Santa et cie.

Une comédie française en film de Noël… à part Le Père Noël est une ordure, je n’ai jamais été très tenté. Oui mais là c’est du Chabat. Oui, l’ex-Nul avec donc à son actif des films comme La Cité de la Peur ou Astérix et Obelix Mission Cléopâtre. Alors bon, dans ces conditions, difficile de passer à côté.

Ici on a donc notre cher Santa Claus qui fait bosser ses 92’000 lutins pour avoir des cadeaux pour tous les enfants dans les temps, tandis que lui vit pèpère avec sa jolie Wanda. Oui mais voilà, les lutins tombent malades et ne peuvent plus bosser, et Santa Claus doit donc se rendre chez les gens normaux pour trouver le médicament qui sauvera les lutins. Il va se retrouver confronté à un monde qu’il ne connaît pas vraiment ; non la prison c’est pas comme dans le Monopoly, non tout le monde ne passe pas son temps à offrir des trucs (il faut même acheter, et donc comprendre le concept), non les enfants ne font pas que dormir et être mignons, etc. Le décalage est très fort entre ce que pense Santa et ce que s’avère être la vraie vie à Paris. Avec l’aide d’une jolie petite famille, il va malgré tout chercher à s’en sortir là au milieu.

Comme le dit le sieur Alias qui parlait du film il y a quelques jours, oui c’est un film de Noël, mais c’est aussi un Chabat. Et j’abonde dans son sens. Un film de Noël avec pas mal des poncifs du genre, à commencer par les bons sentiments, le happy end, un peu d’émotion. Mais c’est aussi un Chabat avec son humour qui passe bien et qui fait plaisir. Un film qui du coup se lit à plusieurs niveaux (et je confirme qu’adultes et enfants ne riaient pas toujours aux mêmes moments dans la salle). Un humour décalé, aux jeux de mots parfois bien foireux comme je les aime, qui en a à revendre pour tout le monde. Pas au niveau des deux films cités en intro, mais quand même dans le haut du panier des comédies françaises.

En plus, il faut dire que la réalisation est bonne, avec des effets spéciaux de qualité, un rythme soutenu, et des acteurs globalement plutôt au taquet, à commencer par Chabat lui-même très très bon en Père Noël déphasé. A ses côtés Pio Marmaï fait très bien son office en gentil soutien de Santa, tout comme Bruno Sanchez et Louise Chabat (fille de) en lutins et lutines, Johann Dionnet, même Audrey Tautou plutôt chou en Mère Noël. A noter aussi la prestation très sympathique du Palmashow en duo de flics. J’ai eu plus de peine avec la prestation de Golshifteh Farahani, que j’ai trouvée trop poussée sur son côté de femme dépassée par sa vie. Et puis il y a tous ces invités, amis de Chabat à qui il a donné de petits caméos, comme Jean-Pierre Bacri, Thomas VDB, Patrick Timsit, ou Kyan Khojandi.

Un film qui ne restera pas autant au panthéon que d’autres créations de Chabat, mais qui reste un très bon moment de cinéma, bourré d’humour. J’aime. On regrettera juste que, comme souvent, une bonne partie des meilleurs gags soient déjà dans la bande-annonce qui du coup nous coupe un peu le truc.

Une réflexion sur « Santa et cie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.