Je ne suis plus Président

Voilà, depuis hier je ne suis plus le premier citoyen d’Ecublens… Une année, c’est bien court finalement.

Mais quelle année! Chargée, enrichissante,… pfiouh. Comme j’ai pris l’habitude de le dire, je suis bien content de l’avoir fait, mais aussi bien content d’être au bout. Une année de présidence du Conseil Communal, c’est bien assez finalement. Pour résumer ces douze mois, je vais reprendre le petit speech que j’ai fait au dernier conseil…

Mesdames et Messieurs, chers amis, chères connaissances, chers collègues,…
Une année de Présidence se termine. Quelle année !
J’ai été plongé dans le bain de manière bien brutale et rapide…oui, dans le bain.
Qui plus est dans une eau chaude et agitée. De gros bouilons faits de sous-amendements et de votations complexes m’ont accueilli dès le départ. Comme toujours en arrivant dans l’eau trop chaude, on hésite, on se tend, on a la chair de poule. Puis finalement on se laisse aller à se relaxer dans cet élément agréable. On se prend à apprécier les remous.
Dans le bain on passe une partie du temps à frotter, gratter, travailler. Gérer notre Conseil n’est pas toujours de tout repos. Qu’il s’agisse de préparer toutes ces séances ou de diriger les débats, on se prend quand même vite au jeu. On peut toujours faire des erreurs, on oublie de nettoyer quelques centimètres carrés ou bien on utilise un savon au pH pas adapté. Il est même des momets difficiles, comme lorsque l’on essaye désespérément d’atteindre le milieu du dos avec le gant de toilette. Mais au final on en sort content, fier de l’avoir fait, en espérant l’avoir fait au mieux. Et puis il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais.
Mais quand on prend un bain, c’est aussi pour le plaisir de se relaxer. La détente,… les apéritifs, les repas, les représentations. Cette partie du mandat a été pour moi extrêmement enrichissante, me permettant de découvrir les saveurs de sels de bains que je connaissais peu, d’aller à la rencontre de sociétés locales qui m’étaient parfois complètement hermétiques. C’est donc avec un grand plaisir que j’ai porté les salutations et le soutien de notre Conseil à de nombreuses assemblées, verrées, présentations. Et puis cela a été l’occasion de l’achat de nouveaux costumes et de cravates ; bien que j’aie toujours de la peine avec ces dernières.
On notera encore que la baignoire proposée n’est pas très grande, ce qui m’amène à deux petits regrets… Ce n’est pas une baignoire deux places, et ma femme a eu plus d’une fois l’impression d’avoir davantage un colocataire qu’un mari. Et puis on a peu d’espace pour bouger et se défouler ; c’est donc avec un plaisir certain que je vais retourner dans la piscine publique pour débattre à nouveau avec vous, l’esprit plein d’idées à vous faire partager.
Au moment de sortir du bain, quand l’eau devient froide d’avoir fait tant et tant de choses, on revient en arrière et on se demande si on n’a rien oublié, si tout a été bien fait, si on a bien rangé les savons pour la prochaine personne à y passer. Et on espère ne pas avoir trop inondé les alentours de la baignoire. Car bien qu’heureux d’avoir effectué ce mandat, et fier de vous avoir représenté pendant une année, j’espère avoir été à la hauteur de vos attentes. Il faut dire que mon prédécesseur avait placé la barre bien haut et que je ne disposais pas de son expérience, j’avais donc une grosse pression sur les épaules ; étonnant comme une simple baignoire peut vous faire ressentir la pression des grands fonds.
Et puis pour finir, j’aurai aussi une petite pensée pour remercier toutes celles et tous ceux qui ont construit la baignoire, monté le robinet ou fait couler cette eau, parfois même qui ont refait l’isolation ou épongé les éclaboussures. Je pense à tout le Bureau sur lequel j’ai pu compter pendant une année, et en particulier à notre secrétaire qui fait un travail remarquable. Je remercie aussi les services de l’administration communale avec leur réactivité et leur serviablitié sans faille. Vous aussi toutes et tous, du Conseil ou de la Municipalité, avec qui j’ai eu l’occasion de travailler pendant cette année, et que j’ai appris à connaître.
Voilà, mon mandat arrive donc à son terme. C’est donc non sans une certaine émotion que je vais tirer le bouchon de la baignoire et laisser l’eau s’écouler pour vous annoncer pour la dernière fois que la séance est levée…

Pour préciser, j’avais pris l’habitude de dire que j’étais tombé brutalement dans le bain, vu que je n’avais pas bénéficié comme d’autres de deux ans en tant que Vice-président pour ma préparer à la charge, mais seulement trois mois ; choc brutal. Mais cela explique pourquoi j’ai tourné ces quelques lignes là autour.
Allez, pour finir ce billet en beauté sur une pointe d’humour, je dirais que ce n’est donc pas « au revoir président » mais plutôt « au revoir présidence ». Je colle quand même la video…

Laisser un commentaire