Etincelles et JdR Mag n°8

Allez hop, un petit billet pour vous parler d’Etincelles…

Or donc ForgeSonges organise depuis maintenant plusieurs années le concours de création de jdr Démiurges en Herbe. Les cinq meilleurs des deux premières éditions ont eu la chacne de sortir dans le très bon Recueil des Démiurges. Mais parlons maintenant du vainqueur de la 3eme édition, Etincelles, dont j’avais déjà rapidement causé, et qui sort maintenant dans le n°8 de Jeu de Rôle Magazine. Ce numéro du magazine fait la part belle au jeu de rôle amateur (jdra) et à l’édition associative. Un phénomène de ces dernières années qui a vu les nouvelles technologies participer à l’essor et la multiplication de la production rôlisitique ; toujours sans participer réellement à l’essor du public de rôlistes qui reste marginal, mais là n’est pas le débat. De bonnes présentations, des interviews, des articles sur le sujet. Je relève quand même la faute de goût de ne pas aparler de Jaafir dans ce numéro :mrgreen:  ; blague à part, je comprends que, quand on a peu de place, il faut bien faire un choix, qui sera toujours très subjectif. Par contre, ce que je comprends moins, c’est de parler dans un article des Ombres d’Esteren en tant que jdra, alors que c’est justement un jeu qui a toujours visé une sortie professionnelle et qui a été travaillé dans ce sens. Mais bon, passons.

Après tout l’important là-dedans, c’est Etincelles. Un jeu complet donc, version retravaillée et augmentée du jeu qui a gagné les Démiurges en Herbe 2008. Une excellente surprise du copain Helkus. Ce jeu nous met dans la peau de Klok’Tomtes, représentants du peuple féérique, parmi les derniers à résister et à survivre face à l’invasion de la Nuit qui Marche, de sales rats amenant noirceur et peur sur le monde. Dernier rempart de la Terre et de ses habitants face aux Rats, les Klok’Tomtes, du haut de leur quarante centimètres, utilisent ingéniosité, magie, courage et bricolages pour mettre leurs ennemis en déroute dans le décor grandiose de La Ville (insérer ici une grande cité de votre crû). Contexte dépaysant, reprenant quand même suffisamment de références connues pour que l’on puisse s’y plonger et le visualiser rapidement.

L’ambiance est orientée vers le pulp. Avce des personnages et des méchants et des événements et des histoires bigger than life. Un chapitre est d’ailleurs dédié aux explications au Meneur afin de bien retranscrire ce style, et ça c’est bon. Voilà l’identité et le gros plus de ce jeu, car sur ce thème de base on pourrait s’attendre à un style plus féérique-magique-onirique-mystique. Non, ici l’action prédomine et les personnages sont des Héros avec un grand H, acteurs des événements importants et non pas simples pantins dans un jeu qui les dépasse.

Un mot sur le système. Le concours nécessitait l’utilisation du système UnDéSix, développé et publié par Jeu de Rôle Magazine. A première lecture, je me souviens ne pas avoir été séduit du tout. Peut-être trop léger, trop simple (et pourtant je suis pas simulationniste du tout). Je ne saurais dire exactement quoi, mais le courant n’avait pas passé. Dans son adaptation du système, Helkus a fait pas mal du tout. Je retiens en particulier la gestion de l’opposition et des méchants. Si c’est des méchants basiques, hommes de main courants qui arrivent par paquets, ben on les traite comme une difficulté standard à battre avec un ou deux jets, comme pour une action standard envers un truc passif. Seuls les Grands Méchants deviennent des personnages à part entière avec leurs stats et leur personnalité. j’aime beaucoup cet aspect très pulp en fait, avec les paquets de douze anonymes à deux balles que l’on envoie voler pour la forme avant d’en chier face aux vrais durs. Cela rend bien l’ambiance voulue.

A noter encore que le jeu est agréablement assorti de plusieurs scenars (dont certains forment une campagne), ce qui donne directement au lecteur du matériel de jeu pour un petit moment et de quoi plonger ses joueurs dans de trépidantes aventures assez rapidement.

Bref, pour le prix d’un mag, on a un jeu complet, de bonne facture… Cool. Bon, OK, je suis pas objectif par rapport aux projets de ForgeSonges dans l’ensemble, mais là en l’occurrence je pense vraiment que c’est du très bon… 😉

3 réflexions sur « Etincelles et JdR Mag n°8 »

Laisser un commentaire