Warrior Nun – saison 01

Une jeune femme morte. Elle se réveille après cela, dans la crypte d’une église. Et elle semble dotée de nouvelles capacités. C’est ainsi qu’Ava découvre un ordre religieux mystérieux et secrets composé de nonnes guerrières utilisant de nombreuses techniques de combat pour lutter contre les démons qui s’en prennent à notre monde. Son arrivée imprévue va jeter de l’huile sur le feu dans le cadre d’une machination terrible.

Encore une adaptation d’un comics que je ne connaissais pas (de Ben Dunn), Warrior Nun avait tout pour être l’un de ces shows adolescents plein de fantastique comme il y en a à la pelle. Mais il s’avère pas mal plus intéressant que cela. Alors oui le jeune âge de l’héroïne et son amourette font parfois un eu gnan-gnan, mais la série dépasse cet aspect. Sans remettre bêtement en question la foi en elle-même, la série s’en prend un peu plus violemment au clergé et à certains types de représentants de l’Eglise. Une belle charge contre les manipulations et jeux de pouvoir au sein de cette institution. Et puis il y a cette jolie discussion sur les rapports entre foi et science, entre religion et technique. Les échanges et allers-retours sur le sujet sont bien posés.

Mais bon, au final la série est surtout portée sur l’action, avec des bastons très bien foutues, avec ce petit côté bien barré quand on y implique des nonnes. Ces dernières utilisent de nombreuses techniques d’arts martiaux et des armes plus ou moins modernes, de l’épée au fusil à pompe (l’une des héroïnes est même surnommée « shotgun Mary »). On y ajoute une bonne dose de fantastique avec des démons qui peuvent prendre possession des gens ou d’autres à la présence bien physique (vive la tarasque). Si les effets spéciaux ne sont pas toujours au top, ils son globalement bien réussis. Le tout donne un résultat de qualité, avec de jolis visuels, et un esprit décalé, assez pulp. On retiendra aussi que le terrain de l’action est essentiellement l’Espagne, ce qui nous change un peu des typiques villes américaines de trop nombreuses séries.

La série repose beaucoup sur les épaules de la jeune et charismatique Alba Baptista (avec son petit air de Ellen Page), inconnue au bataillon mais qui livre une jolie performance avec son personnage tiraillé entre de nombreuses options. A ses côtés, pas mal de monde qui nous pose des personnages souvent très archétypiques mais bien interprétés, comme Toya Turner, Lorena Andrea, Kristina Tonteri-Young, Tristan Ulloa, Thekla Reuten (Bons Baisers de Bruges, Red Sparrow,…), Joaquim de Almeida (Desperado, 24H Chrono, Hitman & Bodyguard,…), Sylvia de Fanti, Peter de Jersey, Olivia Delcan, Emilio Sakraya, Guiomar Alonso, ou encore William Miller.

Une série sympa, sans prise de tête, avec de l’action et de bonnes idées. Bon, on a quelques clichés et quelques « oh ben ça a lors quelle surprise », avec des trucs gros comme des immeubles, mais globalement la série est très divertissante. Je la conseille. Et j’attends de voir comment ils vont nous amener cette saison 2 avec un tel final.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.