalité parfaitement assumées, complètement second degré. Son univers à la Mad Max mais en coloré (le rose et le mauve surtout) pose une ambiance vraiment sympa, permettant tous les délires de tenues et de véhicules. Les mutations et expériences bio-mécaniques et/ou génétiques donnant lieu à des créatures franchement trash, y compris de gros boss mutants de taille impressionnante. J’ai passé un très bon moment dessus, même si j’aurais apprécié un peu plus de variété dans l’apparence des décors et des troufions de base en face.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.