Secret Invasion

Sans être un immense spécialiste, j’aime bien lire un peu ce qui se fait en BD super-héroïque. Et l’autre jour en passant par les rayonnages je suis tombé sur ce gros volume de 2008. Secret Invasion. On est ici sur un énorme cross-over des super-héros Marvel avec un nombre impressionnant de personnages, dont pas mal que je ne connaissais pas. D’ailleurs, heureusement, l’ouvrage commence par un très rapide historique des autres événements Marvel précédents qui ont amené à celui-ci et par un petit récapitulatif des principaux personnages. Ouf. En gros, cet album part de l’idée que les Skrulls, extra-terrestres pouvant changer de forme, ont commencé une invasion secrète de la Terre depuis des années, prenant l’apparence de personnes influentes mais aussi et surtout de nombreux super-héros. Lorsque cette invasion est découverte, la bagarre commence, brutale, forçant tout le monde à soupçonner tout le monde, puisque n’importe qui peut potentiellement être un Skrull. N’est-il pas trop tard à ce stade pour sauver la Terre?

On ne pas y aller par quatre chemins, cet album est épique au-delà de tout ce que j’avais vu. Quasi tous les héros Marvel (et même pas mal de super-vilains) de la Terre y trouvent une place dans une lutte acharnée qui semble perdue d’avance. En effet, la méthode de pré-invasion subtile et secrète des Skrulls a permis de préparer le terrain pour la véritable invasion. Nos héros se retrouvent donc dans une situation assez désespérée, nombre de leurs avantages ayant été détruits en amont. Sans compter ce climat de suspicion permanente ; en qui peut-on avoir confiance? Le pouvoir des Skrulls leur permet de prendre l’apparence (y compris la mémoire et les pouvoirs) de n’importe qui. Un peu la même ambiance de trahison potentielle que dans un Battlestar Galactica, mais démultipliée par le nombre de personnages et par les pouvoirs énormes dont ils peuvent être dotés. Et quand il s’agit de mettre des dizaines/centaines de personnages en même temps sur le champ de bataille, on obtient du coup des pages dantesques détaillant des affrontements colossaux ; d’autant qu’entre la Guêpe et ceux qui prennent des tailles de géants, on a une large variation d’échelles. Et ça fourmille de détails tout ça. Un dessin précis, qui donne un fort sens du mouvement. C’est une belle réussite visuelle.

Sur le plan de l’intrigue, on peut aussi sentir assez souvent le désespoir. Franchement la terre passe plus d’une fois pas loin de la chute. Les rebondissements sont nombreux et le suspens soutenu. On se doute bien que les héros vont réussir, mais la question reste « à quel prix ». Ce qu’il y a d’impressionnant ici, c’est de voir à quel point ce Secret Invasion a été planifié des mois, voire des années, avant sa sortie. Les idées ont été centralisées chez Marvel, il y a eu des choix de héros qui ont été évincés et remplacés par des Skrulls sans que les lecteurs ne le voient ou ne le comprennent. En particulier, l’arme cachée finale des envahisseurs qui constitue un point culminant complètement dingue. Il y a un travail de malade là-derrière pour préparer cet événement de très grande ampleur. Et franchement, ça met sur le cul.

Mon plus gros regret est de ne pas avoir assez suivi les séries Marvel qui ont précédé. Cela m’aurait permis de mieux situer les personnages, de mieux comprendre certaines finesses. Cela n’a pas empêché ma lecture, et j’y ai trouvé beaucoup de plaisir, mais je sentais des manques cruels dans ma culture super-héroïque. C’est parfois un peu complexe de démêler ces divers personnages ; d’autant qu’à cause du pouvoir des Skrulls, certains apparaissent à double, avec des costumes différents selon l’époque d’où ils sortent. Mais on s’en sort au final.

Une très bonne lecture, un comics épique comme rarement. J’aime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.