The Grey

the-greyThe Grey a été traduit en vf par « Le territoire des loups » et pour une fois la traduction d’un titre de film n’est pas complètement à côté de la plaque, saluons cet effort. Certes le titre en vo est plus surprenant, plus tordu, plus profond, alors que la vf est claire et basique. Mais bon ne nous attardons pas trop là-dessus, je cherchais juste une entrée en matière.

Dans ce film de Joe Carnahan, on va suivre les pas de Ottway qui bosse dans le grand nord comme tireur ; il surveille les hommes bossant pour une compagnie de pétrole et abat les animaux dangereux (les loups en particulier) qui viendraient trop près. Un rôle de prédateur solitaire en somme, une place qu’il s’est choisie après avoir perdu son épouse. L’équipe doit rejoindre Anchorage en avion mais celui-ci s’écrase en pleine nature. La brochette de survivants découvre rapidement qu’elle se trouve sur le territoire de chasse d’une meute de grands loups gris. Ottway prend le rôle de leader et va tout faire pour tenter de sauver ces hommes. Mais la nature est hostile. Le froid, la neige, le vent, le peu de nourriture, tout cela va compliquer la tâche. D’autant que les loups ne vont pas les lâcher, parfois à la limite de ce que l’on perçoit, funestes présences à peine décelables ; parfois très proches, voire beaucoup trop proches. A cela il faut ajouter que l’on a bien entendu un groupe de personnages aux caractères bien trempés, chacun avec sa personnalité et son passé parfois trouble parfois poignant. Chacun a sa faille, son recoin d’humanité, même s’ils sont tous perdus dans ce grand nord. Du coup les conflits au sein du groupe vont encore compliquer la tâche. La tension perpétuelle, la fuite en avant, la quasi transformation de ce groupes d’hommes en meute animale cherchant à se défendre, la pression de plus en plus accentuée de la nature, tout est mis en place pour faire comprendre que l’Humain a bien peu de chances de s’en survivre.

Le film repose sur son ambiance très forte. Le réalisateur nous dépeint une nature belle, prenante, qui est magnifiquement filmée avec des plans d’une réelle beauté. Mais une nature qui se révèle dure et un véritable obstacle à la survie. Cet environnement fait le film et permet de poser le décor. On se sent pris dans cette ambiance, dans ce froid et cette neige, dans ce vent, dans cette forêt oppressante. Rien ne nous est épargné. Et on sent bien dès lors la tension monter, le spectateur étant plongé au cœur du groupe de survivants. Liam Neeson mène ces hommes avec une très bonne interprétation du taciturne Ottway qui va se trouver une voie de rédemption, un moyen de retourner vers le reste de l’Humanité. Mais son destin va le rattraper pour un final qui laisse le spectateur en plein doute. L’homme contre la nature, c’est vraiment cela. Mais quand l’homme redevient animal, que se passe-t-il?

2 réflexions sur « The Grey »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.