Slam

Toujours autant de bonheur à la lecture de ce roamn de Nick Hornby…

Faut dire qu’après high Fidelity et A Long Way Down, je suis un fan de l’auteur. Son écriture est très agréable, son humour sympathique, et son traitement des thèmes qu’il aborde toujours de très bon goût. C’est donc avec un a priori très positif que j’ai abordé Slam. Et je n’ai pas été déçu.

Au niveau de l’histoire, pour reprendre ce qui figure au dos du bouquin, on suit Sam, 15 ans, skater, le genre d’ado pas mal du tout qu’on rêverait d’avoir en tant que parent parce que pas trop emmerdeur, pas trop fouteur de merde, bien quoi. Il vit avec sa mère. Et puis il rencontre Alicia, premier véritable amour. Tout est bien. Un fond facile à première vue. Et puis quelque chose va lui tomber dessus qui va le forcer à devenir adulte. Pour pas spoiler les gens qui en restent au quatrième de couv, je n’en dis pas plus ici (j’y reviendrai à la fin du billet). Y’a pas à dire, Hornby maitrise la première personne, on se sent plongé dans l’univers de Sam, dans sa personnalité. On se sent ramené à notre adolescence. L’auteur touche juste et met en place avec harmonie la vie de ce gamin qui devient très vite sympathique. Sam devient attachant, on s’y retrouve. Et puis le suivre dans les événements qui déboulent, c’est un grand bonheur et très émouvant.  Ah oui, j’oubliais l’aspect bien décalé du fait que Sam parle à Tony Hawk (champion de skateboard, pour celles et ceux qui connaîtraient pas) ; enfin, il parle plutôt au poster de Tony qu’il a et imagine des réponses en fonction de l’autobiographie du champion.

Comme avec les autres livres de Hornby que j’ai lu, je conseille chaleureusement celui-ci à tout le monde… C’est du pur bonheur. De l’humour, du sentiment, des thèmes profonds, des personnages attachants, une bonne histoire, bref tout ce qu’il faut.

Je vais maintenant aller plus loin dans l’histoire. Ceux qui veulent garder le suspens, arrêtez votre lecture ici. Le gros événement qui va bouleverser la vie de Sam, on se doute assez rapidement de quoi il s’agit, et franchement c’est effectivement très gros comme moment. Alicia va tomber enceinte, Sam va devenir père. Et on se retrouve ainsi à suivre les méandres de cet ado parfaitement conscient de ne pas disposer des moyens financiers pour s’occuper ‘un gamin, mais aussi parfaitement consient de ne pas avoir les armes et l’expérience pour affronter ce tournant majeur. On passe avec lui par les différentes phases de cet événement. Doute, déni, refus, acceptation, crainte, questionnements, acceptation, attachement, amour… Ca sent le vrai, le plausible. Mais sans sentimentalisme à deux balles. Hornby pose des personnabges crédibles. Tout coule. Bon, y’a les moments ooù Tony Hawk projette Sam dans le futur et qu’il découvre sa vie avec un enfant, des passages complètement décalés donnant un petit air de fantastique à cette histoire. C’est incroyable comme on peut se sentir proche de Sam. C’est touchant. C’est tellement justement bien dit, bien raconté.

Ce bouquin est à lire. Du tout bon.

Laisser un commentaire