Un lendemain de votation

Et voilà, encore une fois, hier en Suisse c’était jour de votations…

Je vais donner rapidement mon avis au lendemain de tout ça, à chaud. Et en deux parties, sous deux casquettes…

Tout d’abord, vite fait, en tant que Président du Conseil communal d’Ecublens, je suis très satisfait de l’utilisation de la nouvelle machine à dépouiller les bulletins. Tout va plus vite, tout est plus simple, sujet à nettement moins d’erreurs, c’est quand même un gros plus au final. C’était la première vraie épreuve du feu, après plusieurs tests, et tout s’est très bien passé. Cette nouvelle manière de faire apporte quand même un énorme confort lors du dépouillement. Par contre, je suis globalement déçu du taux de participation ; 39,78%, franchement c’est pas terrible du tout. A croire que les sujets n’intéressaient vraiment pas les gens. En tout cas, on a vu mieux et j’espère qu’on verra souvent mieux. Voilà donc pour ma dernière votation de ce mandat…

Ensuite en tant que citoyen engagé… Déçu de la participation globablement aussi. Au niveau national même, avec seulement 38%. Boarf. A nouveau, on a non pas l’avis de la population, mais de moins de la moitié des personnes ayant le droit de vote, à peine plus d’un tiers en fait. C’est bien dommage. Enfin, voilà. Venons en aux objets des votations maintenant.

L’article constitutionnel pour la prise en compte des médecines complémentaires dans le cadre de l’assurance maladie. Pas trop tôt que l’on s’y mette. Dans bien des cas, ces méthodes sont au moins aussi efficaces que la médecine traditionnelle, voire plus. Bien entendu, suivant les ennuis de santé, on choisira l’une ou l’autre voie en fonction de ce qui est le plus adapté. mais reste que je trouve très important de permettre aux gens d’envisager d’autres méthodes de se soigner quand cela est possible. Des méthodes moins intéressantes pour les grands laboratoires pharmaceutiques ou pour certains médecins « old style » sans doute, mais des méthodes efficaces qui ont fait leur preuves. Je ne crois pas que le débat e spécialistes sur leur efficacité réelle soit terminé, je ne pense pas qu’il le sera un jour, reste que j’ai pu voir des résultats extrêmement  positifs de médecines alternatives dans des ca soù la traditionnelle jetait l’éponge. Pas trop tôt donc que l’on reconnaisse officiellement leur valeur. Reste que cela va malheureusement être une excuse bidon pour augmenter davantage encore les primes des assurances, probablement. Tiens, voilà u sujet brûlant ; faut réellement revoir ce système d’assurances qui montre nettement ses limites.

Le cas du passeport biométrique est très intéressant. En fait, on peut déjà tout-à-fait commander un passeport biométrique dans notre beau pays, si l’on désire se rendre dans des pays qui l’ont rendu obligatoire. Et puis oui, pour rester Schengen-compatible, il nous le fallait. Sur ce point, je ne remets rien en question, Avec la technologie actuelle, il est trop simple de falsifier un simple passeport standard, et je peux comprendre les raisons de sécurité amenant au biométrique. Ce qui me gonfle dans le sujet présenté ce dimanche, c’est la monstre base de données centralisée comprenant toutes ces infos pour toute la population. Et surtout sa possible accessibilité à des tiers, même des privés. Scandaleux. Un bon fichage à l’ancienne, version ère numérique (jusque là, rien d’étonnant), mais utilisable en-dehors de la sphère purement étatique, voilà qui a de quoi surprendre. Sans compter qu’a été montrée la lacunaire sécurité entourant ces données ; par ex, un petit malin à portée peut facilement accéder aux données de la puce du passeport via son notebook. Oups. Y’a pas un souci là? Bon, le sujet est finalement passé après un suspens intenable… 50,1%, à 5500 voies près. J’espère que le gouvernement va comprendre ce qui se cache là-derrière et limiter les dégâts face aux incertitudes du peuple…

Laisser un commentaire