Paris, les bébés et l’accessibilité…

Un petit coup de gueule pour la route…

Comme dit dans un billet précédent, on est allés à Paris récemment. Enfin, à Disneyland pour être précis, mais on a du passer par Paris, et on a fait un excursion shopping en ville aussi. Je voulais juste revenir sur les conditions d’accessibilité de la ville lumière, qui ne brille pas par son ouverture dans ce domaine.

Certes, en partant avec deux enfants et un bébé, on est vite relativement chargés. Et c’est notre choix, OK. Mais bon, faut pas déconner non plus, y’a quand même quelques trucs bien délirants. Alors déjà y’a les passages pour les tickets pour entrer dans le metro/RER. Super étroits. Mais oh Joie, là-bas au fond, nous découvrons avec bonheur que les gens ont prévu un passage pour handicapés/poussettes/gens plein de bagages. Cool. Et on en profite. Là, rien à dire, si ce n’est que plusieurs sont en panne. Mais sinon l’ouverture se fait dans un sens ou dans l’autre selon d’où l’on vient, c’est plutôt cool. Le truc le plus drôle dans l’histoire c’est que, souvent, pour accéder à ces passages, il est nécessaire de passer par des escaliers… pas escaliers roulants hein, non, des vrais escaliers en dur qui bougent pas. Parce que avec la poussette et les bagages (je parle pas des handicapés qui sont moins bien lotis), l’escalator on peut encore même si c’est sport. Mais l’escalier normal c’est carrément hard. Donc un grand merci de penser à mettre des passages larges ; si les personnes visées ne peuvent pas y accéder, ça sert à quoi? Cherchez l’erreur!

Ensuite y’a le petit délire ci-dessous :

Si si, la place réservée aux mutilés/handicapés/poussettes/aînés/femmes enceintes est bien quelques marches en-dessous de l’entrée. Parce que sur le palier de l’entrée y’a pas de sièges! Ah ben ça c’est pratique et bien pensé, franchement bravo. J’avoue avoir bien ri.

Allez hop, on en rajoute une couche avec les trottoirs  hauts comme des docs maertens 13 trous, donc facilement escaladables à poussette (et toujours une pensée pour les personnes handicapées). Ou ces endroits où l’on doit se forcer à passer sur la rue elle-même parce que le trottoir est rendu impraticable, car trop étroit, par de jolis poteaux empêchant le stationnement sauvage. Et quand on voit comment les gens roulent à Paris, on est super rassurés de se balader sur la chaussée.

Bref, je comprends mieux pourquoi les familles s’installent à la campagne et quittent le centre-ville : Paris ne veut pas de bébés. Tout est fait pour les repousser et compliquer la vie des jeunes parents.

Mais bon, c’est une jolie ville…

:mrgreen:

2 réflexions au sujet de « Paris, les bébés et l’accessibilité… »

  1. ça me rappelle des souvenirs…

    Londres est pas mal aussi, pour avoir testé un séjour seule avec Lucy qui avait encore sa poussette, je me rappelle avoir bien souffert pour accéder au Métro.

  2. Pour info, réponse de la RATP :
    « Bonjour,

    Améliorer l’accessibilité des réseaux constitue une priorité forte de l’entreprise.

    L’article 45-1 de la loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées prévoit un délai de 10 ans pour rendre les réseaux de transport accessibles.

    Donc au 1er janvier 2015 la RATP devra avoir adapté ses réseaux.

    Par contre, le métro Parisien (il a plus de 100 ans…) n’est pas soumis à cette obligation, sous réserve de mettre en place un réseau de substitution accessible.

    C’est donc le réseau bus qui remplit cet office à Paris depuis le 1er janvier 2010.

    Pour l’heure, seule la ligne 14 permet des déplacements en toute autonomie.

    Quant au RER, aujourd’hui, 58 gares sont les 65 sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant. Ce chiffre représente 90% des gares du réseau RATP.

    Enfin le réseau tramway est quant à lui totalement accessible (T1, T2 et T3).

    Cordialement, »

Laisser un commentaire