Kick-Ass 2

kickass2Le premier opus m’avait fait l’effet d’une grande claque irrévérencieuse… La suite de Kick-Ass se révèle tout aussi savoureuse. Matthew Vaughn a délaissé la caméra mais reste producteur de la suite de son bébé. On retrouve aux manettes Jeff Wadlow qui réussit à rendre l’ambiance brute, dure, politiquement incorrecte, violente et pleine d’humour.

On se situe quelques temps après le premier film. Dave a laissé tomber le costume de Kick-Ass mais s’ennuie. Suivant son exemple, d’autres super-héros se sont levés dans leurs costumes pour lutter à leur manière contre le crime. Oui mais voilà, dave s’ennuie dans cette vie et il va suivre Hit Girl pour s’entraîner, développer ses compétences et apprendre à devenir un vrai super-héros. De son côté, Chris en veut à Kick-Ass pour la mort de son père et il va finalement enfiler un costume de premier super-vilain de l’histoire pour mettre le souk en ville et se venger. Kick-Ass va intégrer une bande héros, et Chris va lever son armée de vilains. L’affrontement est inévitable.

Le film va donc nous présenter l’évolution de ces deux groupes au cours de scènes dures, violentes et cruelles. Les bastons sont toujours aussi sanglantes et directes, très crues. En particulier quand hit Girl s’en mêle (ah, la scène du camion sur la route, et celle de la ruelle), toujours aussi subtile. Et puis des scènes avec pas mal d’émotion quand même, permettant une évolution des personnages. Le tout dans le ton du premier film, complètement ravagé.

Franchement Kick-Ass 2 est un très bon film d’action bien bourrin, je me suis éclaté. Il sait comme son prédécesseur digérer les canons d’un genre pour les retourner dans le mauvais sens. Il arrive à aborder des thématiques solides sous une apparence de nawak. C’est un gros trip visuel bien solide. Et puis bon il y a les acteurs. Chloë Grace Moretz pour commencer, toujours aussi grandiose ; cette petite ira loin (et dire qu’elle reprend le rôle emblématique de Carrie dans le remake risqué d’un monument du cinéma). Jim Carrey est exceptionnel aussi en Colonel Stars and Stripes, un personnage excentrique mais nettement moins doux que ce à quoi l’acteur nous avait habitué. Aaron Taylor-Johnson est toujours très bon dans le rôle éponyme, et il prend du volume, mais il reste en retrait par rapport à des personnages aussi incroyables que ceux qui l’entourent. Comme son adversaire Christopher Mintz-Plasse qui est grandiose.

Un très bon film. Si on apprécie le genre bien entendu. J’ai beaucoup aimé.

Et puis il y a cette scène post-générique laissant sous-entendre une suite ; mais bon, vu les résultats financiers très moyens du film par rapport au 1er, pas certain qu’elle voie le jour.

Laisser un commentaire