Nightwatch

Un sentiment très mitigé à la fin du visionnement de ce film…

Nightwatch, c’est l’adaptation ciné d’un roman russe du même nom. Le pitch, c’est que sur Terre vivent des Autres, des humains dotés de pouvoirs surnaturels, cela passant par des classiques comme les vampires ou des changeurs de forme à des trucs plus tordus de pouvoirs psychiques. Ils sont séparés entre ceux de la Lumière et ceux de l’Obscurité. Suite à une terrible bataille ancienne au cours de laquelle aucune des deux forces ne l’emporta, une trêve fut décidée, les gentils surveillant les actions des méchants pendant la nuit et inversément, avec des règles strictes. Le tout avec, en fond, une fameuse prophétie disant qu’un super-Autre surigirait un jour, plus puissant que tous les autres, et ferait enfin pencher la balance. Chaque nouvel Autre découvert doit avoir la possibilité de choisir de quel côté il penchera.
Passage au contemporain, où la trêve dure toujours. Et les deux forces s’opposent et se regardent en chiens de faïence, tentant de conserver la paix fragile qui règne. L’arrivée d’Anton dans tout cela va quelque peu chambouler la donne.
On se ballade dans un film qui a une certain esthétique sympa, pas courante. Mais en même temps, ça part vite dans tous les sens. Y’a nombre de raccourcis scenaritiques qui tordent le coup à la volonté de tout comprendre au premier visionnement. Y’a plein de passages coupés et montés à la machette par un épileptique. Du coup ça a tendance à faire saccader aussi l’esprit qui chercherait à suivre tout cela. Et c’est bien dommage. Parce que franchement ça semble plein de bonnes idées. Mais alors plein de chez plein. Reste que la réalisation n’est pas à la hauteur et gâche le tout, à mon avis.
Au final donc, un sentiment très partagé. Une furieuse envie de me lancer dans les bouquins. Pour espérer comprendre un peu mieux le fonctionnement de cet univers.

Une réflexion au sujet de « Nightwatch »

  1. J’ai dévoré le film 3 fois, j’ai du faire pause pleins de fois devant Day Watch tellement je me sentais oppressé et scotché. Pour comprendre, je faisais des aller-retours dans mon appart, c’est pour dire !
    J’ai sinon lu le bouquin Sentinelles de la nuit et je ne l’ai pas regretté. L’histoire diffère suffisamment pour qu’on soit soumis au suspense. L’aspect manipulation extrêmement présent dans le 2ème film s’y retrouve au paroxysme.

    Je te le conseille vivement !

Laisser un commentaire