Sherlock – The Abominable Bride

The-Abominable-Bride-Poster-sherlock-38983341-500-667Oui je suis assez fan de la série Sherlock de la BBC (même si la troisième saison était peut-être un chouilla moins bonne). Il faut dire que c’est du très haut niveau aussi bien dans le scénario, la réalisation que dans le jeu d’acteurs. Tout y est réussi. Mais voilà. Le showrunner Steven Moffat est assez occupé (en particulier sur Dr Who), et les deux acteurs principaux Benedict Cumberbatch et Martin Freeman ont eux aussi des agendas de ministres puisque demandés sur pas mal de films. Dès lors, difficile de caser le temps pour tourner une quatrième saison. Alors bon, pour faire plaisir aux fans, toute cette joyeuse bande a décidé d’organiser un épisode spécial, à la base dit de Noël mais finalement diffusé à Nouvel-An : The Abominable Bride. A nouveau adapté de l’une des nouvelles de Conan Doyle, cet épisode nous plonge avec une certaine surprise dans l’Angleterre victorienne. On trouve Sherlock à son époque, et non à la notre comme dans le reste de la série. Si cela désarçonne au départ, on se prend très vite au jeu. Il faut dire que la reconstitution en décors et costumes et tout-à-fait au niveau du reste de la série et que l’ambiance prodiguée est juste exceptionnelle. Et puis on retrouve les mêmes acteurs, non seulement dans les deux rôles principaux mais aussi dans les personnages secondaires puisque Mycroft, Lestrade, Mary, Mme Hudson, même la légiste, tout le petit monde orbitant autour de notre détective reprend les mêmes visages plongés dans un autre temps. La sauce prend très facilement. Pour cette affaire de mariée folle revenant d’entre les morts, on a droit à de grands moments.

J’ai été réellement ravi de retrouver cette série et ses acteurs, j’espère que cet épisode annonce le retour pour une saison complète (même si elle est aussi courte que les précédentes). Il faut dire qu’en une heure et demi, on a plutôt un film qu’un simple épisode de série, il y a de la matière. Alors ne boudons pas notre plaisir. N’hésitez pas, jetez-vous dessus. Par contre si vous n’avez pas suivi la série, regardez les neuf épisodes précédents avant d’attaquer celui-ci, car il est rempli de spoils et de références aux trois saisons.

 

Puisque l’on parle de spoils… (c’est ici que votre lecture s’arrête si vous n’avez pas vu l’épisode)

 

J’ai été bluffé, soufflé, par le retournement de situation et le retour de Holmes dans la réalité. Je ne m’y attendais pas, même si les indices se sont en fait accumulés pendant le début de l’épisode. Mais comme souvent je me suis fait avoir par ce tour de prestidigitateur qui montre tout mais attire votre attention pour que vous loupiez l’essentiel. C’est assez dingue, et ça fait un lien fabuleux avec les autres épisodes de la série. En plus de permettre aux acteurs de s’amuser en costumes d’époque. Mais bon, cet aspect donne encore plus envie de voir débarquer une suite avec une saison 4 qui devrait être haletante au vu de ce qui est annoncé ici.

2 réflexions sur « Sherlock – The Abominable Bride »

  1. L’élément qui m’a particulièrement marqué dans cet épisode, c’est la constante mise en abyme entre les personnages et l’œuvre – les écrits de Watson. Il y a un vrai jeu littéraire assez bluffant dans cet épisode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.