Le Choc des Titans (version 2010)

Le Choc des Titans… Un mythe pour moi, je suis ultra fan. Je vous parle là de la version de 1981, l’un des films qui a bercé mon enfance, que j’ai tellement regardé que j’en avais quasiment niqué la bande de la VHS. Oui, je vous parle là d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître où on matait les films sur des supports analogiques, des espèces de bandes magnétiques bizarres qu’il fallait rembobiner pour remettre au début et ne comportant ni chapitres ni choix des langues (oui je sais y’en a que ça choque). Bref, ce film a tellement marqué mon imaginaire que les premières annonces d’un remake version technologie moderne et grand spectacle m’ont tout d’abord ultra-titillé évidemment. Puis sont venues les premières images (ça allait encore, je me souviens de la première bande-annonce qui annonçait effectivement du grand spectacle sur fond e musique qui collait pas du tout). Puis les premiers commentaires de potes l’ayant vu au cinéma, puis une ou deux interviews du réalisateur. Au final j’ai décidé de ne pas payer le prix d’une place de cinéma pour aller le voir. Ouf, j’ai bien fait.

Ce remake version 2010 met donc Louis Leterrier aux manettes. Oui, le poulain d’Europa Corp avec à son actif toute une série de films d’action brute sans grande finesse (je vous parlais récemment de lui dans mon billet sur sa version de Hulk). On retrouve en Persée notre ami Sam Worthington (le héros parfois tout bleu et parfois pas de Avatar). Et derrière lui une petite kyrielle d’acteurs dont des Liam neeson ou Ralph Fiennes qui devaient avoir très faim pour faire ce truc alimentaire. Bref, que nous présente ce film? Ben la lutte des Humains pour se libérer du joug des Dieux tandis que parmi ces derniers se concrétise l’affrontement Zeus-Hades pour savoir qui c’est qui a la plus grosse (ou plutôt qui sera le chef). Persée, fils de Zeus sans le savoir va être bien malgré lui mêlé à tout cela et sera au centre de cette lutte afin de libérer les Hommes de la tyrannie du kraken (la grosse bestiole qui les menace de tout détruire s’ils sont pas gentils). On retrouve les scorpions géants et la méduse ainsi que quelques autres moments du film original. On y gagne les effets spéciaux modernes à même de donner plus de pêche et de crédibilité aux trucs ; on y perd le charme mythique des animations image par image de Ray Harryhausen. Mais surtout on y gagne des dieux de l’Olympe en armures dignes des Chevaliers du Zodiaque (et c’est même voulu, dixit une interview du réalisateur, au secours) ; Liam Neeson en Zeus y étincelle même de mille feux telle la boule à facettes kitsch moyenne. Ouch.

Rajoutons à cela un enchaînement des éléments de manière fort hasardeuses et une bonne dose de TGCM (dans la version de 81, Persée sait se battre parce qu’il a eu un maître qui l’a coaché dans une arêne et tout, ici il n’a jamais appris mais le sait parce que c’est le fils d’un dieu). Manque de logique global et scenario très aléatoire font que pas grand chose ne tient la route.  Des acteurs qui n’y croient pas et une musique à côté de ses pompes n’aident pas le tout à tenir le choc.

C’est du grand spectacle, y’a quelques grosses scènes qui en jettent (le seul intérêt de le voir au cinéma sur grand écran donc). D’ailleurs en passant, il est sorti au ciné en 3D aussi, mais cette 3D pas prévue à la base et rajoutée à la hache en post-prod suite au succès d’Avatar ; d’après ce que j’en ai lu/entendu, c’est un cuisant échec. Donc grand spectacle… et c’est tout. Aucune profondeur (OK, c’est du Leterrier, donc pas très surprenant). Mais même pas une grosse production qui détend bien. Y’a trop de mauvais côtés et de points qui piquent les yeux pour que ça tourne comme une bonne mécanique. Je crois que je vais rester sur mes souvenirs de la version de 1981 (certes probablement idéalisés) malgré des effets spéciaux ayant plus que vieillis.

Laisser un commentaire