Elections fédérales du 18 ocotbre 2015

topelementEt voilà, une nouvelle journée d’élection pour les chambres fédérales. Bon il reste encore le second tour pour le Conseil des Etats mais les choses sont déjà jouées pour le National et on sait quelle y sera la répartition des partis (les noms des élus eux-mêmes dépendant encore de ce second tour). Je ne suis pas candidat cette fois (d’ailleurs pour les non-helvètes de service qui passent par ici, vous trouverez dans ce précédent billet des infos sur la finalité de ces élections), mais je suis toujours impliqué en politique et j’ai toujours envie de donner mon avis d’après-élection. Pour dire ma déception en particulier.

Une première déception, mais sans surprise, au niveau de la participation… 48,4% (43,5% pour le Canton et même moins de 38% dans ma commune de chez moi où j’habite, gosh). Ce qui signifie que la moitié des électeurs potentiels ne s’intéresse pas au résultat et ne considère pas que la composition du Parlement fédéral peut impacter sa vie. Waow! La seule explication que je voie est une crise de confiance totale envers tout ce qui se rapproche de près ou de loin d’une personnalité politique. En gros ça veut dire que, qui que ce soit qui sera envoyé à berne, ce sera kiff-kiff. Blanc bonnet et bonnet blanc. Que tous les visages présents sur les affiches, que les visions très différentes des différents partis, tout cela ne va au final rien changer. C’est bien triste. Comment en arrive-t-on là? Si on se dit que ceux en place ne font rien pour nous, on peut voter pour de nouveaux venus, d’autres visages, changer la couleur générale du Parlement, tenter de faire virer de bord pour voir si d’autres majorités peuvent bouger les choses. Mais là non, plus de la moitié des électeurs n’en a rien à carrer et se dint que rien ne va changer? Je veux pas dire mais ça fait mal. En tant qu’élu, en tant qu’ancien candidat au National, ça fait vraiment mal. Si vous lisez cet article, n’hésitez pas : il y a là en bas une section de commentaires où vous pourrez tenter d m’expliquer comment on en arrive à un stade où autant de monde se fout de la politique nationale. Si vous ne votez pas, dites moi pourquoi svp…

Une seconde grosse déception sur les résultats avec un glissement vers la droite libérale mais aussi xénophobe et renfermée sur son petit pré carré. L’UDC et le PLR gagnent 14 sièges à eux deux. 14! sur 200. Enorme. Ajoutons la Lega et le MCG et hop on obtient la majorité absolue. Alors je ne comprends pas bien. Les gens se plaignent tout le temps des loyers qui augmentent, des assurances qui augmentent, de conditions de travail difficiles, de la dégradation des prestations sociales, etc. Mais on élit des gens qui accentuent ces aspects. Alors soit les gens qui se plaignent ne votent pas (et alors là je ne veux plus les entendre se plaindre), soit ils aiment jouer les victimes et préfèrent se faire enfoncer un peu plus profondément (j’irais presque jusqu’à dire à sec, sans vaseline et avec du gravier).

L’UDC à presque 30%, ça fait pas loin d’un tiers du Parlement ; on a donc une grande part de la chambre qui va s’orienter vers une politique de fermeture, de blocage, de refus de la différence, d’isolationnisme, et d’agressivité. Franchement ça me fait mal. Oui je sais, les gens ne veulent pas de tous ces migrants chez eux. Mais sans les migrants des générations passées, où en serait notre pays? Qui a construit nos immeubles et nos routes? N’y a-t-il pas des milliers de migrants qui aident à faire tourner notre économie? Des gens qui font en sorte que l’on ait un taux de natalité vaguement correct pour ne pas laisser le pays mourir de vieillesse? Des gens apportant diversité et variété? Que peut-on leur reprocher? Et ces nouveaux réfugiés… Ah bien sûr c’est joli de faire fonctionner l’économie en vendant des armes de guerre dans le monde, mais quand les guerres frappent, la population civile en est la première victime, et sa fuite est inéluctable. Comment peut-on tout simplement refuser de les accepter, de les aider, de les soutenir au moins un minimum? Quelle cruauté, quelle absence d’empathie peut ainsi pousser tant de Suisses à se voiler la face et à se fermer au monde?

Et tout ce front libéral qui prend la tête… Un contrôle sur les loyers? Non, chacun doit pouvoir faire ce qu’il veut de son bien, y compris s’en mettre plein les poches au détriment des la population. Les primes d’assurance qui flambent? Là aussi, laissons la concurrence faire et tout ira mieux, on voit le résultat, mais à chaque votation sur le sujet la population montre son soutien au système actuel pourtant clairement boiteux. Le soutien aux solutions de garde de la petite enfance? Mais non, ce n’est pas à l’Etat d’intervenir, laissons faire le privé avec des coûts mirobolants (puisque sans subventions) et surtout conservons le modèle d’une famille dite « traditionnelle » avec un seul revenu et l’autre parent au foyer ; ah quoi? On me souffle dans l’oreillette que nombre de familles ne peuvent pas boucler leurs mois avec un seul revenu puisqu’il ne faut pas de salaire minimum et que l’on sabote les conventions collectives. Et pour quand on sera arrivés au bout d’une vie de labeur, les rentes AVS vont probablement continuer de fondre. Un bel avenir en perspective donc.

Et signalons que ces deux grands vainqueurs sont incapables de s’entendre sur des points essentiels comme l’économie, la libre circulation, les liens avec l’Europe, etc. C’est pas gagné pour avancer.

A noter aussi ma déception sur la chute des Verts (y compris des Verts Libéraux, même si je n’apprécie de loin pas toujours leurs positions). Tous les partis se gaussent d’écologie, tout le monde en parle. Mais aucun autre parti n’a vraiment la durabilité des ressources en tête quand il s’agit de voter. Le thème est devenu rassembleur et à la mode, du coup un parti essentiellement basé là-dessus perd de son sens aux yeux de la population. Mais regardez les votes des partis aux chambres. Avec la nouvelle répartition des sièges, la sortie de l’atome est encore plus éloignée que jamais. L’économie circulaire, la protection des ressources naturelles, le soutien aux énergies renouvelables, on va bien voir tout ça dériver au loin. Comment envisager l’avenir avec une politique de la terre brûlée? Ces résultats démontrent une vision  à très court terme. Aucune vision d’avenir.

Quoi d’autre? Ah oui un Conseil National avec une moyenne d’âge encore plus élevée (pas de grand chose, on reste à 50 ans et des cacahuètes). Histoire  de bien représenter les jeunes générations et de bien comprendre les problématiques qui leur sont liées. Logique, ça se tient. Continuons à garder un homme blanc dans la cinquantaine avec un emploi stable et de hauts revenus, une belle maison, une belle voiture et tout comme représentant de notre société, on va tous se sentir concernés par ses décisions. Bon allez j’exagère un peu sur le coup de l’homme blanc vu que les femmes sont plus nombreuses cette fois au National (64, soit 6 de plus), au moins on a un peu plus de variété.

Et la suite? Un second tour au Conseil des Etats, en espérant que les forces progressistes et sociales soient au rendez-vous. Et puis ensuite l’élection du Conseil Fédéral. Avec en particulier l’UDC qui vise son deuxième siège tant réclamé (rappelons quand même qu’ils ont eux-mêmes saboté leur deuxième siège qu’ils avaient obtenu avec l’élection d’Eveline Widmer-Schlumpf en la virant du parti après l’élection, alors faudrait qu’ils arrêtent de pleurer).

L’avenir s’annonce sous de biens gris auspices. Les référendums vont pleuvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.